17/02/2019 lilianeheldkhawam.com  10 min #152288

Mise à jour. Revenu universel: un marketing global piloté par les grandes entreprises mondialisées. Vincent Held

Source: Mouvement français pour un revenu de base (via  Youtube)

Mais d'où provient donc cet engouement soudain pour l'idée du revenu de base universel ? Des plus grandes icônes anticapitalistes aux milliardaires anglo-saxons, des technocrates bruxellois aux magnats de la Silicon Valley - en passant par le monde académique... Le revenu de base est aujourd'hui au centre de toutes les attentions !

Il convient donc de s'intéresser d'un peu plus près à cette « utopie sociale » qui présente encore des zones d'ombre intrigantes...

Une image marquante du marketing global en faveur du revenu universel : le déversement de 8 millions de pièces de 5 centimes sur la Place fédérale à Berne, en octobre 2013. (Photo: Stephan Bohrer)

Prenons l'exemple du tentaculaire Basic Income Earth Network - ou Réseau mondial pour le revenu de base, en français. Il est vrai que cette ONG basée en Belgique - et implantée jusqu'en Inde, en Chine et au Japon ! - est animée par des militants de base idéalistes...

Pourtant, l'on découvre peu à peu que le professeur londonien Guy Standing, qui a fondé le mouvement, est  très apprécié du Financial Times. Mieux encore, cet utopiste social à la rhétorique marxiste entretient d'excellents rapports avec les magnats du Forum de Davos et du sulfureux groupe Bilderberg !

Guy Standing, l'anticapitaliste préféré des élites mondialisées

Il faut dire que les soutiens du revenu de base universel ne manquent pas dans les milieux d'affaires mondialisés. En témoigne cette citation de l'ancien PDG d'Axa, Henri de Castries, qui siège aujourd'hui notamment aux conseils d'administration de HSBC et Nestlé :

« Beaucoup de gens ricanent devant l'idée du revenu universel. Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Cette idée n'est pas idiote. » 1 

Peu étonnant, donc, que  Guy Standing ait participé à la conférence du club Bilderberg de juin 2016, qui s'était tenue à Dresde sous la présidence d'Henri de Castries, justement.

Juste après cette rencontre à huis clos avec les « maîtres de l'univers » 2, le Prof. Standing allait encore se voir offrir une tribune libre de près de quarante minutes au Forum de Davos, en janvier 2017. Il s'y sera également livré à un débat fort peu contradictoire avec des hommes d'affaires  incontestablement bienveillants à son égard.

Le Prof. Standing au Forum économique mondial de Davos, le 18 janvier 2017. (Source: World Economic Forum - via Youtube)

Il faut dire que lors de son édition précédente, le Forum de Davos avait déjà organisé  un débat d'experts économiques autour de la question du revenu de base universel. Or, contre toute attente, ceux-ci avaient globalement exprimé de la compréhension - voire de la sympathie - pour cette idée venue de la gauche radicale.

« Que feriez-vous si votre revenu était assuré ? » Cette campagne d'affichage monumentale en plein cœur de Genève aura assuré une visibilité mondiale à l'initiative suisse pour le « Revenu de Base Inconditionnel » (Source :  Grundeinkommen.ch)

Le parcours personnel tortueux du Prof. Standing illustre ainsi à merveille l'ambiguïté qui entoure la question du revenu de base universel. Quoique qu'elle ait essentiellement été présentée au public comme une avancée sociale, il se pourrait bien, en effet, que cette idée bénéficie en priorité aux grandes entreprises mondialisées. Avec, à la clé, une opportunité historique de comprimer le coût de la main d'œuvre, grâce à l'automatisation massive des tâches susceptibles d'être effectuées par l'intelligence artificielle (IA).

« Créer des places de travail, ce n'est pas social. » (Daniel Häni, chef de file du mouvement suisse en faveur du revenu universel)

Rien d'étonnant, donc, à ce que le marketing global en faveur du revenu universel bénéficie de puissants soutiens financiers... pas toujours très transparents !

Par Vincent Held. Thématique tirée du livre « Après la crise », disponible par exemple chez  Decitre #ff00ffolor, à  La Fnac #ff00ffolor ou chez  Payot (Présentation de  l'éditeur #ff00ffolor)

Notes

1 « Quand le filloniste Henri de Castries défend le revenu universel de Benoît Hamon »,  Challenges, 24/01/2017

2 Cette expression volontairement provocante nous vient du grand quotidien britannique  The Telegraph. Une tonalité que l'on retrouve d'ailleurs dans le quotidien économique français  Les Échos...

 BHL défend le quantitative easing du pouvoir d'achat, ou la distribution d' argent gratuit à tous...

 lilianeheldkhawam.com

 Commenter