Rupture de barrage: Le Mab dénonce un nouveau crime de la compagnie Vale à Brumadinho, Brésil

29-01-2019 8 articles mondialisation.ca 9 min #151396

Vendredi, un barrage minier, géré par Vale a cédé à Brumadinho, commune de 39.000 habitants située à 60 km au sud-ouest de Belo Horizonte, capitale de Minas Gerais. Un crime qui rappelle celui de Mariana en novembre 2015.

Alors que les mots « incident », « accident », « catastrophe » ou « tragédies » sont utilisés par les titre de presse. Nombreuses sont les voix qui dénoncent le CRIME qui a tué au moins neuf personnes (confirmé) et « des chances minimes » de retrouver les quelque 300 personnes disparues.

Retrouvez ici le communiqué du Mouvement des personnes Atteintes par les Barrages.

Une fois de plus, l'histoire se répète comme une tragédie. D'une part, Vale S.A., la plus grande société minière du monde, et d'autre part, le peuple brésilien, qui cherche à récupérer des corps enterrés dans la boue des sociétés criminelles.

photo disponible sur la page web du MAB

Ce 25 janvier sera marqué par la rupture de trois digues de résidus miniers de la mine Córrego do Feijão, qui fait partie du complexe Paraopeba. Le barrage, sous la responsabilité, de Vale est situé dans la ville de Brumadinho, dans la région métropolitaine de Belo Horizonte, Minas Gerais. On estime que 14 millions de mètres cubes de résidus ont été déversés dans la rivière Paraopeba, l'un des principaux affluents du fleuve São Francisco. Les autorités signalent environ 150 personnes disparues.

Les preuves d'un crime socio-environnemental de plus, d'une ampleur incalculable, nous assaillent à nouveau. Le gouvernement n'a pas écouté [1] les communautés et a agi en faveur du pouvoir corporatif pour assouplir les permis d'agrandissement du complexe du barrage en décembre 2018.

Nous, au MAB, comprenons qu'il s'agit d'un crime continu commis par Vale contre le peuple brésilien. Trois ans après le crime de Samarco, avec l'éclatement du barrage de Fundão à Mariana, Minas Gerais, aucune maison n'a été construite, nous ne connaissons pas le nombre de personnes atteintes, nous n'avons aucune étude sur les impacts sur la santé, les femmes ne sont pas reconnues comme affectées, parmi de nombreuses autres violations environnementales et des droits des personnes concernées. Jusqu'à présent, le pouvoir judiciaire n'a tenu aucun des dirigeants des entreprises impliquées pour responsable de ce crime et n'a pas veillé à ce que les familles soient pleinement indemnisées. Au contraire, il a agi de manière sélective et punitive, en criminalisant la manifestation des familles, des mouvements populaires et des organisations de la société civile.

Il est important de souligner que la société Vale S.A. a déjà été une entreprise publique brésilienne, mais qu'elle a été privatisée dans les années 90. Ce que nous voyons aujourd'hui, c'est une entreprise super-puissante qui agit dans l'intérêt de ses actionnaires, mais qui n'a aucun engagement envers la vie humaine et l'environnement.

Une fois de plus, ces grandes entreprises et la collusion des gouvernements démontrent leurs priorités en matière de profit au détriment de la qualité de vie de la population. Il n'y a pas de développement régional, il y a destruction de vies et contamination des rivières et de la nature.

Le MAB appelle le peuple brésilien, avec l'esprit de solidarité et de justice sociale qui nous anime, à soutenir les familles touchées par la rupture du barrage de Brumadinho. Nous sommes déjà dans la région et nous mobilisons de nombreuses personnes atteintes par les barrages de tout le Brésil dans cette tâche de solidarité et de soutien aux victimes, ainsi que tant d'autres affectées par le bassin du Rio Doce et la côte de l'état de Espirito Santo qui se sont déjà portées volontaires par solidarité.

Nous continuons à nous battre pour la justice à Mariana, à Brumadinho, dans le bassin du Rio Doce, sur la côte de l'Espírito Santo et pour la défense du fleuve São Francisco. [2]

Nous exigeons encore une fois que justice soit faite pour ce crime [3], que la mort des personnes, des animaux, des rivières et de l'environnement ne reste pas impunie une fois de plus.

Mouvement des personnes atteintes par les barrages (MAB)

Article original en portugais :  Movimento dos Atingidos por Barragens denuncia novo crime da Vale, MAB, le 26 janvier 2019

Traduction :  AutresBrésil

VIDÉO (AFP) :

Autres Brésils invite à lire sur BastaMag,  Tragédie écologique et boues toxiques au Brésil : pourquoi les autorités ont tardé à réagir

De l'eau pour la vie, pas pour la mort !

Voir en ligne :  Movimento dos Atingidos por Barragens

Note Autres Brésils :

[1]  Le journal A Sirene fait un travail de journalisme local avec les personnes affectées. En 2016 l'un des reportages évoquait les réticences des victimes à dialoguer avec l'entreprise responsable. Voici quelques-unes des impressions recueillies au sujet de la rencontre entre les habitants et les grands médias : « Je ne supporte plus les journalistes », « Ils nous poussent à exposer des choses inutiles », « Ce qui est gênant, c'est d'être des vedettes du malheur », « Ils ont beaucoup de pouvoir : parfois, ça nous nuit, d'autres fois, ça nous aide ».

