Le leader putschiste du Venezuela veut privatiser la compagnie pétrolière d'Etat et demande l'aide du Fmi

10-02-2019 entelekheia.fr 13 min #152006

Par Ben Norton
Paru sur  The Grayzone Project sous le titre Venezuela's US-Backed Coup Leader Immediately Targets State Oil Company, Requests IMF Money

Juan Guaidó, leader putschiste non élu soutenu par les États-Unis, tente déjà de restructurer la compagnie pétrolière d'État vénézuélienne et d'obtenir un financement du FMI néolibéral.§#e5e4e4
§#cecdcd

Le chef de l'opposition de droite que les États-Unis tentent d'installer de manière antidémocratique à la présidence du Venezuela s'est immédiatement tourné vers la compagnie pétrolière d'État du pays, qu'il espère restructurer et privatiser. Il cherche également à obtenir de l'argent du Fonds monétaire international (FMI) pour financer son gouvernement non élu.

Le 23 janvier, le président américain Donald Trump a reconnu Juan Guaidó, un politicien d'opposition peu connu et formé aux États-Unis, comme prétendu « président par intérim » du Venezuela. En 48 heures, Guaidó a tenté de prendre le contrôle du principal raffineur de pétrole du Venezuela, basé aux États-Unis, et d'utiliser ses revenus pour aider à financer son régime putschiste soutenu par les États-Unis.

Guaidó est en train de tenter de faire licencier les dirigeants de Citgo Petroleum, qui appartient à la compagnie pétrolière publique vénézuélienne PDVSA, et cherche à nommer son propre nouveau conseil d'administration.

Reuters a  décrit Citgo comme « l'actif étranger le plus important du Venezuela » ; Bloomberg  l'appelle « le joyau de la couronne des actifs de PDVSA ».

Citgo est le plus gros acheteur de pétrole vénézuélien, bien que le  régime brutal de sanctions imposé par l'administration Trump aient empêché la compagnie d'envoyer ses revenus au Venezuela,  privant le gouvernement de financements.

Citant des responsables américains, le Washington Post a  rapporté que la stratégie de l'administration Trump « est d'utiliser le nouveau gouvernement intérimaire déclaré comme outil pour refuser à Maduro les revenus pétroliers des États-Unis, qui fournissent normalement au Venezuela la quasi-totalité de ses revenus ».

Vers la privatisation du pétrole vénézuélien

Le Venezuela possède les plus grandes réserves de pétrole du monde. Mais les présidents de gauche Hugo Chávez et Nicolás Maduro ont, au cours des deux dernières décennies, résisté aux tentatives des compagnies pétrolières américaines d'exploiter les abondantes ressources naturelles de la nation sud-américaine.

L'agence d'information sur le pétrole S&P Global Platts  a rapporté que, dans le sillage immédiat de l'onction de Juan Guaidó par les Etats-Unis en tant que supposé « président » du Venezuela, le chef de l'opposition avait déjà rédigé « des plans pour introduire une nouvelle loi nationale sur les hydrocarbures qui établit des conditions fiscales et contractuelles flexibles pour des projets adaptés aux prix du pétrole et au cycle d'investissement du pétrole ».

Ce plan impliquerait la création d'une « nouvelle agence dédiée aux hydrocarbures » qui « lancerait des appels d'offres pour des projets de gaz naturel et de bruts classiques, lourds et extra-lourds ».

En d'autres termes, il s'agit de mesures express pour privatiser le pétrole du Venezuela et ouvrir la porte aux multinationales.

Comme l'a  déjà signalé The Grayzone, l'opposition de droite vénézuélienne l'avait déjà clairement indiqué dans ses plans de « transition » : « Les entreprises publiques seront soumises à un processus de restructuration qui garantira leur gestion efficace et transparente, y compris par le biais d'accords public-privé. »

S&P Global Platts a également indiqué que les sanctions américaines frappent durement le Venezuela, et les responsables de l'administration de Trump pourraient bientôt resserrer les vis :

. les États-Unis ont imposé des sanctions qui ont sérieusement entravé la capacité de PDVSA à lever de nouveaux financements ou à restructurer son endettement écrasant.

Les responsables américains ont déclaré qu'ils étaient prêts à invoquer d'autres sanctions contre le secteur pétrolier vénézuélien, y compris un embargo total sur les importations américaines de brut vénézuélien, si l'impasse de Maduro avec Guaido s'intensifiait en violences ou répression politique.

