Le Syndicat de la magistrature s'en prend à Sarkozy

27-06-2006 3 min #1517

PARIS (AFP) - Le Syndicat de la Magistrature (SM, gauche) a envoyé lundi une lettre ouverte à Nicolas Sarkozy dans laquelle il l'accuse de "violation flagrante" de la séparation des pouvoirs pour avoir reproché par courrier au président du Tribunal pour enfants de Bobigny le laxisme de sa juridiction lors des troubles anti-CPE.

Le SM a décidé également de saisir le président de la République Jacques Chirac et le Garde des Sceaux Pascal Clément "de ces nouvelles atteintes à l'indépendance de la magistrature" par le ministre de l'Intérieur, en leur demandant à chacun un entretien.
Cette lettre de M. Sarkozy est un "procédé inadmissible", s'indigne le SM, qui l'accuse également de se "fonder sur des éléments de faits inexacts".
"Au nom de vos intérêts électoralistes, vous prenez le risque et la responsabilité de ruiner la confiance des citoyens à l'égard des institutions de la République", écrit à Nicolas Sarkozy le SM, lui reprochant sa "stratégie de la tension" à l'égard de la justice.
Sur les manifestations anti-CPE, "vous cherchez par tous les moyens à accréditer l'idée que des noyaux de délinquants multirécidivistes ont orchestré ces événements. Or les renseignements généraux, vos propres services, ont infirmé cette analyse en montrant qu'une forte proportion des jeunes impliqués n'avaient pas de passé judiciaire et étaient plutôt bien intégrés socialement...", accuse le SM.
Le syndicat publie en même temps cette lettre du 19 juin envoyée par Nicolas Sarkozy à Jean-Pierre Rosenczveig, président du plus gros tribunal pour mineurs de France, dans laquelle il détaille de nombreux exemples illustrant, selon lui, le laxisme de Bobigny.
Le SM les reprend point par point pour contredire le ministre sur la véracité des faits.
"Vous prétendez que dans l'affaire de la personne (NDLR: une femme handicapée) gravement brûlée dans le bus incendié de Sevran, les trois mineurs mis en cause ont été laissés en liberté. C'est faux. Ils sont placés en détention provisoire depuis plusieurs mois", écrit par exemple le syndicat.
"Vous feignez d'ignorer qu'aujourd'hui la réponse pénale à l'encontre des mineurs est souvent plus sévère qu'à l'encontre des majeurs. Alors que 75% des affaires susceptibles de l'être sont poursuivies lorsqu'elles concernent des majeurs, ce taux atteint 85% pour les mineurs", souligne encore le SM, selon qui "la réalité de la justice des mineurs n'est pas celle de +l'impunité+, mais celle de la tolérance zéro".
La lettre de Nicolas Sarkozy répondait en fait à M. Rosenczveig qui avait lui-même vivement réagi à une attaque du ministre le 8 juin contre le manque de sévérité, selon lui, des juges pour enfants de Bobigny.
Le SM avait saisi le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour "atteinte à l'indépendance de la justice" après les propos de Nicolas Sarkozy.

 fr.news.yahoo.com

 Proposer une solution