De plus en plus de voix demandent l'interdiction des armes intermédiaires utilisées contre les manifestants

01-02-2019 10 articles bastamag.net 9 min #151578

« Je condamne les violences d'où qu'elles viennent, et je serai intraitable si elles concernent les forces de l'ordre. Chaque signalement, chaque plainte fait systématiquement l'objet d'une enquête », a assuré le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, au cours du débat nocturne sur la loi anti-casseurs, qui restreint la liberté de manifester, ce 30 janvier. Au moins, le ministre n'est plus dans la dénégation totale des violences policières : « Je n'ai jamais vu un policier ou un gendarme attaquer un manifestant ou attaquer un journaliste », déclarait-il deux semaines plus tôt, en visite à Carcassonne, alors que les signalements de blessures graves, de mains arrachées et de manifestants éborgnés s'accumulaient.

Quarante-trois de ces blessés et mutilés, ainsi que leurs avocats et des collectifs de soutien, se rappellent au bon souvenir du ministre de l'Intérieur. Dans  un manifeste publié ce 31 janvier par le Collectif « Désarmons-les ! », ils dénoncent « la violence extrême exercée par les forces de l'ordre à notre encontre et à l'encontre de l'ensemble des manifestant-es au cours des mois de novembre et décembre 2018, ainsi que lors de mouvements sociaux antérieurs et dans nombre d'opérations policières au quotidien, et particulièrement dans les quartiers populaires ».

Les demandes d'interdiction des « armes intermédiaires » se multiplient

Les signataires demandent notamment « l'interdiction immédiate et définitive » des armes dites à létalité réduite, ces armes « intermédiaires », dont certaines sont cependant classées comme armes de guerre, et « qui mutilent dans les quartiers populaires et les manifestations » : les grenades à effet de souffle GLI F4, les grenades de désencerclement DMP, les pistolets Flash-balls et fusils Lanceurs de balles de défense (LBD 40). Le 23 janvier, la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et la CGT avaient saisi en urgence le tribunal administratif pour faire interdire les tirs de lanceurs de balles de défense lors des manifestations à venir. En vain : leur requête a été rejetée. Les deux organisations, avec le Syndicat de la magistrature et le Syndicat des avocats de France ont également saisi le Conseil d'État sur le sujet. Leur demande a été rejetée le 1er février. Le 17 janvier, c'était le Défenseur des droits, Jacques Toubon, qui demandait la suspension de l'utilisation de ces armes, espérant que « le gouvernement prendra des dispositions ». En vain également.

LBD 40 en position de tir et utilisation d'une grenade, Paris, Bastille, le 26 janvier 2019 / © Serge d'Ignazio

Pourtant le bilan du « maintien de l'ordre » est lourd. Richie, 34 ans, a été le premier éborgné du mouvement, le 19 novembre à Saint-Paul de La Réunion, lors de l'« Acte I ». Il a perdu son œil gauche après avoir été touché par un projectile. Deux mois plus tard, c'est Jérome Rodrigues, l'une des figures des gilets jaunes, qui est atteint à l'oeil par l'éclat d'une grenade de désencerclement ou par un tir de LBD, à Paris lors de l'acte XI, le 26 janvier. Entre ces deux dates, 266 manifestants, 40 journalistes, 35 mineurs et lycéens, 10 passants et 7 « street medics » - des soigneurs bénévoles - ont été blessés ou intimidés par les forces de l'ordre, selon le recensement réalisé par le journaliste indépendant David Dufresne, dont les données ont été publiées  par Mediapart.

LBD 40 : équivalent à un parpaing de 25 kg lâché sur un visage

Une personne est également décédée : Zineb Redouane, une femme de 80 ans, morte le 30 novembre à Marseille après que des grenades lacrymogène aient été tirées vers sa fenêtre alors qu'elle fermait ses volets. Parmi les plus de 300 personnes blessées, 160 l'on été à la tête, 17 ont été éborgnées et quatre ont eu une main arrachée. Les LBD sont responsables de 45 % de ces blessures graves, suivis par les grenades de désencerclement (8 %) et les GLI F4.

Si ces armes ne tuent qu'exceptionnellement - à notre connaissance, flashballs et grenades ont tué quatre personnes en 10 ans ( voir ici) [1] - leurs effets marquent cependant à vie celles et ceux qui en sont victimes : « Énucléation, amputation d'extrémité de membre, fracas maxillo-facial et dentaire, traumatisme cranio-cérébral engageant le pronostic vital... Tant de vies ont été ainsi sacrifiées », déplore le neurochirurgien Laurent Thines, chef de service au CHRU de Besançon. Le médecin vient de lancer une pétition pour demander qu'un moratoire soit appliqué. Il y illustre les dégâts causés par un tir de LBD 40 : recevoir en pleine tête une balle en plastique dur dont la vitesse est de 90m par seconde (324 km/h) correspond, selon le neurochirurgien, à se prendre sur le visage un parpaing de 25 km lâché à un mètre de hauteur. « Je crois qu'il est de notre devoir, en tant que soignants d'alerter sur la dangerosité extrême de ces armes », écrit-il. La pétition  a recueilli plus de 70 000 signatures.

Marche blanche à Paris ce 2 février

Les blessés et mutilés signataires du manifeste - ils et elles sont mécaniciens, ouvrier du BTP, conducteur de tram, assistante maternelle, charpentier, infirmière, étudiant ou sans emploi... - demandent également « la garantie d'une impartialité totale de la part des agents de l'IGPN lorsqu'il s'agit d'enquêter sur les conditions des blessures » et « la compensation automatique par l'État à hauteur de 100 % des frais médicaux engagés par les blessés jusqu'à la stabilisation du préjudice ». Seront-ils davantage entendus que le défenseur des droits, des organisations syndicales et de défense des droits humains ?

Ce 2 février, pour l'Acte XII des gilets jaunes, une marche blanche pour les blessés victimes des forces de l'ordre se déroulera à Paris et partira à 12 h de Daumesnil, dans le 12ème arrondissement. Des lanceurs de balles de défense et des grenades GLI F4 pourront cependant être, de nouveau, utilisés par les forces de l'ordre.

Rachel Knaebel et Ivan du Roy

Photo :  reportage réalisé le 15 décembre 2018 à Toulouse/ ©Tien Tran

La  page Allô place Beauvau, c'est pour un bilan (provisoire)
La  page du Manifeste contre les armes de la police.

Lire aussi :
 Gilets jaunes : 4570 personnes placées en garde à vue en un mois, un triste record
 Avec les « croix bleues » et les « secours volontaires », au coeur de la manifestation toulousaine

Notes

[1] Mustapha Ziani à Marseille en 2010 (flashball), Rémi Fraisse sur la Zad de Sivens en 2014 (grenade), Cyrille Faussadier à Auxerre en 2017 (flashball), puis Zineb Redouane à Marseille en 2018 (grenade).

 bastamag.net

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
05-02-2019 2 articles francais.rt.com 3 min #151776

L'Assemblée nationale adopte la loi anticasseur : 50 députés Lrem s'abstiennent

© Eric Feferberg Source: AFP

La grande majorité des députés LREM, Modem, LR et UDI ont voté pour la loi anticasseur défendue par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner ; celle-ci est donc adoptée par l'Assemblée. Elle doit être examinée au Sénat le 12 mars.

Défendu par  le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner comme un texte de «tolérance zéro contre les violences» visant à «stopper les brutes» et non dirigé contre les Gilets jaunes, la proposition de loi anticasseur a été adoptée par l'Assemblée nationale ce 5 février.

05-02-2019 bastamag.net 7 min #151745

Liberté de la presse, de manifester, de l'action syndicale : l'inquiétante dérive autoritaire de Macron

Même après les révélations sur l'affaire Cahuzac, le gouvernement de l'époque n'avait pas osé gratifier Mediapart d'une tentative de perquisition. Six ans plus tard, cette ligne rouge vient d'être franchie : ce 4 février en fin de matinée, deux procureurs du parquet de Paris accompagnés de trois policiers se sont présentés devant la rédaction du quotidien en ligne pour perquisitionner ses locaux.

