Haïti : Ce qu'on doit comprendre à propos de la lutte d'aujourd'hui.

11-02-2019 13 articles mondialisation.ca 5 min #152046

«Hier était trop tôt, demain sera trop tard, c'est aujourd'hui qu'il faut procéder».

Ce qu'on doit comprendre à propos de la lutte d'aujourd'hui. D'abord, c'est un passage obligé, un pont conduisant à l'Haïti moderne et prospère dont nous rêvons depuis le 17 octobre 1806. Nous sommes à la dernière phase de sa matérialisation.

Le 7 février 1986 fut la première étape, le balayage de l'hérédité dans notre système politique. Cela entraîna un apprentissage douloureux des concepts rudimentaires de la démocratie, une tradition que nous n'avions pas. Une longue «transition qui n'en finit pas», certes, mais au cours de laquelle le peuple et ses dirigeants avisés ont pu atteindre l'intelligence et le niveau de maturité indispensables à l'accouchement de cette nouvelle Haïti. C'est-à-dire «Une société où chaque haïtien se sent à l'aise chez lui sur le plan politique, économique, social et culturel.»

Ce qui a davantage compliqué le processus de changement, c'est qu'il y a un groupe de personnes_ ayant profité de l'instabilité, « trop gâtées » par l'argent facile et la jouissance effrénée des dividendes de la corruption_ refusent de lâcher prise. Ces individus deviennent les nouveaux boucliers du statu quo ante; ils ignorent que cette réalité était éphémère, et ils veulent l'instituer en un nouveau système d'état.

Le pire, c'est que ces nouveaux millionnaires de l'interminable transition n'ont pas d'allégeance ni d'idéologie. Comme des prostitués ou des mercenaires, ils sont là où il y a de l'argent. Ils étaient à Caracas (Venezuela) ; ils traînaient leurs bosses à Hanoï (Vietnam), ils séjournaient à Taipei (Taïwan)...sans oublier Washington. Il s'agit d'un mélange scandaleusement hétéroclite. On trouve côte à côte d'anciens duvaliéristes, des lavalassiens, des «gauchistes» et Martellystes, avec l'objectif unique d'amasser des fortunes même dans le black-out.

En dernier essor, le peuple avait fini par comprendre que Joseph Martelly faisait, lui aussi, partie du problème de la transition. Maintenant il doit partir.

«La transition qui n'en finit pas», bien qu'elle ait été péniblement supportable, avait permis de dégager au niveau de l'oligarchie de potentiels alliés qui, curieusement, véhiculent les mêmes discours avec le «Camp National», la modernité d'Haïti. Une incursion importante pour la suite du combat sur le plan économique, financier et technologique.

Aujourd'hui, nous sommes à un carrefour historique où le dernier bouclier du monde ancien doit tomber pour que naisse la nouvelle société. Le peuple se rend compte, jusque dans sa subconscience, de sa responsabilité historique de «faiseur d'histoire»; il est convaincu que c'est tout le système qu'il faut changer. Après 33 ans de rapiéçage, il en a marre. La modernité s'impose.

Les rendez-vous historiques manqués avec Anténor Firmin au 19ème siècle, Dumarsais Estimé et Lesly Manigat au 20ème siècle qui, par refus obscurantiste des élites, ou ambition politique dégénérée, ou la peur de l'oligarchie et de la classe politique, n'avaient pas eu la chance d'implémenter les principes de la modernité dans nos mœurs politiques, économiques et sociales.

Le caractère unique des protestations de ces derniers jours, comme me disait un ami hier, a une allure économique et non-politique. Le peuple perçoit l'appareil gouvernemental seulement comme un moyen appréciable dans le processus de changement mais pas la finalité. Ses revendications et son engagement sont profondément économiques et sociales depuis le prolongement du règne de Martelly sans Martelly. J'insiste sur l'après-Martelly, car Jovenel Moise n'existe pas politiquement. Il y a eu de nombreux morts, notamment des jeunes, les plus souciés pour l'avenir, des adolescents et même des femmes; des casses ont été enregistrées aussi contre des compagnies, des voitures furent brûlées... Tout ceci fait malheureusement partie des dommages collatéraux de la lutte populaire, mais pas en vain. Cet engagement est l'expression d'une décision consciente et résolue à tout changer irréversiblement.

