Ne retenez pas votre souffle au sujet du retrait des troupes américaines de Syrie. Par Patrick Lawrence

08-01-2019 les-crises.fr 8 min #150498

Source :  Patrick Lawrence, Consortium News, 19-12-2018

19 décembre 2018

Ce serait bien de penser que le président a le dernier mot en politique étrangère comme le veut la constitution américaine. Mais l'annonce trompeuse du retrait des troupes, suivie du tweet vantard de Trump, suggère exactement le contraire, dit Patrick Lawrence.

L'annonce faite mercredi du retrait de toutes les troupes américaines restantes de Syrie d'ici un mois ressemblait d'abord à une rare victoire pour Donald Trump dans son opposition, certes erratique, à des guerres aventuristes insensées. "Nous avons battu l'EI en Syrie, ma seule raison d'être en Syrie", a déclaré le président sur Twitter avec un air de triomphe indéniable.

Ne vous faites pas trop d'illusions. Presque tout ce qui figure dans ces rapports initiaux est soit faux, soit trompeur. Premièrement, les États-Unis n'ont pas vaincu l'État islamique : L'armée arabe syrienne, aidée par la Russie, l'Iran et les milices du Hezbollah, l'a fait. Deuxièmement, l'EI n'est guère la seule raison pour laquelle les États-Unis ont maintenu leur présence en Syrie. Pendant des années, l'intention était de soutenir un coup d'État contre le gouvernement Assad à Damas - en partie en formant et en équipant des djihadistes souvent alliés à l'EI. Depuis au moins six mois, l'intention de l'armée américaine en Syrie a été de contrer l'influence iranienne.

Enfin et surtout, les États-Unis ne mettent pas fin à leur présence militaire en Syrie. C'est un enlisement pour une période indéfinie, faisant de Raqqa l'équivalent de la zone verte de Bagdad. Selon les chiffres officiels, 503 soldats américains sont stationnés dans l'ancienne capitale de l'Etat islamique. Officieusement, selon le Washington Post et d'autres articles de presse, ce chiffre est plus proche de 4 000, soit deux fois plus que le chiffre censé représenter un "retrait total" du sol syrien.

Il serait agréable de penser que Washington a enfin accepté sa défaite en Syrie, étant donné qu'il est absurde de prétendre le contraire plus longtemps. Damas est maintenant bien avancée dans sa phase de consolidation. La Russie, l'Iran et la Turquie travaillent actuellement avec Staffan de Mistura, l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, pour former un comité en janvier afin de commencer à rédiger une nouvelle constitution syrienne.

Les forces américaines ont mené une frappe aérienne de précision près de Sarmada, dans le nord-ouest de la Syrie, le 18 novembre, qui, selon le Pentagone, aurait tué un haut responsable d'Al-Qaida. (Photo de l'armée par le Ltn Daniel Johnson)

Il serait également agréable de penser que le président et commandant en chef a le dernier mot dans les politiques de son administration à l'étranger, compte tenu de la constitution selon laquelle nous sommes censés être gouvernés. Mais l'annonce trompeuse du retrait des troupes, suivie du tweet vantard de Trump, suggère exactement le contraire.

Alors que Trump termine la deuxième année de son mandat, la tendance est claire : Ce président peut avoir toutes les idées de politique étrangère qu'il veut, mais le Pentagone, l'État, l'appareil du renseignement et le reste de ce que certains appellent " l'État profond " vont soit inverser, retarder ou ne jamais mettre en œuvre une politique qui ne lui plaît pas.

Blocage de quelques bonnes idées

La Syrie en est un bon exemple, mais un parmi tant d'autres. Trump a annoncé en mars qu'il retirerait les troupes américaines dès que la lutte contre l'EI serait terminée. En septembre, le Pentagone disait non, les forces américaines devaient rester jusqu'à ce que Damas et ses opposants politiques parviennent à un règlement total. Depuis le nouveau quartier général de Raqqa, nous dit le Washington Post, les forces américaines vont étendre " le contrôle global, peut-être indéfiniment, d'une zone couvrant près d'un tiers de la Syrie ".

