Les Forces états-uniennes évacuent la Syrie

20-12-2018 30 articles voltairenet.org 2 min #149845

Les portes-paroles de la Maison-Blanche et du Pentagone, Sarah Sanders et Dana White, ont confirmé que le président Donald Trump avait donné l'ordre aux personnels US d'évacuer la Syrie après son entretien avec son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan.

Le personnel du département d'État quittera le pays sous 1 jour, celui du département de la Défense (environ 4 000 hommes, dont seulement 2 000 officiellement) sous 100 jours.

Les États-Unis occupent illégalement le Nord-Est de la Syrie depuis quatre ans. Le gouvernement syrien leur a demandé plusieurs fois de se retirer, sans réponse.

Le nouvel ambassadeur US pour la Syrie avait indiqué que les troupes de son pays se maintiendraient tant que (1) Daesh subsisterait (2) des troupes iraniennes seraient présentes (3) il n'y aurait pas de solution politique à la crise syrienne. Or, (1) le Pentagone a mis en scène une bataille contre Daesh, qualifiée de décisive (2) il n'y a pas de soldats iraniens en Syrie, juste des conseillers militaires (3) la Maison-Blanche serait désormais prête à reconnaître la légitimité du gouvernement syrien.

La Turquie a annoncé lancer prochainement une opération contre les Kurdes indépendantistes pro-US stationnés au Nord-Est de la Syrie.

 voltairenet.org

 Ajouter un commentaire

Articles associés plus récents en premier
02-01-2019 12 articles reseauinternational.net 5 min #150273

Syrie : Trump repousse de 4 mois le retrait des forces Us

Le New York Times, citant des responsables américains, a écrit que le président américain Donald Trump avait donné à l’armée environ 4 mois pour retirer 2 000 soldats de Syrie, histoire sans doute d’enrayer les mutineries au sein des troupes US qui, selon certaines sources officieuses, auraient non seulement livré des armes et des équipements classés sensibles aux combattants YPG sans attendre l’avis de leur hiérarchie, mais également déclaré publiquement qu’ils s’opposent à tout retrait même ordonné par Washington.

01-01-2019 dedefensa.org 16 min #150256

Trump & la cabale des généraux

Le président Trump subit une attaque en règle de la part de généraux qui, par leurs positions, leurs passés, la coordination imposée par les événements à leur action, constituent la plus violente et la moins dissimulée des attaques contre lui ; attaques de l'establishment militaire précisément, plus encore que du complexe militaro-industriel (CMI) et du DeepState, spécifiquement parlant. La nuance n'est pas sans intérêt, car il n'est pas assuré que certaines perspectives envisageables d'une telle action de communication soient nécessairement du goût de l'une ou l'autre de ces partenaires (CMI, DeepState) ; en d'autres mots : peut-on placer Bolton et Pompeo, qui restent en place, dans le même camp que Mattis-Kelly, qui s'en vont ? Et que se passera-t-il si, comme certains l'annoncent,  un Jim Webb assez anti-interventionniste était nommé secrétaire à la défense ? (Sans parler de Gabbard, qui fait partie de nos utopies courantes.)

31-12-2018 reseauinternational.net 10 min #150234

Le départ des troupes Us de Syrie : la redistribution des cartes ou une « trumperie » de plus ?

Une semaine après l’annonce du retrait US de Syrie, beaucoup de personnes sont septiques tant sont multiples les contradictions que ce supposé retrait suscite. En effet, si un premier contingent de forces US a quitté le nord est de la Syrie, c’est pour se redéployer dans le nord de l’Irak en zone kurde.

Ainsi, les USA multiplient les bases en Irak et plus précisément à Al-Anbar, à l’ouest irakien où les USA viennent de créer une nouvelle base de campement de troupes, à quelques KM de la frontière syrienne.

31-12-2018 reseauinternational.net 4 min #150221

Mutinerie Us en Syrie

Les forces US positionnés à l’Est de l’Euphrate sont en mutinerie.

Selon des informations fournies par les collaborateurs locaux des forces US déployées en Syrie et plus particulièrement à Minbej, des militaires US auraient non seulement livré des armes et des équipements classés sensibles aux combattants YPG sans attendre l’avis de leur hiérarchie mais déclaré publiquement qu’ils s’opposent à tout retrait même ordonné par Washington.

