La Pravda : Où et avec qui iront les gilets jaunes?

29-01-2019 histoireetsociete.wordpress.com 11 min #151433

La Pravda №9 (30796) du 29 au 30 janvier 2019

Auteur: Anna SEMYONOVA

 gazeta-pravda.ru

L'implication de larges masses de travailleurs dans le mouvement de protestation, en fait un mouvement antigouvernemental, la montée de la violence policière, avec multiplication des blessés graves, la haine réciproque entre les opposants, l'obstination insensée des autorités dirigées par le président dans la conduite d'une politique libérale antipopulaire, les attaques sans précédent contre les forces de gauche, le rôle délétère des média provoquant des tensions dans le pays - telle est la situation politique en France aujourd'hui.

« Le mouvement des gilets jaunes est le mouvement populaire le plus puissant depuis la Libération et il a été soumis à la répression la plus sévère depuis 60 ans », a déclaré Jean-Luc Mélenchon, chef de l'opposition populaire, chef du mouvement France Insoumise le 27 janvier dans l'émission « Dimancheen politique » sur la chaîne de télévision « France 3 ».L'émission a eu lieu le lendemain d'une nouvelle journée d'action des « gilets jaunes ».

Onzième samedi

Les actions des manifestants du 26 janvier ont donné un exemple d'une nouvelle stratégie pour les «gilets jaunes». À Paris, de grands groupes venus de différents endroits se sont réunis sur la place de la Bastille, lieu traditionnel de la lutte populaire. Ainsi, une manifestation venait des Champs-Élysées, une deuxième - de la Place de la Nation,une troisième - de la mairie d'Ivry-sur-Seine, en banlieue parisienne. Notez que dans cette ville, les rues portent les noms de révolutionnaires de différentes époques, de Robespierre à Karl Marx et V.I. Lénine

De nombreuses manifestations ont eu lieu à Marseille, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Dijon, Perpignan, Strasbourg et dans d'autres villes grandes ou petites, ainsi qu'en Belgique voisine. La télévision a diffusé des reportages en direct. Les véritables « images », comme disent les opérateurs, avec des milliers et des dizaines de milliers de personnes en jaune de tout âge, ne correspondaient pas du tout aux chiffres clairement sous-estimés des participants donnés par la télévision.

En général, la diffusion en direct a clairement joué contre les autorités. Au lieu des fainéants et des pogromistes, comme le pouvoir qualifie les travailleurs, des personnes au visage bon enfant apparaissent: des travailleurs, des intellectuels, des citadins de toutes les professions, des étudiants et des retraités avec des pancartes à contenu politique et économique. J'ai noté en particulier un groupe de personnes âgées qui, clairement préparées, ont chanté ensemble la célèbre chanson des partisans français de l'époque de la résistance antifasciste.

Stopper laviolence policière

Comme toujours, la situation s'est aggravée en fin de journée, lorsque des provocations de la droite et de la police ont commencé. Un peu plus tôt, l'un des dirigeants des « gilets jaunes », Eric Drouet, avait appelé tous les sympathisants à rejoindre la « nuit jaune » sur la place de la République. «Jour, nuit, week-end, semaine... nous serons là! Nous n'avons plus peur et nous surprendrons par notre volonté d'agir », a-t-il écrit sur Facebook sur la page France en colère.

Dans la soirée, sur les principales places de Paris a commencé la répression des manifestants avec des canons à eau, gaz lacrymogènes, balles en caoutchouc et grenades. Le secrétaire national du Parti communiste français, Fabien Roussel, a retransmis des comptes rendus de témoins oculaires sur Twitter: «La situation sur la place de la République était paisible jusqu'à ce que lesCRS aient attaquent sous quatre angles. Bloqués, mouillés, incapables de s'échapper des gaz lacrymogènes, pressés par la foule, les gens ne pouvaient pas quitter la place. "

La pagaille et lechaos étaient encore renforcéspar l'intervention d'un groupuscule de droite. Selon le communiqué du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot, qui a pris part à la manifestation à Paris, le cortège de ce parti a été attaqué par un groupe de droite, plusieurs participants ont été blessés.

