Comment les médias du capital au Etats-Unis font silence sur la révolte des gilets jaunes... par Paul Street

15-12-2018 histoireetsociete.wordpress.com 19 min #149667

12 DÉCEMBRE 2018

 counterpunch.org

par  PAUL STREET

excellent article de Counterpunch qui note le silence organisé par les médias américains sur les « gilets jaunes » et en revanche l'enthousiasme avec lequel sur internet les citoyens américains se reconnaissent dans ce mouvement, le mal dont souffre la France est le même que celui qui bloque les Etats-Unis, le capitalisme destructeur qui a rendu stériles toutes les libertés démocratiques en les asservissant. A lire (note et traduction de Danielle Bleitrach)

La suppression d'événements qui ne correspondent pas à l'idéologie dominante fait partie de la manière dont les médias appartenant à la classe dirigeante s'emploient à créer un consensus de masse autour d' une hiérarchie injuste.

J'ai passé la majeure partie de la semaine dernière dans un appartement américain équipé de chaînes de télévision par câble avec CNN, MSNBC et FOX News à portée de main. Tandis que j'habitais dans cette demeure, entre sports et nouvelles du câble, une crise politique de l'État se déroulait dans l'un des États les plus riches et les plus puissants du monde. La France a été saisie par un soulèvement historique des classes moyennes et inférieures. Dans la plus grande agitation populaire observée depuis mai 1968, plusieurs centaines de milliers de Gilets Jaunes ont envahi les routes et autres espaces publics français pour la quatrième semaine consécutive de manifestations de masse explosives. Comme  Gilbert Mercier l'a écrit vendredi dernier :

« De l'île de la Réunion au symbole napoléonien qu'est l'Arc de Triomphe, en passant par les petites et grandes villes, ainsi que la campagne typiquement bucolique de France, il y a quelque chose de spécial dans l'air: l'odeur des feux sur les barricades, la fumée de gaz lacrymogène, la colère construite sur des décennies d'inégalité, d'injustice et de désespoir pour la plupart. Parmi les Gilets Jaunes, beaucoup comprennent intuitivement que le processus démocratique actuel est mort et que, par conséquent, la seule option est l'occupation des rues et des routes. L'histoire avance généralement à pas de tortue, mais parfois une série d'événements poussent brusquement les sociétés à un effondrement, au saut quantique fascinant et quelque peu beau et chaotique qui est une révolution... Il est encore prématuré de qualifier le mouvement Gilets Jaunes de révolution,

Comme les semaines précédentes, les foules portant des gilets jaunes ne se sont pas contenté de poliment porter des pancartes et entendre des discours. Ils ont brûlé des voitures de gens riches, détruit des magasins de luxe bourgeois, détruit des banques, érigé des barricades enflammées et se sont livrés à des combats sans merci avec des escadrons anti-émeute armés de gaz lacrymogènes et de canons à eau. Le nombre de rebelles de la rue est resté élevé - 125.000 ou plus (300 000 le 17 Novembre) - samedi dernier alors même que le gouvernement a déployé 89.000 policiers pour contenir la rébellion.

Le président français absurdement populaire, Emmanuel «Hot for Teacher» (HfT) Macron, a en grande partie disparu de la vue du public derrière des anneaux de protection lourdement blindée dans son palais présidentiel. Il a été question que Macron appele l'armée nationale à réprimer la révolte.

Les médias français ont imputé les troubles à une minorité d'extrémistes de droite et de gauche et de «casseurs» destructeurs (vandales et émeutiers). En réalité, la grande majorité des manifestants étaient des citoyens ordinaires et exaspérés politiquement et économiquement, et des citoyens de la classe moyenne et des travailleurs pauvres, qui n'étaient affiliés ni à l'extrême droite ni à la gauche. Le mouvement des Gilets Jaunes, extraordinairement spontané et dépourvu de dirigeants, était soutenu par  près de 80% des Français.

Sous les manifestations pré-révolutionnaires, il y a un large sentiment populaire selon lequel l'ancien banquier d'investissement néolibéral arrogant Macron est «le président des riches».

Le déclic derrière l'agitation de la rue et le comportement en colère de la foule est survenu il y a quatre semaines lorsque le gouvernement a augmenté les taxes sur l'essence afin de limiter la crise climatique. La taxe a provoqué des barrages routiers chez les travailleurs français des banlieues, ex-urbains et ruraux, qui dépensent une part démesurée de leurs revenus largement stagnants en essence, en partie à cause de leur incapacité de supporter le coût de la vie élevé dans les villes où la plupart des emplois sont situés.

