Cinquième manifestation des Gilets Jaunes contre le gouvernement Macron

19-12-2018 mondialisation.ca 7 min #149806

Les manifestants en Gilets Jaunes se sont mobilisés pour une cinquième journée d'action en France samedi, face à une nouvelle répression policière et des affrontements dans les villes de province, alors que moins de manifestants se sont rendus à Paris.

Le ministère de l'Intérieur a affirmé que quelque 66 000 personnes avaient protesté dans toute la France, soit la moitié de moins après la répression brutale organisée la semaine précédente à Paris. La mobilisation dans la capitale a certainement été plus faible ce samedi, alors que des milliers de personnes ont défilé et se sont heurtées à la police dans les grandes villes provinciales du pays.

Des Gilets Jaunes sur la place de l'Opéra

A Paris, plusieurs milliers de personnes ont manifesté et 144 personnes ont été placées en détention préventive, au milieu d'une nouvelle répression policière massive dans la capitale. De grandes parties de la ville et du réseau de métro ont été fermées, car les voitures blindées, les canons à eau, la Garde républicaine à cheval et la police antiémeute tirant des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes ont occupé la majeure partie de la ville.

Canons à eau et blocus policier sur la place de l'Opéra

Les journalistes du WSWS se sont entretenus avec des manifestants en Gilet Jaune à Paris. Un groupe d'ouvriers de Picardie a dit : « Ils s'en prennent toujours aux pauvres et à la classe moyenne, jamais aux riches. Nous nous battons pour défendre notre pouvoir d'achat, pour nos enfants, afin de pouvoir y arriver jusqu'à la fin du mois. Nous n'avons pas eu l'argent pour partir en vacances depuis cinq ans, alors nous sommes venus à Paris pour nous faire entendre. Mais ensuite, nous sommes réprimés par la police antiémeute, nous sommes aspergés avec le gaz lacrymogène, nous sommes fusillés avec des balles en caoutchouc, et tout. C'est une dictature maintenant et rien d'autre. »

Faisant référence à l'état d'urgence et à la récente fusillade islamiste à Strasbourg, ils ont déclaré : « L'état d'urgence était un prétexte pour nous bloquer un peu plus ». Ils n'ont pas pu expliquer pourquoi « un manifestant en gilet jaune arrivant à Paris se fait confisquer des lunettes ou des vêtements de protection comme un criminel, mais un homme arrivant avec une arme à feu est libre de tirer sur les gens dans un marché de Noël à Strasbourg. C'est là où vous voyez que nous sommes dans une dictature. »

Un autre groupe de travailleurs de la construction de Picardie a dit aux WSWS : « Nous venons manifester pacifiquement, mais ils ne veulent pas nous laisser faire [...] Nous sommes ici parce que nous en avons assez de ce gouvernement, nous voulons qu'il démissionne et que le pouvoir aille au peuple. »

« Lorsque vous montez dans votre voiture pour vous rendre sur un lieu de travail et que vous entendez parler des salaires que gagnent les parlementaires et de la façon dont ils mettent en place des programmes de détournement de fonds, vous ne voulez honnêtement plus écouter parce que vous vous sentez si malade », ajoute l'un d'eux. « Tout le monde travaille dur, tout le monde a des problèmes à la fin du mois ».

Interrogé sur les critiques de la CGT à l'encontre des manifestants Gilets Jaunes, un ouvrier du bâtiment a répondu : « Vraiment, franchement, nous en avons assez des syndicats. Personnellement, je pense que si vous voyez comment les syndicats fonctionnent sur les lieux de travail, c'est une mafia. Vous voyez un dirigeant syndical, il est bien assis, et si vous dites quelque chose, il vous dira : « Écoutez, je suis de la CGT, ne faites pas d'histoires. » Si vous travaillez quelque part et que vous n'êtes pas syndiqué et que vous dites que vous n'êtes pas d'accord avec eux, ils vous poursuivent. »

Il a ajouté : « S'ils représentaient les travailleurs, ce serait bien, mais la façon dont ils travaillent en France n'est pas comme ça. En gros, c'est une mafia : si tu n'obéis pas, tu pourrais mourir allongé, la bouche ouverte, et ils ne t'aideraient pas. »

Toulouse et Bordeaux, dans le sud-ouest, ont vu défiler environ 5000 personnes, soit plus que la marche de Paris. Des manifestations à Bordeaux ont donné lieu à des affrontements avec la police autour de la place Pey-Berland, avec 22 blessés, dont six des forces de sécurité, et 27 personnes en détention préventive pour « port d'armes prohibées, préparation de violences ou dommages ».

« Est-ce une révolte ? Non Macron, c'est une révolution »

À Marseille, où plusieurs milliers de Gilets Jaunes ont défilé, la police a totalement bouclé le Vieux-Port, utilisant à nouveau des véhicules blindés pour s'opposer aux manifestants. Des éléments de la Confédération générale du travail stalinienne (CGT) et du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) ont cherché à se joindre aux manifestations des Gilets Jaunes et à contrôler où les manifestants défilaient, comme à Toulouse. Cela a provoqué des commentaires amers de la part des Gilets Jaunes, qui ont lancé leur mouvement indépendamment des syndicats et s'indignent de la dénonciation néo-fasciste que fait la CGT à leur égard.

Les manifestants Gilets Jaunes à marseillais ont critiqué la CGT, qui travaille depuis longtemps en étroite collaboration pour négocier l'austérité avec les gouvernements sociaux-démocrates ou de droite qui se sont succédé. « Cela fait 40 ans qu'ils nous énervent. Je n'ai pas envie d'être avec eux maintenant », a déclaré un manifestant marseillais à La Provence à propos de la CGT.

À Saint-Étienne, environ 2000 personnes ont défilé à l'appel de « Macron, démission ! » Une cinquantaine d'entre eux ont été arrêtés après que des affrontements ont éclaté plus tard dans la journée alors que la police tentait de bloquer la place Carnot. Le choc et l'opposition ont été généralisés lorsqu'il est apparu que la police avait tiré sur un journaliste de France3 d'une balle en caoutchouc. Les responsables de France3 ont protesté contre cette mesure en écrivant sur Twitter : « Il est grand temps que les journalistes, observateurs par nature, ne soient pris pour cibles par personne ».

Article paru d'abord en anglais, WSWS, le 17 décembre 2018

La source originale de cet article est  wsws.org
Copyright ©  Alex Lantier,  wsws.org, 2018

 mondialisation.ca

 Commenter