«Ce petit groupe de droite», dit le document, «n'a rien à voir avec le mouvement des gilets jaunes, aux côtés desquels nous manifestons sans problème depuis plusieurs semaines. Les groupes de « gilets jaunes » qui ont assisté à ces attaques ont également été choqués, et certains manifestants sont intervenus avec nouspour repousser l'attaque des fascistes. »

Une véritable tragédie a éclaté sur la place de la Bastille, où l'un des leaders du mouvement, Jérôme Rodriguez, qui filmaitla brutalité policière, a été victime d'une explosion de grenade. Il a été grièvement blessé et risque de perdreun œil. Internet a littéralement explosé avec ce massacre. Les chaînes vidéo, Twitter sont pleins d'exigences pour la démission du ministre de l'Intérieur. Les dirigeants du PCF et du mouvement «France Insoumise» exigent une enquête et l'interdiction de l'utilisation de grenades et de balles en caoutchouc.

La Confédération générale du travail (CGT) et la «Ligue des droits de l'homme» ont saisi le tribunal administratif d'une demande enjoignant au ministre de l'Intérieur et au préfet de police de Paris de cesser d'utiliser l'arme dite «Flash Ball». Un autre dirigeant des « gilets jaunes » Maxime Nicole a été arrêté à Bordeaux.

Le tableau politique de la fin de la semaine dernière serait incomplet, si nous ne citions pas deux actions organisées dimanche par les forces pro-gouvernementales afin de contrer les Gilets jaunes : c'est la marche des «foulards rouges» et des «gilets blancs» dans le but officiel de «protéger les valeurs de la république», mais en réalité - soutenir le président.

Selon le célèbre politologue George Kuzmanovich, l '«activité subversive» du gouvernement s'est traduite non seulement par une sous-estimation du nombre de «gilets jaunes», mais aussi par une exagération évidente du nombre de participants aux actions soutenant le gouvernement - il n'y en avait pas plus de neuf cents, alors que le chiffre officiel était de dix mille.

La société française s'est également scindée à la suite des événements survenus au Venezuela. Les politiciens de gauche, comme beaucoup de Français ordinaires, insistent sur le double standard en ce qui concerne les tentatives de coup d'État anti-gouvernemental dans ce pays. Pour Macron, les élections démocratiques (au Venezuela) sont « illégales », dit Mélenchon, et le coup d'État d'extrême droite, soutenu par Trump et Bolsonaro, « a pour but de restaurer la démocratie! ».

« Gilets jaunes » et partis et mouvements de gauche

Le mouvement des «gilets jaunes», qui est apparu comme un phénomène absolument nouveau dans la vie politique de la France, s'est initialement positionné comme non affilié à des partis et à des syndicats, mais, dans ses revendications, il est proche des formations de gauche. L'augmentation du Smic, la restauration de l'ISF - «taxe de justice» sur la richesse, supprimé par Emmanuel Macron, l'exigence d'un renouveau démocratique par le biais d'un référendum d'initiative citoyenne (RIC) sont au centre des débats politiques et, en particulier, du mouvement des «gilets jaunes».

Toutes ces questions, sous une forme ou une autre, figurent dans les programmes des partis et mouvements de gauche. Dans un article intitulé « Les vestes jaunes ou le retour de la lutte des classes », Luc Ruban, politologue du célèbre Centre d'études de la vie politique française (Cevipof), écrit: « Une analyse sociologique et politique des principales attitudes montre que le mouvement des » gilets jaunes « est basé sur les catégories sociales moyennes et inférieures de la société, et a au moins deux caractéristiques. L'une est la critique du capitalisme. L'autre est l'exigence de démocratie directe. »

Le journal « L'Humanité » note que tout cela correspond aux idées traditionnellement inhérentes à la gauche. De plus, selon des sondages d'instituts influents, 69% des Français (ce chiffre a augmenté de 14% en un an) estiment qu'il faut « prendre aux riches pour donner aux pauvres ». Ceci est tout à fait conforme aux exigences du PCF et de la «France insoumise»: partager!