La taxe sur l'essence, qui a été supprimée la semaine dernière par Macron dans l'espoir d'éteindre l'incendie, n'était que la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Les manifestations ont enflé dans une manifestation plus large contre tout l'agenda néolibéral du président bourgeois. Les mesures provocatrices de HfT Macron ont notamment consisté à réduire les impôts des riches (pour «stimuler l'investissement»), à augmenter les impôts des retraités, à réduire les allocations de logement, à affaiblir la réglementation des entreprises, à limiter les pouvoirs des syndicats et à une «réforme» éducative rendant plus difficile pour les jeunes de fréquenter les collèges et les universités.

Les demandes diverses et diffuses des Gilets Jaunes (il n'existe pas encore de direction centralisée du gilet jaune ni d'agenda / de plate-forme politique) vont bien au-delà de l'abrogation de la taxe sur l'essence. Ils incluent le rétablissement de l'impôt sur la fortune («impôt de solidarité sur la fortune» ou ISF), l'augmentation du salaire minimum et de la pension minimum à 1 300 euros par mois, les programmes d'emploi du gouvernement, la hausse des impôts des grandes entreprises, des plafonds de loyer, élargissement des services de santé mentale et réduction générale des politiques d'austérité.

Les porteurs de vestes jaunes exigent une vraie démocratie - un gouvernement autonome populaire. Ils ont appelé à un référendum populaire au cours duquel 700 000 citoyens signataires obligeraient le Parlement français à débattre et à voter une loi dans un délai d'un an. Il y a eu des appels (qui évoquent des souvenirs de la grande  Révolution française de 1789) pour une Assemblée constituante chargée d'élaborer une nouvelle Constitution pour but de créer un nouveau gouvernement français - une sixième République basée sur la souveraineté populaire et la règle de la majorité, et non pas les commandes ploutocratique d'une de facto dictature financière de l'entreprise. Imaginez!

Les appels à la démission de Macron ont été mis en avant dans la rhétorique et les graffitis de Gilets Jaunes. Beaucoup, probablement la plupart des Français, veulent maintenant un nouveau gouvernement véritablement démocratique, et non pas le calendrier ridiculement décalé imposé par une Constitution dépassée.

Malgré les tentatives prévisibles de la droite de détourner le mouvement et malgré l'absence de coordination de la part des partis ou des syndicats de gauche, la France connaît un soulèvement populaire et ouvrier de gauche s'inscrivant dans la tradition révolutionnaire française de «Liberté, Égalité et Fraternité». «Ce n'est pas une rébellion néo-fasciste, anti-immigrée ou anti-environnementale petit-bourgeoise. Comme Mercier écrit:

. Ce que symbolisent les gilets jaunes des Gilets Jaunes, ce sont les cols bleus, les retraités en difficulté et les étudiants qui se révoltent contre les prétentions de la classe politique et des PDG.... Le mouvement Gilets Jaunes est strictement horizontal, sans hiérarchie ni leaders reconnus. Jusqu'à présent, il a refusé de se faire détourner par des partis politiques: soit le rassemblement national de Marine Le Pen à l'extrême droite, soit La France Insoumise de Jean-Luc Melenchon à gauche. Il a également rejeté l'association avec les syndicats français. Sans le préciser, le mouvement Gilets Jaunes est anticapitaliste: une révolte viscérale des démunis contre l'élite. C'est un mouvement populaire, pas populiste. Les Européens et même les nationalistes populistes américains déforment déjà l'importance des Gilets Jaunes pour servir leur agenda politique. Contrairement à la montée du nationalisme-populisme ailleurs, comme en Italie, en Autriche, en Hongrie, au Royaume-Uni, comme l'ont exprimé le BREXIT, les États-Unis et le Brésil avec l'élection de Bolsonaro, les Gilets Jaunes ne sont pas d'anti-immigration ni même n'ont un agenda anti-européen empreint de racisme et de néofascisme.... Les Gilets Jaunes sont en révolte contre le capitalisme ou le néolibéralisme, qui est un système mondial de concentration de la richesse et du pouvoir entre quelques mains. Avec notre effondrement écologique imminent et notre biodiversité en voie de disparition, le capitalisme a échoué et touche à sa fin. Contrairement aux négationnistes néo-fascistes, les Gilets Jaunes perçoivent le changement climatique comme une crise, mais ils disent qu'il est difficile de se concentrer sur un effondrement écologique mondial lorsque l'on vit entre deux chèques de paie. Ils ont le sentiment de faire face à l'inquiétude de mettre de la nourriture sur la table à la fin du mois, tandis que les riches parlent de la fin du monde. Il est difficile de penser à la survie de l'humanité avec un estomac vide. «

