Face aux poursuites-bâillons ou au « secret des affaires », participez à notre travail d'information

19-12-2018 bastamag.net 5 min #149823

Basta ! a une nouvelle fois été relaxé face au groupe Bolloré qui nous attaquait encore une fois en diffamation. C'est donc le 4ème procès en deux ans que nous gagnons, dans l'attente d'une 5ème audience puisque Bolloré a décidé de faire appel. Cet acharnement judiciaire intervient dans un contexte où le « secret des affaires » est devenu la règle, où les poursuites-bâillons contre des journalistes ou des lanceurs d'alerte se multiplient. Ces menaces n'entravent en rien notre détermination à poursuivre notre travail d'information. Mais nous avons besoin de votre soutien !

Le 30 novembre, le tribunal de grande instance de Paris nous a une nouvelle fois relaxés face à une plainte en diffamation du groupe Bolloré, après la publication d'un article intitulé « Accaparement de terres : le groupe Bolloré accepte de négocier avec les communautés locales » ( à lire ici). Le groupe Bolloré nous avait déjà poursuivis pour un premier article de fond sur « ces groupes français, champions de l'accaparement des terres ». Basta ! avait alors gagné en 1ère instance, en appel, puis en cassation.

C'est donc la 4ème fois que la justice nous donne raison face à Bolloré. Pourtant, celui-ci vient à nouveau de faire appel de cette décision. Un 5ème procès, en appel, aura donc lieu. Puis probablement un 6ème si le groupe Bolloré se pourvoit en cassation...

Cet acharnement judiciaire - dont d'autres journalistes et d'autres médias  sont également la cible - est une illustration de la difficulté de plus en plus grande d'enquêter sur les activités des grands groupes et intérêts privés : les « poursuites bâillons », qui visent à museler médias, associations ou lanceurs d'alertes, se multiplient ; le « secret des affaires », désormais inscrit dans la loi, permet d'empêcher en toute légalité un travail d'investigation, voire de poursuivre des journalistes qui oseraient faire correctement leur travail (en Allemagne, un média d'investigation est poursuivi suite à la plainte d'une banque suisse) ; les témoignages de salariés, sources indispensables à notre travail d'enquête, sont sanctionnés, parfois par des licenciements.

Cet inquiétant climat, où l'opacité des affaires et d'éventuels scandales devient la règle, et l'information une exception, voire un délit, ne nous empêchera pas de continuer à faire notre travail, comme nous le démontrons quotidiennement.

Depuis le mois de novembre, nous publions une série d'enquêtes sur l'industrie pharmaceutique et les menaces qu'elle fait peser sur la Sécurité sociale ( à découvrir là).

Nous poursuivrons, chaque année, notre état des lieux de ce que font les multinationales françaises, en matière d'écologie, de politiques sociales, ou d'atteintes aux droits humains ( lisez ici notre rapport de l'année 2017).

Nous persévérerons dans nos décryptages, par exemple sur la manière dont les grandes fortunes françaises et européennes se construisent ( découvrez notre enquête ici) ou sur leur pouvoir d'influence sur les médias dont ils deviennent propriétaires ( notre analyse).

Devenez acteurs et actrices de cette bataille pour le droit à l'information en nous aidant :

Comment sont utilisés vos dons ? Consultez l'infographie ci-dessous ou, pour plus de détails,  notre budget (2017).

 bastamag.net

 Commenter