De même, 65% (plus 9%) des citoyens sont favorables à la priorité « d'améliorer la situation des travailleurs » plutôt que la « compétitivité des entreprises ». En décembre, une étude commandée par «L'Humanité» révélait que 70% des Français souhaitaient rétablir la «taxe de justice» sur la fortune. Ce chiffre s'élève à 78% parmi les couches inférieures.

Néanmoins, tout ce qui précède n'a eu aucun effet sur la situation dans le mouvement de gauche. Oui, le chef du PCF a changé. Un jeune politicien, François Ruffin, qui a rejoint «La France insoumise», a renforcé sa position. Mais il n'ya pas de dynamique positive dans le mouvement de gauche, malgré l'ambiance de protestation. Les raisons de ce phénomène sont nombreuses. L'une des principales est la fragmentation des forces de gauche. Aux élections au Parlement européen, deux listes de gauche s'affronteront, entre la «France insoumise» et le PCF se déroule une lutte pour les «vestiges» d'un parti socialiste affaibli. Nous soulignons que pour tous les partis, les élections au Parlement européen seront un test de force et de degré d'influence, tandis que la gauche s'efforce ouvertement de livrer bataille au président et à la droite. Ainsi, Mélenchon a répété à plusieurs reprises: « Si ceux qui ont voté pour moi à l'élection présidentielle votent pour la liste de la » France insoumise « aux élections européennes, nous écraserons la liste de Macron. »

Nous ne pouvons pas ignorer les contradictions internes, aggravées dans les partis et mouvements de gauche, par le rôle du « facteur humain ».

Enfin, le harcèlement de la « France insoumise » et de son chef dans les médias, les perquisitions au siège du mouvement avec des accusations largement diffamatoires de ses dirigeants en tant que partisans de la violence politique, n'ont également pas contribué à la croissance de la popularité du mouvement après une campagne présidentielle couronnée de succès.

Malgré le fait que dès les premiers jours, Jean-Luc Mélenchon a soutenu le mouvement des « gilets jaunes » et son chef Eric Drouet, voyant dans la nouvelle force la personnification de sa théorie de l'opposition de l'oligarchie et du peuple et le début de la révolution civile en France, le rapprochement entre euxne s'est opéréque ces derniers temps.

Grève générale

Ce rapprochement est lié à l'intention de la CGT de déclencher une grève le 5 février et à un changement de tactique des « gilets jaunes ». Les syndicats et les gilets jaunesétaient au début très méfiants. Cependant, après la déclaration de la CGT sur la préparation de la grève,les «gilets jaunes», le NPAde Besancenot et Mélenchon ont déclaré non seulement leur soutien à ces projets, mais également leur intention de transformer cette action en une grève générale, ce qui n'est pas facile à mettre en œuvre.

De plus, il n'y a pas d'unité dans le mouvement des « gilets jaunes ». Il y a des gens regroupés autour de personnalités sur Facebook, qui diffèrent par leurs attitudes tactiques, leurs relations avec les syndicats et leur participation à la lutte politique.

Une partie du mouvement a décidé de participer aux élections au Parlement européen et forme sa propre liste, que d'autres rejettent. La nature pacifique déclarée de la résistance avec blocage des ronds-points et la lutte pour le droit de révoquer les députés à tous les niveaux font de plus en plus face à la répression du gouvernement, ce qui incite à rechercher d'autres moyens de combattre.

D'autre part, des informations sur les liens non annoncés d'une partie des «gilets jaunes» avec le mouvement progouvernemental «République en marche» ont filtré. Il existe de nombreuses versions « conspirologiques » de l'origine du mouvement. La période d'incertitude ne peut durer indéfiniment. Les combats décisifs sont à venir.

Traduction MD pour H&S

 histoireetsociete.wordpress.com

 Commenter