Les Honduriens et les Guatémaltèques recherchent des services de santé au Salvador

09-02-2019 reseauinternational.net 8 min #151934

par Odalys Troya Flores

Des dizaines de Honduriens et de Guatémaltèques quittent chaque jour leur pays pour le Salvador à la recherche de soins médicaux gratuits, étant donné les difficultés que connaît le système de santé publique de leurs pays respectifs.

Le Honduras est le pays d’Amérique Centrale où les familles consacrent la plus grande partie de leurs revenus aux services de santé et aux médicaments parce que le système public ne les couvre pas.

Le journal Criterio a récemment souligné que le gouvernement nationaliste de Juan Orlando Hernandez fait face à un exode massif de migrants qu’il ne peut contrôler. La crise hospitalière s’aggrave en raison du manque de médicaments, de fournitures et de moyens pour rémunérer les médecins et les infirmières.

Les longues listes de patients nécessitant une intervention chirurgicale sont fréquentes dans le pays et sont retardées en raison d’un manque de ressources de toutes sortes.

L’année dernière, un rapport sur un réseau de corruption présenté par le Conseil National de Lutte contre la Corruption a révélé qu’au cours des dernières années, de hauts fonctionnaires de l’État ont fait du trafic d’influence dans les achats de médicaments par le Ministère de la Santé.

Ces achats ont été effectués avec une surévaluation excessive des prix, ce qui a provoqué des manifestations dans le pays d’Amérique Centrale.

Selon Criterio, en 2015, après la découverte d’un vol qualifié à l’Institut Hondurien de Sécurité Sociale, des milliers de Honduriens sont descendus dans la rue pour exiger la démission du président Hernandez, qui a admis avoir reçu des fonds de cet acte de corruption, pour financer sa campagne politique qui l’a porté au pouvoir en 2014.

Au Guatemala, la situation du système de santé n’est pas très éloignée de celle du Honduras, et c’est pourquoi de nombreuses personnes dans le besoin se rendent également au Salvador à la recherche de soins médicaux.

Selon un article de Oswaldo J. Hernández, publié dans Plaza Pública :

« Le système de santé publique du Guatemala est malade« .

Il indique que pendant deux décennies, des médecins, des patients, des proches, des politiciens, des économistes et tout citoyen guatémaltèque ont été témoins de la façon dont le Ministère de la Santé Publique et de l’Assistance Sociale a été poussé au bord du précipice, principalement par la corruption et d’innombrables mauvaises décisions.

Lucrecia Hernandez, qui a été la première femme à la tête du Ministère de la Santé du Guatemala, a également critiqué la situation actuelle dans ce secteur.

L’ancienne fonctionnaire a démissionné le 27 août 2017 après que le Président Jimmy Morales ait expulsé le Colombien Iván Velásquez, chef de la Commission Internationale contre l’Impunité (CICIG).

Lors d’un forum de haut niveau organisé parallèlement au 55e conseil d’administration de l’Organisation Panaméricaine de la Santé en 2016, Lucrecia a décrit le système comme :

« Un patient souffrant de malnutrition chronique, qui souffre d’une infection et qui est maintenant dans un état critique« .

Elle a également indiqué que le réseau actuel des services de santé publique datait « de 40 ans » et devrait être au service des besoins de santé de plus de 16 millions de Guatémaltèques.

Pour l’ancienne Ministre Hernandez, sa principale priorité était de renforcer les services de soins primaires du pays, en mettant l’accent sur les soins communautaires fournis par les postes de santé, mais après sa démission, peu ou rien n’a changé à ce jour.

Jusqu’au Salvador

Dans ce contexte d’insatisfaction de la part des majorités concernant les services de santé dans ces deux pays, de nombreux Guatémaltèques et Honduriens se rendent au Salvador, surtout à partir des zones frontalières.

Le Salvador est le chef de file dans la région de l’Amérique Centrale, selon un rapport de surveillance de l’Organisation Mondiale de la Santé et de la Banque Mondiale sur la couverture maladie universelle dans le cadre des Objectifs du Développement Durable.

Au niveau de l’Amérique Latine, elle vient après le Brésil, l’Uruguay et Cuba, et se classe au 33e rang mondial dans ce domaine, selon la recherche.

Une politique nationale de santé interculturelle a été élaborée en juin dernier, sous la direction du Ministère de la Santé et avec la pleine participation des groupes autochtones, des associations de défense des droits de l’homme, des institutions du secteur sanitaire et de la communauté universitaire.

L’inclusion des groupes autochtones représente une étape importante pour atteindre les personnes exclues et veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte dans le pays.

Dans des déclarations à Prensa Latina, Herbert Vargas, porte-parole de l’Hôpital National de la Femme « Docteur María Isabel Rodríguez » du Ministère salvadorien de la santé, a précisé que l’année dernière seulement, cette institution a fourni des consultations externes à 327 Honduriens et 137 Guatémaltèques.

Il a ajouté que l’hôpital compte 118 sorties de patients étrangers, dont 92 honduriens et 26 guatémaltèques.

L’Hôpital María Isabel Rodríguez a également traité des patients du Costa Rica, du Panama et d’autres pays.

Toujours dans cette institution, en 2018, 30 enfants sont nés, dont 22 de mères honduriennes et huit de guatémaltèques, a déclaré Vargas.

Le nombre total de sorties d’hôpitaux nationaux de patients étrangers s’élève à 3 938, dont 2 172 Honduriens, 1 747 Guatémaltèques, 3 Costaricains, 7 Nicaraguayens et 9 d’autres nationalités.

Le nombre d’accouchements assistés dans le réseau hospitalier public national de patients étrangers est de 743, dont 520 de mères honduriennes, 219 guatémaltèques et 4 d’autres nationalités.

Vargas a souligné que les données nationales provenaient du système informatique en ligne du Ministère salvadorien de la Santé sur la mortalité.

Il a souligné que dans son pays, avec l’arrivée du Front Farabundo Martí pour la Libération Nationale (FMLN), il a été lancé une réforme comme réponse globale à l’abandon et à la privatisation qui garantit le droit à la santé de toute la population salvadorienne. En même temps, les hôpitaux nationaux soignent les Honduriens, les Guatémaltèques et les Nicaraguayens sans discrimination pour leur nationalité d’origine ou leurs moyens.

En attendant, au Honduras et au Guatemala, de nombreuses tâches restent à accomplir pour résoudre le problème de l’accès à la santé publique de la population, en particulier de ceux qui ne peuvent se permettre de payer les prix élevés pratiqués par le secteur privé.

Source :  Hondureños y guatemaltecos buscan servicios de Salud en El Salvador

traduit par Pascal, revu par Martha pour  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter