Des experts de l'Onu épinglent la France pour son comportement envers les manifestants Gilets jaunes

15-02-2019 4 articles francais.rt.com 6 min #152207

© GONZALO FUENTES Source: Reuters

L'ONU entre dans le débat concernant les Gilets jaunes et s'inquiète de dérives de l'Etat. Plusieurs experts demandent à la France de «repenser [ses] politiques en matière de maintien de l'ordre pour garantir l'exercice des libertés».

La France est devenue la cible de plusieurs experts indépendants de l'ONU qui ont livré le 14 février un  communiqué sur le site du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme.

#France: UN experts denounce severe rights restrictions on #GiletsJaunes protesters. Social movements play a legitimate role in governance and the authorities should rethink their law enforcement policies to guarantee the exercise of freedoms.
Read:

Selon ce groupe d'experts des droits de l'homme des Nations unies, composé de trois personnes, «le droit de manifester en France a été restreint de manière disproportionnée lors des manifestations récentes des Gilets jaunes et les autorités devraient repenser leurs politiques en matière de maintien de l'ordre pour garantir l'exercice des libertés».

Les experts soulignent que le fait de garantir l'ordre public pendant les mobilisations «implique la nécessité de respecter et de protéger les manifestants qui se rendent pacifiquement à une manifestation pour s'exprimer».

Dénonçant le nombre d'interpellations, de gardes à vue, des fouilles et de blessés, les experts s'inquiètent «de constater qu'après des semaines de manifestations, les restrictions et tactiques de gestion des rassemblements et du recours à la force ne se sont pas améliorées». Ils critiquent en outre l'«usage disproportionné» dans les manifestations d'armes dites «"non-létales" telles que les grenades et les lanceurs de balles de défense».

La loi anticasseurs préoccupe les experts de l'ONU

Egalement dans le viseur des experts, la dernière loi dite «anticasseurs», votée par  l'Assemblée nationale le 5 février. Pour eux, certaines dispositions ne seraient pas conformes avec le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. «Des dispositions [qui] pourraient être appliquées de manière arbitraire et conduire à des dérives extrêmement graves», argumentent-ils.

RT France 07/02/2019 09:01:14 68 58  115904/94
«La terreur du #gouvernement face à son peuple» : l'avocat David Koubbi étrille la loi #anticasseurs@DavidKoubbi #LoiAntiCasseurs

Les experts ont conclu en encourageant «les autorités françaises à ouvrir des voies de dialogue afin d'atténuer le niveau de tension et de reconnaître le rôle important et légitime que les mouvements sociaux jouent dans la gouvernance».

 Lire aussi : Gilets jaunes : mobilisation à Argenteuil en soutien au manifestant à la main arrachée (IMAGES)

 francais.rt.com

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
18-03-2019 les-crises.fr 2 min #153575

Interdit d'interdire : La police fait-elle un usage excessif de la force ?

15-03-2019 courrierdesjournalistes.com 3 min #153459

L'Onu classe la France au même rang que le Soudan et le Zimbabwe sur les violences policières

Les policiers algériens ont refusé de brutaliser les manifestants qui sont descendus dans les rues pour protester contre le cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika. Aucun tir de flash ball ou de gaz lacrymogène. Au milieu des manifestants, ils ont été applaudis comme des héros.

Par contre, le Haut-commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, a demandé mercredi à la France qui se proclame pays des droits de l'homme, de mener une enquête sur les cas de violences policières pendant les manifestations des Gilets jaunes.

21-02-2019 les-crises.fr 5 min #152473

France : des experts de l'Onu dénoncent des restrictions graves aux droits des manifestants « gilets jaunes »

Source :  ONU, 14-02-2019

Michel Forst, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'homme.

« Depuis le début du mouvement de contestation en novembre 2018, nous avons reçu des allégations graves d'usage excessif de la force. Plus de 1.700 personnes auraient été blessées à la suite des manifestations dans tout le pays », ont déclaré ces experts dans un communiqué de presse.

 Se réfère à :