29-12-2018 les-crises.fr 16 min #150160

Syrie : La très sage décision de Donald Trump... Par Richard Labévière

Source :  Proche & Moyen-Orient, Richard Labévière, 24-12-2018

Il l'avait promis, il l'a fait : Donald Trump ramène la troupe à la maison, soit les quelques deux mille soldats des forces spéciales engagées en Syrie et la moitié du contingent d'Afghanistan, environ 7000 hommes. Ce faisant, le président américain confirme ses deux obsessions récurrentes : se faire réélire pour un prochain mandat en respectant à la lettre la liste de ses promesses électorales et faire tout le contraire de ce qu'a essayé de réaliser son prédécesseur Barack Obama.

29-12-2018 reseauinternational.net 6 min #150156

Malgré le décret afghan de Trump, les commandants américains qualifient de » rumeurs » toute allusion au retrait des troupes

les faucons de guerre de Washington ne sont pas contents] de l’annonce du président Trump de retirer les troupes américaines de Syrie et d’Afghanistan. Il est clair qu’il y a des dissensions dans les rangs d’un complexe militaro-industriel qui s’appuie surtout sur le théâtre de guerre afghan en cours en tant que centre de profit majeur.

29-12-2018 voltairenet.org #150146

Le retrait Us ouvre la question des crimes de guerre de la Coalition

Dès l'annonce du retrait des troupes US du Nord de la Syrie, des experts syriens et russes ont déclaré qu'il allait être enfin possible d'évaluer précisément les crimes de guerre de la Coalition.

Cette alliance est formée de 74 Etats, dont la France et le Royaume-Uni. Elle a notamment bombardé Raqqa sous un tapis de bombes, tuant la presque totalité des habitants de cette ville occupée par Daesh.

29-12-2018 middleeasteye.net 3 min #150144

Trump administration appears to back Israeli attacks in Syria

WASHINGTON - US President Donald Trump's administration has appeared to endorse Israeli air strikes in Syria, only days after Israeli jets bombed a weapons depot outside of Damascus in an operation that  Russia said endangered civilian flights.

"Iranian support of and supply to terrorist groups in Syria and across the region that have the clear intent and capability to strike Israel are unacceptable," the US State Department said in a statement on Friday.

28-12-2018 9 articles voltairenet.org 2 min #150123

À la demande des Kurdes pro-Us, l'Armée arabe syrienne entre à Manbij

La ville de Manbij, dans le gouvernorat d'Alep, était occupée de 2014 à 2016 par Daesh. Elle a été libérée par les Kurdes pro-US soutenus par la Coalition internationale. En juin 2018, les États-Unis ont confié la gestion de la ville au « Conseil militaire de Manbij » et y ont organisé des patrouilles communes avec la Turquie.

Bien qu'elles se réclament du « communalisme libertaire » de l'anarchiste états-unien Murray Bookchin, les autorités de Manbij ont mis en œuvre une politique de kurdisation forcée de la ville.

28-12-2018 reseauinternational.net 10 min #150110

Le gouvernement Trump remis en question alors que la guerre politique s'intensifie à Washington

Par Joseph Kishore

L’année 2018 s’achève sur une crise politique historique aux États-Unis. La semaine passée, Washington fut secoué par les conflits liés à la décision de Trump de retirer les troupes américaines de Syrie et de réduire le nombre de soldats en Afghanistan, et à la démission du secrétaire à la Défense, James Mattis.

28-12-2018 lesakerfrancophone.fr 10 min #150109

Ne vous y trompez pas : le « Retrait » de Syrie par Trump n'est pas ce que vous pensez

Par Andrew Korybko - Le 20 décembre 2018 - Source  eurasiafuture.com

La décision de Trump de « retirer » les soldats étasuniens de Syrie est applaudie par tout le monde sauf par ses adversaires de l'« État profond » ; mais sous la surface les choses sont quelque peu différentes, et on pourrait se rendre compte qu'on a applaudi un peu vite : cette décision trompeuse modifie la nature des guerres hybrides sur la Syrie, l'Iran et le Pakistan - elles deviennent moins militarisées mais restent tout aussi dangereuses.

