Perquisition Médiapart : l'État autoritaire s'affole. Par Jean-Luc Mélenchon

05-02-2019 3 articles les-crises.fr 9 min #151743
J'ai trouvé la vision de Mélenchon intéressante - à prendre avec recul bien sûr.

Au delà de la réaction sanguine, j'avais été sidéré de l'apathie face à la perquisition chez lui et dans les locaux, vu que la Justice a saisi ses ordinateurs, ses documents, la liste des adhérents de son parti, etc. Cela pose de lourdes questions quand il s'agit d'un leader de l'opposition, qui a donc un large réseau de personnes qui le contactent, et qui sont parfois au coeur du pouvoir. Et ceci ne peut que les intimider à l'avenir.

Le fait que tout fuite chez les journalistes en 24 heures montre bien que la Justice n'est pas étanche et ne peut garder de secrets de tels éléments.

Bien entendu, cette réflexion est valable pour tous les chefs de partis du pays. Qui n'ont pas à avoir d'immunité, mais dont les sources, comme pour les journalistes, doivent impérativement être protégées.

Source:  Jean-Luc Mélenchon, 04-02-2019

Ce jour-là, Médiapart n'eut pas un mot pour s'étonner des 17 perquisitions contre les militants de « La France insoumise » et trois de leurs prestataires, ni pour les motifs, ni pour la méthode. Pas un mot d'étonnement sur le déploiement de cent policiers avec les méthodes réservées au grand banditisme, ni la perquisition au domicile du Président d'un groupe parlementaire d'opposition, de la saisie de tout le contenu de l'ordinateur de la Secrétaire Générale du groupe, pourtant aucunement concernée par les deux dossiers bizarrement joints qui servaient de prétexte à cette razzia. Pas un mot contre la confiscation d'ordinateurs ou de leur contenu intégral, rien contre la capture du fichier d'adhérents au Parti de Gauche, pas un mot contre l'interdiction faite aux responsables d'être présents pendant la perquisition du siège de « La France insoumise ». J'en passe et non des moindres.

Médiapart ne s'étonna de rien, approuva tout, se tut sur tout ce qui à l'évidence sentait à plein nez l'instrumentalisation politique de la justice et de la police. Rien sur les liens politiques entre les décideurs de l'opération, rien sur l'anomalie d'une opération construite sur deux simples dénonciations et dont seul j'ai eu à pâtir parmi nombre d'autres cités dans ces deux domaines des assistants au Parlement européen et des comptes de campagnes pourtant validés. Rien. Au contraire Médiapart a organisé une croisade de presse contre moi le jour même pour crime de lèse-majesté médiatique. Mediapart a tout justifié, tout validé. Médiapart a couvert de boue dans des spasmes de rage misogyne Sophia Chikirou. Edwy Plenel a tellement dépassé les bornes qu'il a dû lui-même retirer un de ses tweets graveleux. Médiapart a claironné que « les hommes politiques n'ont pas de vie privée ». Médiapart a diffusé des mensonges délibérés comme celui d'après lequel nous aurions été prévenus de longue date de ces perquisitions. Médiapart a fait tout ce qui lui était possible pour salir nos personnes, notre honneur, nos vies personnelles. Médiapart a été dans cette circonstance le chien de garde zélé des basses besognes de la Macronie.

Mais voilà que l'arroseur est arrosé. Médiapart est pris à son tour dans les manipulations de coups tordus entre divers étages de la police, et de la justice. Cela sous couvert d'une plainte de Benalla à propos d'un supposé viol du secret de l'instruction concernant sa vie privée. L'une d'entre nous a pourtant déposé une plainte de même nature. Bien sûr, elle n'a été suivie d'aucun effet d'aucune sorte. Alors que se passe-t-il ?

Au-delà de tous les effets de manche et postures héroïques de défenseurs de la liberté de la presse, la réalité crue est d'une autre nature et d'une autre gravité. Les médias, la police et la justice fonctionnent en circuit fermé depuis des années. Les uns achètent des informations à certains des autres qui ne devraient pas les vendre. Parfois, la tractation est gratuite quand se produit un cas qu'ils appellent le « donnant-donnant ». On se demande ce que chacun donne et contre quoi. La preuve de ce trafic impuni : jamais aucune plainte pour violation du secret de l'instruction n'aboutit. Jamais. Au sujet de nos perquisitions, Médiapart publia dès le lendemain des « informations » en copié-collé (tendancieux) des procès-verbaux sans que le Parquet n'émette la moindre protestation ni velléité de réaction. Jubilant, Fabrice Arfi tweeta : « (Révélations) Les premières découvertes des perquisitions Mélenchon. Et c'est embarrassant... ». Mais tout a changé depuis peu.

Le démarrage de l'affaire Benalla a ouvert une guerre sans merci entre services de police, également entre eux et le palais de l'Elysée, et entre magistrats et médias qui servent de relais d'habitude aux fuites organisées. Tout le monde est en embuscade autour d'un palais présidentiel en état de siège multiple. Tout est en cause dorénavant dans un régime aux abois. Les deux procureurs et les trois policiers venus perquisitionner savaient parfaitement que les dirigeants de Médiapart, sans doute prévenus de longue date, ne permettraient pas la perquisition. En effet celle-ci n'avait pas l'aval d'un juge, au contraire de mon invasion matinale. Ils savaient qu'ils exciperaient du secret des sources. Ce privilège réservé aux seuls journalistes, s'il est parfaitement compréhensible et nécessaire dans une enquête menée par un média, change de nature quand il concerne les affaires de justice. En effet il devient alors la négation des droits de la défense à une instruction sans publicité et donc sans pression. Le secret des sources dans le délit de violation du secret de l'instruction est tout simplement la porte ouverte à tous les abus et manœuvres puisque personne ne peut se défendre, ni contredire les informations publiées, ni solliciter personne pour faire cesser le trafic marchand de l'information. Il devient un droit à faire des piloris médiatiques.

Ceux qui sont venus chez Médiapart avaient donc une autre intention évidente : intimider les sources d'informations policières à l'œuvre dans l'affaire Benalla auprès de Médiapart et auprès des autres médias qui attendent leur tour de balançoire. Une guerre de grande ampleur a donc lieu en ce moment au sommet des hiérarchies élyséenne, policière et judiciaire. Médiapart aurait dû comprendre à temps ce que signifiait l'agression contre « La France insoumise », les inquisitions sous prétexte de dossiers bidonnés. Médiapart aurait dû se rendre compte que le pouvoir macroniste voulait seulement ouvrir un feuilleton judiciaire à rebondissements contre moi comme cela se pratique dans beaucoup de pays contre les leaders de ma mouvance. Il aurait dû penser politiquement la situation au lieu de s'abandonner au joie du « Schadenfreude », joie à propos du malheur des autres.

Voici ce que je crois : encouragé par la complicité de Médiapart contre nous, conscient de l'énorme discrédit des médias dans la période, le pouvoir aux abois se croit dorénavant tout permis. Sa tendance autoritaire est désormais en action la bride sur le cou. Si discutables que soient les pratiques de Médiapart et de ses dirigeants, si détestables que soient les méthodes utilisées par ce média contre nous, il ne faut pas se mettre à leur niveau. Ne soyons pas comme Fabrice Arfi quand il pérorait à mon sujet « Depuis deux jours les fausses nouvelles volent en escadrille. La première d'entre elles consiste à dire par un habile syllogisme que les procureurs de la république n'étant pas indépendants en France, la perquisition visant un membre de l'opposition est la preuve d'une justice aux ordres de l'Elysée. CQFD. C'est pourtant bien plus compliqué que cela. Mais que valent la complexité et la nuance quand il s'agit de s'ériger en martyr ? »

Le danger du moment demande au contraire de prendre la mesure de ce qui se passe bien au-delà de nos mauvais souvenirs. Devant l'exigence d'une justice impartiale et juste, face à l'exigence de la liberté de la presse, on ne règle pas de compte avec ses adversaires politiques. Il faut donc comprendre que le coup porté contre la rédaction de Médiapart en annonce d'autres contre d'autres rédactions. Les perquisitions politiques contre « La France insoumise » ouvraient la porte à celle de Médiapart. Ce qui est fait à Médiapart prépare d'autres mauvais coup de même nature contre d'autres médias ou d'autres formations politiques. Une telle pente est sans retour quand elle est prise. Le silence moutonnier des députés macronistes montre qu'ils sont prêts à tout avaliser. La Macronie est devenue dangereuse pour la liberté. En attestent la violence de la répression contre les manifestants, les pressions sur la justice pour le prononcé de peines très lourdes contre les gilets jaunes. En attestent la série de lois liberticides de Belloubet et Castaner. En attestent les délires du Président de la République sur le rôle de Poutine dans l'insurrection des gilets jaunes et son mépris de classe devenu incoercible. En atteste l'état de siège dans lequel vit notre pays sous la main de cette équipe au pouvoir « par effraction » selon l'expression de son propre chef. Mais que Médiapart n'oublie pas ses erreurs s'il veut être utile au moment qui commence. Nous, nous n'oublierons pas que nos principes doivent profiter aussi à nos adversaires, même les moins sympathiques. La République, comme la liberté, ne se divise pas au gré des moments.

Source:  Jean-Luc Mélenchon, 04-02-2019

 les-crises.fr

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
07-02-2019 8 articles les-crises.fr 6 min #151854

Madame la garde des Sceaux, vous mentez. Par la rédaction de Mediapart

Source :  Le Blog Mediapart, 05-02-2019

La garde des Sceaux a menti devant l'Assemblée nationale, mardi 5 février. Questionnée par le député de La France insoumise Ugo Bernalicis sur la tentative de perquisition qui a eu lieu à Mediapart la veille, Nicole Belloubet a démenti toute « instrumentalisation de la justice » et a affirmé que Mediapart avait finalement, face à la pression médiatique, consenti à donner les enregistrements publiés.

06-02-2019 legrandsoir.info 6 min #151789

Plenel l'écouté devenu écouteur.

Jacques-Marie BOURGET

Médiapart a livré mardi 5 février 2019, 7 enregistrements à la Justice.
Que dire de plus.... Alors que des journalistes acceptent la prison plutôt que de balancer aux flics, aux juges -même aux Etats-Unis- le patron de Médiapart, tel un livreur Uber, s'en est allé donner son butin au Palais de justice.

Avec ce bon Edwy, nous vieillissons donc ensemble.