Les armes de quatrième dimension en Russie : réalité ou invention due à la peur de Washington ?

12-01-2019 reseauinternational.net 5 min #150674

Par Paul Antonopoulos

Le général américain Howard Thompson a déclaré que les technologies d’armes hypersoniques russes sont trop en avance sur celles des États-Unis et peuvent neutraliser les systèmes de défense antimissile existants, rapporte The Hill.

Comme Thompson l’a écrit dans le journal The Hill, les ogives dont la vitesse est souvent supérieure à la vitesse du son ont un « effet de quatrième dimension », neutralisant la défense antimissile américaine.

Le terme « effet de quatrième dimension » mentionné dans sa publication désigne l’augmentation qualitative de la vitesse des attaques, si élevée que l’ennemi n’a pas le temps de prendre une décision et que sa défense antimissile devient vaine.

« La dure réalité est que nos systèmes actuels de défense antimissile, ainsi que notre état d’esprit opérationnel, sont tout simplement impuissants contre cette menace », écrit Thompson.

Selon lui, les politiciens américains ne comprennent pas que, avec l’aide d’armes hypersoniques, la Russie et la Chine ont déjà considérablement accru leurs capacités de combat et que les États-Unis devraient développer activement des armes similaires.

L’expert russe Andrei Koshkin a expliqué la question des armes hypersoniques.

« Les Américains ne pensaient pas que la Russie serait en mesure de créer de tels systèmes d’armes, et maintenant que ces armes ont été mises en service, tout le monde est convaincu : tout ce dont nous avons parlé publiquement au cours de la dernière décennie a été réalisé en pratique » affirme-t-il.

Ainsi, selon Koshkin, le Pentagone constate que les États-Unis se situent nettement derrière la Russie et la Chine, qui possèdent des armes uniques, déjà qualifiées « d’armes de quatrième dimension » en raison de leur vitesse élevée, alors que le temps manque pour prendre une décision pour une attaque de représailles.

Cependant, un autre expert russe, Viktor Murakhovsky, a déclaré vendredi que le terme « armement de quatrième dimension » utilisé par le général américain n’existe pas, il ne s’agit que d’une figure de style.

« Cette invention est, disons, une figure de style que le général américain a décidé d’utiliser dans son discours. En ce qui concerne la parité entre la Russie et la Chine dans le domaine des armes hypersoniques, je peux dire que Pékin travaille dans cette direction, mais on ignore encore s’il s’agit de produits qui sont entrés dans la phase de test ou s’il s’agit simplement d’expérimentations » dit-il.

S’exprimant sur le développement des armes hypersoniques aux États-Unis, l’expert a noté que Washington avait mis en place des projets tels que le véhicule de test hypersonique et les armes hypersoniques avancées, dont certains sont arrêtés en raison de résultats négatifs, d’autres continuent, mais sont également au stade expérimental.

« La Russie est le seul pays à avoir testé et mis en service des armes hypersoniques. Cela vaut tant pour le complexe Avangard que pour les missiles Kinzhal », a ajouté Murakhovsky.

Le système Avangard fait partie des armes dont la création a été annoncée par le président Vladimir Poutine le 1er mars 2018 lors de son discours annuel devant l’Assemblée fédérale. Le missile est capable de voler dans les couches denses de l’atmosphère à portée intercontinentale, alors que sa vitesse est 20 fois supérieure à celle du son. La production en série d’Avangard a été annoncée en juillet de la même année et sa mise en service est prévue dans les mois à venir.

Le Kinzhal est une version modifiée du missile balistique Iskander adapté au lancement par les bombardiers Tu-22M3 et les chasseurs MiG-31K. Il peut attaquer avec une grande précision les cibles terrestres et les grands navires de surface ennemis : porte-avions, croiseurs, destroyers et frégates.

Source :  fort-russ.com

Traduction  Avic Réseau International

 reseauinternational.net

 Proposer une solution