«Vendues» : deux journalistes de France 2 agressées par des Gilets jaunes

22-12-2018 francais.rt.com 3 min #149965

© Benoit Tessier Source: Reuters

Parties couvrir un rassemblement au Boulou (sud-ouest), deux journalistes de France 2 Montpellier ont affirmé ce 22 décembre avoir été violemment prises à partie par des Gilets jaunes. Elles ont décidé de porter plainte.

Deux journalistes de France 2 Montpellier ont déclaré ce 22 décembre à l'AFP avoir été «violemment» agressées par des Gilets jaunes alors qu'elles couvraient un rassemblement au Boulou, près de la frontière franco-espagnole. Les deux journalistes de France 2 ont porté plainte. La chaîne a fait savoir à l'AFP qu'elle comptait faire de même. Anne Domy, rédactrice, et Audrey Guiraud, journalistes reporter d'images, se trouvaient près du péage de l'autoroute A9 du Boulou, que des manifestants avaient partiellement bloqué au cours de la journée.

Lire aussi

«BFM, collabos»: trois journalistes conspués à la mobilisation toulousaine des Gilets jaunes (VIDEO)

«Tout a basculé dans l'après-midi, quand les forces de l'ordre ont lancé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et qu'un mouvement de panique s'est emparé de la foule», a expliqué au téléphone à l'AFP Anne Domy. «Avec ma collègue, on a été prises à partie et pourchassées par une foule de manifestants qui nous a complètement encerclées. Nous avons reçu des coups dans le dos», a-t-elle déclaré encore sous le choc. «Vendues», «vous ne faites que trafiquer la réalité», criaient avec rage des Gilets jaunes hommes et femmes confondus.

Les deux journalistes disent avoir été «sauvées» par un Gilet jaune qui s'est interposé et leur a permis de s'enfuir «sous une pluie d'insultes». Ce n'est pas la première fois que des reporters sont agressés par des Gilets jaunes.  A Toulouse notamment, cinq journalistes de CNEWS et BFMTV avaient porté plainte fin novembre pour «violences aggravées», «menaces de mort», «tentative d'agression en réunion», rapportant avoir reçu des coups de pied, des crachats et avoir été poursuivis dans la rue.

 Lire aussi : Gilets jaunes : le mot «Dégage» disparaît d'une pancarte anti-Macron sur le JT de France 3

 francais.rt.com

 Commenter