Désormais, aucun dirigeant n'a un chèque en blanc. Le changement doit être matérialisé dans la poche et l'assiette du peuple, sinon il n'y aura pas de rémission. Ce qui constitue un segment essentiel qui dépasse les limites de la première étape du combat, datée du 7 février 1986, qui fut de mettre fin à cette forme d'atavisme dans nos traditions politiques.

«Hier était trop tôt, demain sera trop tard, c'est aujourd'hui qu'il faut procéder.» Le peuple intelligent d'Haïti l'a si bien compris qu'il accepte déjà le sacrifice ultime de jeter les bases d'une meilleure vie pour les générations à venir. Quel exemple d'humilité et de sacrifice de soi pour la rédemption et le sauvetage de tout un peuple!

Joël Léon

10 février 2019

La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright ©  Joël Léon, Mondialisation.ca, 2019

 mondialisation.ca

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
15-03-2019 mondialisation.ca 14 min #153472

Haïti: le développement du sous-développement

« Le développement est un processus simple : il faut le faire soi-même.
Pour toute économie, ou bien on le fait soi-même
ou bien il n'y aura pas de développement du tout.»
Jane Jacob, Les villes et la richesse des nations

Haïti : un pays qui se sous-développe en périphérie et au profit des États-Unis, du Canada, de la France et des compagnies transnationales.

09-03-2019 medelu.org 33 min #153211

Pour comprendre la révolte des Haïtiens

« Le Gouvernement des Etats-Unis exhorte tous les citoyens, partis politiques et organisations de la société civile à s'exprimer pacifiquement. La violence aggrave l'instabilité et la souffrance du peuple (...). » Ce n'est bien entendu ni à l'opposition vénézuélienne, en phase insurrectionnelle en 2014 et 2017, ni à celle du Nicaragua, pareillement soulevée en 2018, que l'ambassade des Etats-Unis a adressé ce message.

05-03-2019 investigaction.net 5 min #152994

Haïti : L'unité des secteurs progressistes, l'« unique alternative », selon la Crose

05 Mar 2019

Article de :  Pierre Gotson

« La nuit est longue, mais notre rêve est encore plus long » : c'est par ces mots que les militants de la Coordination régionale des organisations du Sud-est (Crose) ont renouvelé, le samedi 2 mars, leur engagement à poursuivre le combat « contre la domination, la corruption et l'injustice sociale » que menait l'ancien ministre et agronome Gérald Mathurin, fondateur du mouvement.

24-02-2019 legrandsoir.info 19 min #152589

Les crises haïtienne et vénézuélienne révèlent l'élasticité de la notion de démocratie des Etats-Unis

Feguenson Hermogène

Quel lien existe-t-il entre la crise politique haïtienne actuelle et l'impasse politique dans laquelle se trouve le gouvernement vénézuélien ?

Le 7 février dernier, plusieurs milliers de citoyen-ne-s ont gagné les rues dans les différentes villes du pays pour exiger le procès des dilapidateurs des fonds du programme  Petro-Caribe ayibopost.com * ; la démission du chef d'État et de son gouvernement.

21-02-2019 mondialisation.ca 3 min #152462

Causes de la révolte en Haïti et solutions : Pasha Vorbe, Fanmi Lavalas

Depuis Port-au-Prince, Joël Édouard (Pasha) Vorbe, membre du comité exécutif de l'Organisation politique Lavalas, explique les causes de la révolte en Haïti qui continue à bouleverser le pays.

Aussi, il décrit les différentes façons dont les autorités politiques ont détourné le processus électoral en Haïti depuis le coup d'État de 2004 contre le président Jean-Bertrand Aristide, notamment privant la grande majorité des Haïtiens de leur droit de vote et en excluant la Fanmi Lavalas des élections.

20-02-2019 mondialisation.ca 17 min #152428

Les crises, haïtienne et vénézuélienne, révèlent l'élasticité de la notion de démocratie des Usa

Le 7 février dernier, plusieurs milliers de citoyen-ne-s ont gagné les rues dans les différentes villes du pays pour exiger le procès des dilapidateurs des fonds du programme  Petro-Caribe*; la démission du chef d'État et de son gouvernement. Cela a été aussi l'occasion de lancer un cri de colère contre l'inflation due, en partie, à la dépréciation de notre monnaie.

19-02-2019 reseauinternational.net 14 min #152376

« nous devons vivre comme des personnes » : chronique de Haïti en rouge vif

par Lautaro Rivara

Le climat social se réchauffe en Haïti, les frustrations sociales s’accumulent dans une poudrière qui n’en finit pas de se remplir. Après les intenses mobilisations de l’an dernier, avec un épicentre radical en juillet, octobre et novembre, la trêve tacite de fin d’année a donné lieu à un Noël matériellement précaire mais tranquille.

19-02-2019 legrandsoir.info 8 min #152363

De l'État de droit à l'État de passe-droit

Erno RENONCOURT

Cette lettre adressée au CORE GROUP, haut lieu de pouvoir réunissant en Haïti les ambassadeurs des puissantes missions diplomatiques, se veut un plaidoyer pour la raison, dans le chaos qui règne en Haiti depuis toujours et qui s'est intensifié depuis le 7 février 2019 par la colère légitime des masses.

Un plaidoyer pour la raison en guise de lettre ouverte au CORE GROUP

17-02-2019 legrandsoir.info 11 min #152298

La révolution qui progresse en Haïti est directement liée à celle du Venezuela (Haïti Libertés)

Kim Ives

Pour le septième jour consécutif, le chaos règne à Haïti, tandis que les masses continuent à se soulever dans toute la nation pour renverser la président Jovenel Moïse à cause de sa corruption, son arrogance, ses fausses promesses et ses mensonges éhontés.

Mais la crise ne sera pas résolue par le seul départ de Moïse, qui semble imminent. La révolution d'aujourd'hui présente tous les signes d'un mouvement aussi profond et irrésistible que celle d'il y a 33 ans, contre le dictateur playboy Jean-Claude « Baby Doc » Duvalier, dont la fuite le 7 février 1986 vers un exil doré en France à bord d'un avion-cargo C-130 des Forces Aériennes US, après deux mois de rébellion, a marqué le début de cinq ans de tumulte populaire.

16-02-2019 mondialisation.ca 8 min #152267

Des manifestations de masse paralysent Haïti

Entamées depuis plus d'une semaine, à l'occasion du 33e anniversaire de la fuite du pays de Jean-Claude «Baby Doc» Duvalier lors de l'effondrement de son régime, des manifestations paralysent une grande partie du pays.

Les protestations actuelles exigent un sort similaire pour le président Jovenel Moïse, qui a remporté en 2015 une élection à laquelle seulement 20% des électeurs éligibles ont participé.

14-02-2019 mondialisation.ca 3 min #152165

La révolte en Haïti dont on ne parle pas

Haïti, dont on parle peu, est la scène d'immenses manifestations où on exige la démission du président Jovenal Moïse mais on n'en parle pas. Le 7 février marquait l'anniversaire de la fuite de Jean-Claude Duvalier; eàdes milliers de Haïtiens partout au pays l'ont souligné en manifestant contre le gouvernement de Jovenal Moïse, la corruption, la violence de l'État et plus.

13-02-2019 legrandsoir.info 8 min #152102

D'éloquence et de lumière

Erno RENONCOURT

Chercher la reliance pour faire émerger l'intelligence

En surfant sur le net et en relisant mon article sur le MOI du repère indigent afin de déceler quelques incohérences à rectifier, je suis tombé sur cette phrase d'Albert Einstein. « Je détermine l'authentique valeur d'un homme d'après une seule règle : à quel degré et dans quel but il s'est libéré de son Moi ? ».

 Référencé par :