[2]  Les femmes, l'eau et l'énergie ne sont pas des marchandises, le MAB été au Festival Brésil en Mouvements pour présenté le film Arpilleras.

[3] Ce Samedi, nous apprenons que la communauté Pataxó a été évacuée. Sur l'utilisation du mot crime et les conséquences insoupçonnnée, nous vous invitons à lire l'interview de  Geovani Krenak.

La source originale de cet article est  mabnacional.org
Copyright ©  MAB,  mabnacional.org, 2019

 mondialisation.ca

 Proposer une solution
newsnet 19/01/29 09:40

de l'importance que les personnes morales relève d'un droit différent de celui d'une personne physique, le confinant à un devoir de responsabilité sociale


Articles associés plus récents en premier
08-02-2019 investigaction.net 2 min #151886

« Une Sorte de Retour à la Maison... » : Hommage à Brumadinho par Paulo Correia

08 Fév 2019

Article de :  Paulo Correia

Journal Notre Amérique] en couvrant l'actualité brésilienne depuis un an. Avec cette reprise, Correia nous livre son hommage personnel à Brumadinho, après la tragédie qui a coûté 134 morts et 199 disparus.

« Mon cri le plus profond pleure avec Brumadinho...My deepest scream cries with Brumadinho...

07-02-2019 mondialisation.ca 7 min #151858

Le drame du barrage de Brumadinho secoue la Suisse

Plusieurs dizaines de personnes se sont mobilisées, le mercredi 30 janvier, à Saint-Prex, dans le canton de Vaud (Suisse), devant le siège de Vale International S.A. La protestation contre cette multinationale minière, d'origine brésilienne, se voulait un témoignage de solidarité avec la centaine de morts et les nombreux-ses disparu-e-s, victimes de la rupture du barrage de Brumadinho, dans l'État de Minas Gerais (Brésil), survenue vendredi 25 janvier.

06-02-2019 investigaction.net 13 min #151809

Le Brésil est dans la boue

06 Fév 2019

Article de :  Paulo Correia

Le crime environnemental de Brumadinho, les révélations sur l'assassinat de Marielle Franco et l'atteinte en plus, révoltante, aux droits fondamentaux de Lula da Silva, un des candidats au prix Nobel de la paix 2019.

La tragédie boueuse de Brumadinho et l'action des vautours-vampires de l'industrie extractive

03-02-2019 france-libertes.org 6 min #151652

Brésil : c'est «la Mère Nature qui vomit ce que l'homme blanc fait»

Les conséquences pour le peuple autochtone Pataxó Hã-hã-Hãe de la rupture du barrage de déchets miniers du 25 janvier ne sont pas sans rappeler celles vécues depuis 3 ans par le peuple Krenak avec lequel nous avons mené une campagne pour sensibiliser aux ravages causés par l'extractivisme. Il est urgent de rompre avec ce modèle de société basé sur l'exploitation effrénée de la nature.

Il y a un peu plus de trois ans, la rupture d'un barrage de déchets miniers de la compagnie minière Samarco (joint-venture entre Vale et BHP Billiton) occasionnait la plus grande pollution qu'ait connu le Brésil, la mort du fleuve Rio Doce et affectait environ 4 millions de personnes, victimes directes ou indirectes de ce crime environnemental.

01-02-2019 mondialisation.ca 16 min #151571

Les médias et la double tragédie de Mariana au Brésil

La ville de Mariana a vécu une double tragédie : d'une part, la rupture du barrage de Fundão, le 5 novembre 2015, qui a fait 19 morts, décimé des villages entiers et laissé un sillage de destruction visible jusqu'à l'embouchure du Rio Doce, dans l'État voisin d'Espírito Santo ; d'autre part, l'explosion du chômage due à l'arrêt des activités de l'entreprise Samarco.

31-01-2019 cadtm.org 4 min #151489

Brumadinho - Communiqué de la Coalition Internationale des personnes touchées par les opérations de Vale

C'est avec une profonde indignation que nous avons reçu la nouvelle d'une autre tragédie provoquée par la compagnie minière Vale. Cet après-midi (25 janvier 2019), deux barrages de résidus miniers situées dans la communauté de Corrego de Feijao, à Brumadinho, région métropolitaine de Belo Horizonte [capitale de l'État du Minas Gerais] se sont rompus. Nous ne disposons pas encore d'informations concernant le nombre de victimes, mais, selon les rapports, il y avait environ 1000 personnes dans la salle à manger de l'entreprise, aujourd'hui couverte de résidus, au moment de la catastrophe.

29-01-2019 multinationales.org 7 min #151421

Trois ans après Samarco, un barrage minier de la multinationale Vale provoque une nouvelle catastrophe environnementale

Impunité

30 janvier 2019 par  Rachel Knaebel

Vendredi 25 janvier, un barrage minier a cédé dans l'État brésilien du Minas Gerais, dans le sud du Brésil. Les autorités ont déjà confirmé 60 victimes. Cette mine est exploitée par la multinationale brésilienne Vale. Celle-ci est déjà impliquée dans une catastrophe similaire qui a eu lieu il y a trois ans, à Mariana, dans la même région.