Algérie / Présidentielle : deux candidats se retirent de la course

03-03-2019 aa.com.tr 3 min #152936

Algeria

AA / Alger / Hassan Djebril

Deux candidats ont annoncé dimanche leur retrait de la course à la présidence en Algérie, quelques heures avant la clôture officielle des candidatures.

L'ancien Premier ministre algérien (2000-2003), président de Talaie El Houriyet (opposition), Ali Benflis, a annoncé son retrait de la présidentielle prévue en avril, ainsi que le candidat indépendant Ghani Mahdi.

L'annonce de Benflis a été faite lors d'une conférence de presse tenue au siège du parti dans la capitale après une réunion d'urgence de son bureau politique (l'organe suprême du parti).

"Les conditions politiques actuelles ne me permettent pas de participer à la prochaine élection présidentielle", a déclaré Benflis.

"La situation actuelle nécessite d'écouter le peuple", a-t-il ajouté en référence au mouvement populaire que l'Algérie vit depuis des jours contre la candidature du président sortant Abdelaziz Bouteflika.

Plus tôt dans la journée de dimanche, le candidat indépendant Ghani Mahdi a annoncé qu'il se retire officiellement de la course, "pour des raisons bureaucratiques et le président du Conseil constitutionnel a refusé de le recevoir car son dossier était incomplet".

Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook officielle, Ghani Mahdi a déclaré qu'il "transmettait au président du Conseil constitutionnel un message vocal indiquant : La machine bureaucratique avait pour but de m'empêcher de courir."

Selon lui, le président du Conseil "a refusé de le recevoir sous prétexte de fichier administratif incomplet et du fait qu'il n'a pas reçu de carte d'électeur".

Ghani Mahdi a indiqué qu'il préférerait être dans la rue pour supporter le peuple algérien", en référence aux manifestations populaires en l'Algérie depuis des jours.

Il a déclaré que la présidentielle "étaient sans enjeux et contrôlée par l'entourage du président sortant Abdelaziz Bouteflika".

"J'ai décidé de me retirer et je ne serai pas un [lapin de cadence]", a-t-il martelé.

Le Conseil constitutionnel a publié hier une déclaration selon laquelle l'une des conditions de la candidature est que le candidat soit résident du pays depuis au moins 10 ans.

Ghani Mehdi est un homme politique algérien qui a vécu au Royaume-Uni et a présenté des émissions satiriques sur la chaîne Al Magharibiya (opposition), qui diffuse depuis Londres.

Depuis le 22 février, des manifestations contre la candidature du président Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat secouent l'Algérie.

 aa.com.tr

 Commenter