Un terrifiant retour de la beauté Un printemps algérien

09-03-2019 tlaxcala-int.org 5 min #153180

 Kamel Daoud كامل داود

Un peuple peut renaître. Peut mourir. C'est fragile, immense, rare et puissant, imprévisible. Nous étions longtemps morts. Corps gris, muscles défaits, cheveux dressés, regards durs sur soi et les siens, la peau en parchemin juste pour raconter le passé. Tout appartenait à ce Régime et nous étions sur sa terre à lui, hagards et tristes, indignés et en colère parce qu'indignes. Radicalisés ou démissionnaires. Tout était au Régime : l'arbre, la route, l'eau, les choses courantes, l'histoire, le verbe, la télé et le drapeau. Le seul territoire qui restait en dehors, un peu, de sa poigne cendreuse était Dieu ou le ciel ou Internet. Alors beaucoup allaient à la mosquée, ne la quittaient plus dans leur tête parce qu'il fallait remplacer la terre par le paradis, espérer encore malgré l'état des routes, croire en quelque chose, déplacer le souffle vers l'au-delà. A défaut d'un pays, un paradis. Pour certains c'était Internet. A défaut de vivre, regarder. Se regarder. Pour d'autre c'était la mer. Elle était un grand mur, une montagne, un maquis, une épreuve, un chemin. On plongeait dedans pour ressortir ailleurs. Il fallait retenir son souffle sous l'eau. Certains y arrivaient et ressortaient vivants. D'autres non, mourraient. La chaloupe était un endroit étrange : dès que des Algériens y embraquaient, dès qu'ils franchissaient les eaux territoriales, ils se mettaient à chanter et à rire. Regardez leurs vidéos : ce n'étaient plus des chaloupes, mais des salles de fêtes.

La chaloupe remplaçait la rue, l'espace, l'air et la salle des fêtes impossibles. La prière enjambait le temps. L'écran et les réseaux sociaux étaient le pays par défaut. Et tout le reste était le champ du Régime, ses dents, ses hommes minables et carnivores.

Aujourd'hui, cela s'inverse. La chaloupe devient la rue. On peut y danser et rire. Y respirer. Libérer le pays de la caste féodale de ceux qui croient qu'il est à eux et que nous y sommes en trop. Trop nombreux, violents, haineux et jaloux de leur immortalité.

Cela va-t-il durer, cette rue, cette liberté, cet espace, ce grand poumon ? Il faut faire attention. Ce régime ne partira pas facilement, il est haineux, méprisant et croit qu'il peut régler la question du sens par la matraque et la semoule. Il nous méprise. Il va manipuler, corrompre, ruser, attendre, frapper, tuer. Il ne faut pas se tromper sur sa nature, sa nature est mauvaise. Il a pris trop d'argent pour céder aussi facilement. Il a trop mangé et tué. Il nous faut aussi cesser la haine des élites. C'est une maladie du régime, pas la nôtre. L'élite n'est pas la trahison, mais la possibilité d'éclairage, d'aide, d'union. Ils nous ont appris à détester l'élite, à la mépriser, à la croire traître et faible. Depuis la guerre de libération, et jusqu'à aujourd'hui. Le 22 février et le 01 mars n'ont été possibles que parce que, des années durant, certains ont maintenu vivante l'idée d'être libre, l'idée d'être digne.

On peut être dépossédé de cet élan ? Comme en Égypte ou en Tunisie ? Oui. Mais on peut aussi rester vigilant, car ce qui s'est passé dans ces deux pays, nous l'avons connu il y a vingt ans. Il y a vingt ans nous avons subi le vol de la démocratie comme en Égypte, la guerre comme en Syrie, le complot comme en Tunisie, le cauchemar du chaos possible comme il advint en Libye. Nous avons vingt ans d'avance et d'expérience. Cela ne garantit rien, mais rend possible de sortir de ce cercle vicieux qui tue et fait s'agenouiller les bonnes volontés.

Nous allons céder devant Bouteflika & Cie ? Si nous le faisons, nous sommes morts pour toujours. Le Régime pourra nous faire élire un âne ou même un crachat. Nous serions alors les serfs et nos enfants après nous.

Il faut donc accentuer, aller vers la grève, le sit-in permanent, la résistance pacifique, la vigilance accrue pour contrer ses médias en mode chiens de service. Il faut avancer. Démissionner de l'APN et du FCE pour les plus honnêtes. Libérer le FLN et le rendre à l'histoire et le séparer de l'alimentation générale. Contrer l'argument fallacieux de «il a le droit de se porter candidat». Oui, s'il était vivant, en bonne santé et dans un système électoral sain. Pas en mode photo. Pour retirer un chèque il faut la présence de l'intéressé, disent les internautes, et pas pour gouverner un pays ?

Passons. Un peuple peut mourir. Nous le savons tous. Nous sortons tous d'un cimetière qui avait un drapeau. Nous avons le corps désarticulé, le teint pâle. Nous les avions jusqu'à ces dernières semaines. Nous nous sommes fait volé l'indépendance et le 1er novembre. Il ne faut pas se faire voler le 01 mars. Il faut continuer. Ils ont eu droit à soixante ans de dictature et de rapine, nous avons droit à des années de protestation et de joie.

Courtesy of  Le Quotidien d'Oran
Source:  lequotidien-oran.com
Publication date of original article: 04/03/2019

 tlaxcala-int.org

 Proposer une solution