26-12-2018 12 articles voltairenet.org 2 min #150041

Israël bombarde un objectif en Syrie malgré la protection anti-aérienne

 voltairenet.org

Tsahal a bombardé le jour de Noël (25 décembre 2018) un objectif en Syrie malgré la nouvelle protection anti-aérienne. C'est la seconde fois que l'armée de l'air israélienne opère en Syrie depuis le déploiement des missiles S-300, des radars dernière génération et du système de coordination Polyana D4M1.

Des avions israéliens ont tiré plusieurs missiles depuis l'espace aérien libanais vers un aéroport de la capitale syrienne, alors que la ville fêtait la naissance du Christ pour la première fois depuis la fin de la guerre.

25-12-2018 francais.rt.com 9 min #150037

Syrie : Alep, illuminée, célèbre Noël après des années de guerre (Images)

© Ruptly

Des centaines de Syriens sont descendus dans les rues d'Alep pour fêter Noël, deux ans après la libération de leur ville.

Décorations lumineuses, sapin géant, chorale, loin des images de guerre et de désolation auxquelles on était accoutumés depuis quelques années, la ville d'Alep offrait dès le 23 décembre le spectacle typique d'une célébration festive du réveillon de Noël.

25-12-2018 voltairenet.org 16 min #150020

Les États-Unis refusent de se battre pour des financiers transnationaux

par Thierry Meyssan

Le retrait US de Syrie et d'Afghanistan ainsi que la démission du général Mattis attestent du basculement en cours de l'ordre du monde. Les États-Unis ne sont plus les premiers, ni au plan économique, ni au plan militaire. Ils refusent de continuer à se battre pour les seuls intérêts de financiers transnationaux. Les alliances qu'ils conduisaient vont commencer à se déliter sans pour autant que leurs anciens alliés admettent la montée en puissance de la Russie et de la Chine.

24-12-2018 11 articles reseauinternational.net 5 min #149997

Le triomphe d'Alep et le changement du cours de l'histoire

Par Kamal Jafa

Ce sont des étapes empreintes de douleur et d’espoir que le gouvernorat d’Alep a traversé durant cinq années de guerre injuste menée contre cette ville rayonnante et distinguée dans tous les aspects de la vie et unique par le mode de vie de ses habitants, leur générosité et leur amour pour leur patrie et leur noble armée.

24-12-2018 reseauinternational.net 5 min #149995

Syrie: des Kurdes réclament une zone d'exclusion aérienne à la France, d'autres négocient avec Damas ou le naufrage d'une cause

Le retrait d’une partie des forces US de Syrie met les forces kurdes réclamant la création d’une entité semi-étatique en position de faiblesse par rapport aux forces locales pro-turques.

Ces dernières ne cessent de renforcer leur position et de monter en puissance sous l’ombre protectrice d’Ankara, qui ne cache nullement ses ambitions géostratégiques dans ce que les Turcs considèrent comme leur arrière basse-cour.

24-12-2018 4 articles reseauinternational.net 5 min #149993

Trump limoge Mattis, le système en crise ouverte

Le président Donald Trump pourrait ne pas attendre la démission de son Secrétaire à la défense, Jim Mattis, prévue en février 2019 mais pourrait le mettre dehors bien avant cette date (l’expression exacte utilisée par Trump est un peu colorée)

Patrick Shanahan

C’est Pat Shanahan, vice-Secrétaire à la défense qui prend la relève à la tête du Pentagone.

23-12-2018 lesakerfrancophone.fr 2 min #149982

Syrie: les Usa retirent leurs forces pour les réinstaller à Erbil

22-12-2018 lesakerfrancophone.fr 18 min #149949

Pourquoi Trump a-t-il décidé de retirer les troupes américaines de Syrie ?

Par  Moon of Alabama - Le 20 décembre 2018

mettre fin] également à la guerre aérienne.

C'était la première fois que Trump prenait une position décisive contre l'État profond, l'establishment néocon et interventionniste permanent de son administration, de l'armée et du congrès, qui dicte généralement la politique étrangère américaine.

 Référencé par :