Madame la garde des Sceaux, vous mentez. Par la rédaction de Mediapart

07-02-2019 8 articles les-crises.fr 6 min #151854

Source :  Le Blog Mediapart, 05-02-2019

La garde des Sceaux a menti devant l'Assemblée nationale, mardi 5 février. Questionnée par le député de La France insoumise Ugo Bernalicis sur la tentative de perquisition qui a eu lieu à Mediapart la veille, Nicole Belloubet a démenti toute « instrumentalisation de la justice » et a affirmé que Mediapart avait finalement, face à la pression médiatique, consenti à donner les enregistrements publiés.

Voici ses propos :

« Deux magistrats du parquet de Paris se sont rendus au journal Mediapart pour se faire remettre des enregistrements sonores de conversations qui seraient intervenues entre Messieurs Benalla et Crase. Les magistrats précisaient qu'ils agissaient dans le cadre non coercitif de l'enquête préliminaire et qu'ils ne pouvaient procéder à une remise sans l'assentiment du représentant légal de l'entreprise de presse. Mediapart a dans un premier temps refusé cette remise, mais comme la presse s'en est fait l'écho, depuis, les bandes sonores ont été remises à la justice, ce qui est une très bonne chose je crois pour que toute la vérité soit faite dans cette affaire. »

Cette affirmation, répétée encore plus clairement au Sénat, est doublement fausse.

1) D'abord, la ministre de la justice confond délibérément deux procédures judiciaires différentes.

D'un côté, Mediapart a reçu vendredi 1er février, en fin de journée, une demande de réquisition des extraits d'enregistrements que nous avons diffusé  dans notre article du 31 janvier par les juges d'instruction de l'affaire du 1er-Mai, visant Alexandre Benalla et Vincent Crase.

De l'autre, notre journal a fait l'objet, lundi 5 février, vers 11 h 10, d'une tentative de perquisition après l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Paris des chefs d'« atteinte à l'intimité de la vie privée » et de « détention illicite d'appareils ou de dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d'interception et de télécommunications ou de conversations ».

Deux procureurs du parquet de Paris se sont présentés à notre journal, accompagnés de trois policiers, dont un commissaire divisionnaire... de la brigade criminelle. Ils nous ont annoncé qu'ils venaient pour procéder à une perquisition, et non réquisitionner les enregistrements publiés.

Si nous avons donné suite à la première demande - dont l'objectif est de documenter en procédure la violation du contrôle judiciaire de MM. Benalla et Crase -, nous nous sommes en revanche formellement opposés à la moindre perquisition dans notre rédaction. La perquisition, par la contrainte ou la surprise, peut permettre aux enquêteurs, sous l'autorité du parquet, de voir et récupérer des documents et informations confidentielles dans cette enquête au cœur du pouvoir, mais aussi dans d'autres dossiers en cours.

La première enquête a pour objet de documenter la violation du contrôle judiciaire de MM. Benalla et Crase, et de possibles délits (destruction de preuves, parjure, contrat russe), tandis que la seconde -  dénoncée par de nombreux syndicats, journalistes, avocats, membres de la classe politique - vise à identifier nos sources.

2) Contrairement à ce qu'affirme la garde des Sceaux, Mediapart avait indiqué dès vendredi faire droit à la demande de réquisition des juges.

En effet, vendredi à 16 h 48, Edwy Plenel a reçu un coup de téléphone d'un commandant de police de la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) l'informant de cette réquisition. Le directeur de Mediapart a répondu que Mediapart donnerait suite favorablement à cette demande de réquisition, et a mis en contact les auteurs de l'article avec la BRDP. Lundi 5 février, à 9 h, Fabrice Arfi a pris contact, par mail, avec le responsable de la police en charge de cette enquête, afin d'effectuer cette remise dans la journée. Les sept enregistrements ont donc été remis à la justice, lundi après-midi, par les avocats du journal.

Par conséquent, la ministre de la justice a soit menti par ignorance - et c'est grave - soit elle a menti sciemment - et c'est très grave.

Source :  Le Blog Mediapart, 05-02-2019

 les-crises.fr

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
25-02-2019 francais.rt.com 5 min #152641

Perquisition dans l'affaire Benalla : Mediapart va assigner le Parquet pour «faute lourde»

22-02-2019 francais.rt.com 3 min #152536

Télévision, téléphone, cuisinière : Alexandre Benalla est «satisfait» de sa cellule

© Charles Platiau Source: Reuters

Incarcéré depuis le 19 février, l'ancien conseiller d'Emmanuel Macron s'est dit «satisfait» d'avoir une télévision dans sa petite cellule. L'administration pénitentiaire précise qu'il ne bénéficie pas de «traitement de faveur».

Alexandre Benalla est  en détention provisoire depuis le 19 février à la prison de la Santé.

21-02-2019 vududroit.com 10 min #152490

Affaire Benalla et les autres : qui viole la séparation des pouvoirs ?

Le Sénat de la république en application de l'article 24 de la constitution française, a accompli la mission que ce texte lui confie. C'est dans ces conditions que s'est déroulée la commission d'enquête sur ce que l'on va appeler par commodité : « l'affaire Benalla ».

21-02-2019 reseauinternational.net 5 min #152469

Sénat: la commission d'enquête demande des poursuites contre Benalla et Crase pour « faux témoignage »

La commission d’enquête du Sénat sur l’affaire Benalla dévoilait les conclusions très attendues de son rapport, mercredi 20 février.
Elle demande au procureur de la République de Paris de se saisir des « faux témoignages caractérisés » de Alexandre Benalla et Vincent Crase devant cette même commission, a affirmé son président, le sénateur Les Républicains (LR) Philippe Bas.

20-02-2019 histoireetsociete.wordpress.com 2 min #152455

Communique De Presse du Pcf : Nous sommes face à un gigantesque scandale d'Etat (Fabien Roussel)

Faux témoignages, parjures, port d'armes, conflits d'intérêt, fébrilité de l'exécutif, absence de sanctions... Le rapport de la commission d'enquête de Sénat est accablant. La totale impunité dont Benalla et ses compères ont bénéficié est démontrée. Nous sommes face à un gigantesque scandale d'Etat.

L'affaire Benalla révèle de graves dysfonctionnements au plus haut sommet de l'Etat. Elle met en cause Benalla mais aussi de nombreux membres des cabinets de l'Elysée et de Matignon.

11-02-2019 francais.rt.com 5 min #152043

Nouvelles révélations de Mediapart sur l'affaire des contrats russes d'Alexandre Benalla

© Charles Platiau Source: Reuters

Mediapart publie ce 11 février de nouveaux détails sur deux contrats juteux qui auraient lié Alexandre Benalla à deux hommes d'affaires russes. Au total, ils s'élèveraient à 2,2 millions d'euros et les fonds auraient en partie été perçus au Maroc.

Les ennuis se poursuivent pour Alexandre Benalla, alors que Mediapart diffuse les conclusions d'une enquête sur  ses contrats de sécurité qui auraient été contractés avec deux oligarques russes.

09-02-2019 reseauinternational.net 3 min #151938

France : scandale politique au sommet de l'État ou les fantômes des Djellabas marocaines revenant de Syrie

L’enquête sur l’affaire Benalla se rapproche dangereusement de la mafia russe et par ricochet des services secrets extérieurs israéliens.

L’ingérence russe ou les activités de piratage dans les affaires politiques US, tant décriée par les médias dominants sont en fait l’oeuvre des services israéliens ou les Russes jouent un rôle de premier plan.

 Se réfère à : 1 article