Selon des sources du marché, la reconnaissance par les États-Unis du Guaido comme leader légitime du Venezuela pourrait inciter les raffineurs américains à stopper leurs achats de brut vénézuélien tant que Maduro sera au pouvoir. »

Le sénateur américain néoconservateur Marco Rubio, qui est profondément  impliqué dans le coup d'État, a également révélé le pot-aux-rose lorsqu'il a  parlé à plusieurs reprises du pétrole, et a publiquement appelé les travailleurs pétroliers à « se couper » de Maduro et à « commencer à travailler » avec Guaidó.

Marco Rubio 24/01/2019 13:34:38 3094 2160  3688061/2407
Biggest buyers of Venezuelan oil are @ValeroEnergy & @Chevron. Refining heavy crude from #Venezuela supports great jobs in Gulf Coast.
For the sake of these U.S. workers I hope they will begin working with administration of President Guaido & cut off illegitimate Maduro regime.

(Trad : « Les plus gros acheteurs de pétrole vénézuélien sont @ValeroEnergy & @Chevron. Le raffinage du brut lourd du #Venezuela soutient d'excellents emplois sur la côte du Golfe du Mexique.

Pour le bien de ces travailleurs américains, j'espère qu'ils commenceront à travailler avec l'administration du président Guaido et à mettre fin au régime illégitime Maduro. »

Financement du coup d'État par le FMI néolibéral

La tentative de restructuration de Citgo ne serait que la première étape de la politique capitaliste néolibérale mise en œuvre par le régime putschiste soutenu par les États-Unis au Venezuela.

Reuters a également  rapporté que Guaidó « envisage une demande de fonds auprès d'institutions internationales, y compris le FMI, pour financer son gouvernement par intérim ».

Le Fonds monétaire international est bien connu comme véhicule d'influence politique et économique des États-Unis. Pendant des décennies, le FMI, de concert avec la Banque mondiale, a piégé des pays latino-américains ostensiblement indépendants avec des dettes et imposé des programmes dits « d'ajustement structurel » qui obligent les gouvernements à imposer à leurs populations une thérapie de choc néolibérale brutale, notamment des mesures d'austérité, la privatisation des actifs publics, la dérégulation et la réduction des services sociaux.

L'ancien président socialiste élu du Venezuela, Hugo Chávez, avait  rompu les liens avec le FMI et la Banque mondiale, qu'il avait qualifiés de « dominés par l'impérialisme américain ». Au lieu de cela, le Venezuela et d'autres gouvernements de gauche en Amérique latine ont travaillé ensemble pour  cofonder la Banque du Sud, en contrepoids au FMI et à la Banque mondiale.

Guaidó a décidé de réintégrer le Venezuela dans ces institutions financières dominées par Washington. Outre sa recherche de financement auprès du FMI, Guaidó tente également d'envoyer un nouveau représentant à la Banque interaméricaine de développement.

L'opposition de droite vénézuélienne a clairement fait savoir qu'elle avait l'intention de poursuivre des réformes capitalistes néolibérales agressives. L'Assemblée nationale, contrôlée par l'opposition, a également déclaré dans ses plans de « transition » que le « modèle centralisé de contrôle de l'économie sera remplacé par un modèle de libre marché fondé sur le droit de chaque Vénézuélien à travailler dans le cadre des garanties du droit de propriété et de la liberté d'entreprise ».

Ce plan pourrait être un rêve pour les entreprises étrangères, mais même de nombreux Vénézuéliens qui manifestent aujourd'hui contre leur gouvernement pourraient bientôt décider que se battre pour aider au pillage des actifs de l'État n'est pas un combat digne d'être mené.

The Grayzone Project est un site web d'information et de politique dédié au journalisme d'investigation et d'analyse dirigé par le journaliste primé Max Blumenthal. Sur l'auteur : Ben Norton est journaliste et écrivain. Il est journaliste pour The Grayzone et producteur du podcast  Moderate Rebels, qu'il coanime avec Max Blumenthal. Son site Web est  BenNorton.com. Compte Twitter @ BenjaminNorton

Traduction Entelekheia
Illustration « Hands Off Venezuela » - Touche pas au Venezuela

 entelekheia.fr

 Ajouter un commentaire
newsnet 19/02/10 21:47

dans leur rêve