05-02-2019 reporterre.net 13 min #151732

Les députés ont voté pour limiter la liberté de manifester

Interdictions de manifester, fouilles « préventives », peine de prison pour dissimulation du visage... le gouvernement a fait adopter par l'Assemblée la proposition de loi pour la prévention et la sanction des violences lors des manifestations dans la nuit de mercredi à jeudi.

Actualisation - mardi 5 février 2019

Ce mardi 5 février dans l'après-midi, les députés devraient adopter en première lecture la proposition de loi « visant à prévenir les violences lors des manifestations et à sanctionner leurs auteurs », présenté par le gouvernement comme une loi « anti-casseurs ».

04-02-2019 francais.rt.com 10 min #151685

Les droits des Gilets jaunes bafoués ? 59 avocats dénoncent une dérive judiciaire

© Philippe Wojazer Source: Reuters

Dans une tribune, une soixantaine d'avocats s'offusquent des procédures judiciaires à l'encontre de Gilets jaunes. Il s'interrogent notamment sur l'indépendance de la justice après avoir constaté un zèle à sanctionner fermement les manifestants.

Dans le cadre de la crise des Gilets jaunes, 59 avocats s'inquiètent d'une atteinte possible à l'indépendance de la justice vis-à-vis du gouvernement.

03-02-2019 francais.rt.com 4 min #151643

«On met le doigt dans un engrenage» : un député Lrem ne votera pas la loi anti-casseurs en l'état

© GUILLAUME SOUVANT Source: AFP

Le député LREM Aurélien Taché a fait savoir qu'il ne voterait pas en l'état pas la loi anti-casseurs, signe du malaise au sein de la majorité face à ce texte censé répondre aux violences lors de manifestations.

«En l'état, je ne la voterai pas», déclare le député La République en marche (LREM) du Val-d'Oise Aurélien Taché au Journal du dimanche (JDD) du 3 février, à propos de la proposition de loi sénatoriale Les Républicains (LR)  défendue par le gouvernement, qui sera solennellement votée à l'Assemblée le 5 février.

02-02-2019 2 articles vududroit.com 10 min #151617

Tribune: répression des gilets jaunes, les libertés publiques en danger

La France connaît une crise sociale à l'occasion de laquelle le pouvoir exécutif vient de déclencher une répression policière et judiciaire d'une violence jamais vue depuis la fin de la guerre d'Algérie. Au point que l'opinion internationale commence à s'émouvoir en constatant à quel point le gouvernement français actuel est prêt à renoncer à tous les principes qui caractérisent une démocratie.

02-02-2019 mondialisation.ca 5 min #151612

Gilets jaunes. Contre les Lbd, la pétition d'un neuro-chirurgien récolte près de 80 000 signatures

Neuro-chirurgien au CHRU de Besançon, Laurent Thines réclame un moratoire sur l'utilisation des LBD par les forces de l'ordre. Dans une pétition signée par près de 80 000 personnes, il dénonce leur « dangerosité extrême ».

« Je crois qu'il est de notre devoir, en tant que soignants, d'alerter sur la dangerosité extrême de ces armes ». Laurent Thines, neuro-chirurgien en chef au CHRU de Besançon, réclame un moratoire sur  l'utilisation des armes sub-létales, et en premier lieu des LBD.

02-02-2019 reporterre.net #151594

Pourquoi demander l'interdiction des Lbd 40 et des grenades Gli-F4 ?

LBD 40 et des grenades GLI-F4

Jérôme Rodrigues, figure des Gilets jaunes, a été blessé à l'œil droit samedi 26 janvier place de la Bastille à Paris. Il accuse un tir de lanceur de balle de défense (LBD 40).

Photo : Emilie Massemin/Reporterre

 reporterre.net

02-02-2019 reporterre.net 15 min #151593

Pour enrayer les violences policières, la bataille judiciaire est lancée

Comment obtenir réparation quand on a été blessé par la police ? Il est désormais clair que policiers et gendarmes ne sont que très rarement condamnés. Depuis quelques années, des avocats attaquent directement l'État, avec un peu plus de résultats.

Partir en manifestation... et en revenir avec la mâchoire fracturée ou un œil en moins à cause d'un tir de lanceur de balle de défense (LBD 40), ou un pied ou une main en lambeaux suite à l'explosion d'une grenade GLI F4 ou de désencerclement.