C'est ainsi que s'est déroulée l'année 2018 pour Trump. Ce président a très peu de bonnes idées, mais nous pouvons compter sur ses cerveaux en politique étrangère pour bloquer celles qu'il a si elles ne se conforment pas aux règles du jeu orthodoxes - le " blob " de la politique étrangère, comme l'a fameusement appelé Barack Obama.

Retournements sur la question du budget militaire

Plus tôt ce mois-ci, M. Trump s'est plaint du budget hors de contrôle du Pentagone et s'est engagé à le réduire, quoique de façon marginale, de 716 milliards à 700 milliards de dollars au cours de l'exercice financier 2020. "Je suis certain qu'à un moment donné dans l'avenir ", a-t-il déclaré dans l'un de ses inévitables tweets, " le Président Xi et moi-même, avec le Président russe Poutine, commencerons à parler d'un arrêt significatif de ce qui est devenu une course aux armements majeure et incontrôlable. Les États-Unis ont dépensé 716 milliards de dollars cette année. Une folie !"

La classe d'entraînement des forces de sécurité intérieure de Raqqa reçoit son premier équipement après son entraînement à Ayn Issa, en Syrie, le 31 juillet 2017. (Photo de l'armée américaine prise par le sergent Mitchell Ryan)

Quelques jours plus tard, le président a rencontré le ministre de la défense James Mattis et les présidents de la commission des forces armées de la Chambre et du Sénat. La Maison-Blanche a annoncé immédiatement après que les trois parties s'étaient mises d'accord sur un budget de défense de 750 milliards de dollars pour 2020 : on est passé d'une réduction de 2 % à une augmentation de près de 5 % au cours d'une seule réunion.

L'idée de Trump d'améliorer les relations avec la Russie s'est heurtée à un mur d'opposition dès le début, inutile de le dire. Son sommet avec le président Poutine à Helsinki en juillet dernier a déclenché un nouveau tollé et sa suggestion que Poutine vienne à Washington à l'automne en est un autre. Sous la direction du directeur du Renseignement national, Dan Coats, cette invitation a été ridiculisée à mort en quelques jours. Une prédiction du Nouvel An : Il n'y aura pas de deuxième sommet avec Poutine, probablement pour toute la durée du mandat de Trump.

L'une des plus grandes déceptions de l'année a été l'échec de l'administration à faire fond sur les efforts de Trump pour parvenir à un règlement avec la Corée du Nord après sept décennies de tension en Asie du Nord-Est. Le sommet Trump-Kim de Singapour en mai dernier a fait ce que les premières rencontres entre chefs d'État sont censées faire : Il a établi un rapport de travail. A cette aune, toute décision issue de la réunion devrait être considérée comme un succès.

Mais la presse américaine a critiqué unanimement Trump pour ne pas être rentré chez lui avec tous les détails du désarmement nucléaire de la Corée du Nord. Depuis, ces mêmes médias nous ont fait part des histoires habituelles, provenant des services de renseignement, selon lesquelles la Corée du Nord nous trompe une fois de plus. Résultat : Un deuxième sommet semble avoir disparu de l'ordre du jour de la Maison-Blanche malgré la déclaration de Trump à l'ONU l'automne dernier selon laquelle les deux dirigeants se rencontreraient à nouveau "assez rapidement".

Il n'est pas nécessaire d'aimer Donald Trump pour trouver ce schéma troublant. Cela suggère que nos cliques de politique étrangère, mariées à une orthodoxie qui se consacre plus ou moins entièrement à la primauté des États-Unis, se sont positionnées, au fil des ans, pour dicter la conduite de l'Amérique à l'étranger, même à nos présidents. C'est dangereux, quel que soit l'occupant de la Maison-Blanche.

Patrick Lawrence, correspondant à l'étranger depuis de nombreuses années, principalement pour l'International Herald Tribune, est chroniqueur, essayiste, auteur et conférencier. Son livre le plus récent est Time No Longer : Americans After the American Century (Yale) [Plus de temps à perdre: Les Américains après le siècle américain]. Suivez-le sur @thefloutist. Son site Web est www.patricklawrence.us. Soutenez son travail via www.patreon.com/thefloutist.

Source :  Patrick Lawrence, Consortium News, 19-12-2018

 les-crises.fr

 Commenter