Les Gilets Jaunes ont résisté aux identitaires de la droite nationaliste. Ils ont appelé non pas à la fermeture des frontières, mais à de meilleures politiques d'intégration pour aider les étrangers à s'établir en France (langues et éducation civique), pour que tous les citoyens étrangers travaillant en France aient les mêmes droits que les citoyens français et pour des politiques qui s'attaquent aux causes des migrations forcées.

Le soulèvement des gilets jaunes était / n'est pas une mince affaire dans un pays qui est une puissance nucléaire de premier plan et l'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies!

Cependant, vous ne l'auriez pas perçu en suivant l'actualité du câble américain la semaine dernière ou le week-end. Les bavardages sur CNN, MSNBC et FOX News paraissaient incapables de rompre avec leur commémoration d'une semaine sur le criminel de guerre impérialiste George HW Bush et leurs reportages à bout de souffle sur les derniers développements de l'enquête Bob Mueller dans RussiaGate pour focaliser une attention sérieuse sur les événements France.

Certes, la mort d'un président américain est toujours un gros contrat orwellien pour les médias américains dominants. Les nouvelles de RussiaGate (recommandations de condamnation du procureur pour les anciens amis de Trump, Michael Flynn et Michael Cohen) étaient significatives. Mais la quasi-panne de courant sur ce qui se passait en France était exagérée et révélatrice compte tenu de la portée historique de l'histoire qui se déroule dans l'un des États les plus précieux du système capitaliste mondial - un grand État-nation occidental dont l'histoire a été intimement liée à celle des États-Unis depuis avant et pendant la révolution américaine.

Mon échantillon restreint d'écoutes la semaine dernière a suggéré que FOX News offrait aux Gilets Jaunes une couverture plus étendue - et plus compréhensive - que ne le faisaient CNN et MSDNC. C'est sans doute parce que la télévision d'État Trump (FOX) s'identifie davantage avec la droite d'extrême droite française fasciste anti-immigrés (Front national de Marine Le Pen) qu'avec le néolibéral Macron - et parce que FOX s'est associé à Trump pour trouver utile de donner une fausse représentation de l'opposition des gilets jaunes à la taxe sur l'essence en tant que rejet de l'action climatique positive. Macron est plus en vogue et populaire chez CNN et MSNBC  «progressistes-néolibéraux».

Pourtant, quand il s'est avéré que les Gilets jaunes se sont soulevés contre le capitalisme dans un mouvement populaire et anticapitaliste, le grand capitaliste FOX n'est pas apparu plus pressé de prêter plus d'attention aux hommes et aux femmes de la rue en France que ne le faisait les Obama-Macronistes chez CNN et MSDNC.

Il y a une raison très simple pour laquelle j'ai dû me tourner vers Internet pour obtenir une couverture décente et des commentaires sur les gilets jaunes. Les problèmes qui ont poussé les Français ordinaires dans les rues et soutenu ceux qui sont prêts à détruire la propriété bourgeoise sont largement présents - plus présents d'ailleurs - aux États-Unis. Les États-Unis sont  plus touchés que toute autre nation occidentale riche par l'inégalité sauvage (condition et opportunité), la ploutocratie, la corruption, l'insécurité / la précarité et le caractère sans âme du capitalisme éco-cidal contemporain -  et d'un système politique constitutionnel, cela ne correspond pas du tout aux besoins de la majorité ouvrière en conflit. Nous aussi souffrons de l'arrogance horrible d'une classe politique corrompue et déconnectée qui représente les riches, et non pas «Nous, le peuple», dans les couloirs de la politique et du pouvoir. Comme l'illustrent les éminents politologues libéraux Benjamin Page (Nord-Ouest) et Marin Gilens (Princeton) dans leur livre consacré à la recherche  Démocratie en Amérique?  l'année dernière:

«Les meilleures preuves indiquent que les souhaits des Américains ordinaires ont en réalité eu peu ou pas d'impact sur l'élaboration de la politique du gouvernement fédéral. Les personnes fortunées et les groupes d'intérêts organisés - en particulier les entreprises - ont eu beaucoup plus de poids politique. Quand ils sont pris en compte, il devient évident que le grand public a été pratiquement impuissant... La volonté des majorités est souvent contrecarrée par les riches et les bien organisés, qui bloquent les propositions politiques populaires et procèdent à des faveurs particulières... La majorité des Américains voudrait favoriser... des programmes visant à créer des emplois, à augmenter les salaires, à aider les chômeurs, à fournir une assurance maladie universelle, à garantir des pensions de retraite décentes et à financer de tels programmes avec des impôts progressifs. La plupart des Américains veulent aussi réduire le «bien-être des entreprises». Pourtant, les riches, les groupes d'entreprises,

Comme les Français, nous pouvons voter? Super! Mammon règne néanmoins aux États-Unis, où, selon Page et Gilens, «la politique gouvernementale... reflète les souhaits de ceux qui ont de l'argent, pas ceux des millions de citoyens ordinaires qui choisissent tous les deux ans de choisir parmi les projets pré-approuvés de candidats retenus pour des postes fédéraux » (italiques ajoutés). Plus ça change, plus c'est le même choix.

«La grande démocratie du monde?» Le dernier livre de Ronald Formisamo, président du département d'histoire de l'Université du Kentucky, est intitulé :  L'oligarchie américaine: la permanence de la classe politique (Université de l'Illinois, 2017). Selon le récit détaillé de Formisamo, la politique américaine est sous le contrôle d'une « classe politique permanente » - une « couche de personnes à haut revenu en réseau », comprenant des représentants du Congrès (dont la moitié sont des millionnaires), des élus, des bailleurs de fonds, des lobbyistes, consultants, bureaucrates nommés, sondeurs, journalistes célèbres de la télévision, présidents d'université et cadres d'institutions à but non lucratif bien financées. Formisamo avertit que cette «classe politique permanente» porte la nation «au-delà (de la simple) ploutocratie» à «l'hégémonie d'une aristocratie à la richesse héritée».

«Cela entraîne des inégalités économiques et politiques non seulement avec les politiques mises en place au cours des quatre dernières décennies, telles que des systèmes fiscaux fédéraux et étatiques conçus de manière à favoriser les entreprises et les riches; cela accroît également les inégalités par un comportement de marchandage et d'acquisition, dans la mesure où il permet, imite et s'intègre avec le 1 pour cent le plus riche et le 0,01%... (Il contribue à) la création directe d'inégalités en canalisant les flux de revenus et de richesses vers les élites (tandis que)... son auto-agrandissement crée une culture de corruption qui infecte la société tout entière et qui pousse beaucoup à abuser des postes de pouvoir pour imiter ou monter dans la catégorie «Un pour cent»... (et, en contribuant au maintien de niveaux de pauvreté élevés et des désavantages pour des millions de personnes qui dépassent presque toutes les nations avancées. «

Nous refusons également de limiter notre prétendue «contribution» au pouvoir excessif du pouvoir exécutif à des élections abruptes et décalées dans le temps, prévues par  une constitution archaïque. « Notre » charte décrépite a été rédigée et transmise à des portes closes par et pour les riches propriétaires d'esclaves et les capitalistes marchands pour qui  la souveraineté populaire était le cauchemar ultime du temps de Louis XVI.

Nous aussi nous attendions beaucoup à une nouvelle révolution et à  la convocation d'une assemblée constituante nationale chargée de rédiger une nouvelle constitution fondée sur une véritable souveraineté populaire et le progrès du bien commun et contre la dictature non élue et catastrophiquement catastrophique du capital pour l'environnement.

Grâce à tout cela et plus encore, les gilets jaunes pourraient s'avérer très contagieux pour des millions de citoyens américains ordinaires si le mouvement français recevait une couverture comparable à celle qu'il mérite dans les médias «grand public» américains. D'où la quasi-panne des Gilets Jaunes par les réseaux câblés «grand public» de la classe dirigeante.

Plus d'articles de:  PAUL STREET

Le dernier livre de Paul Street est  They Rule: The 1% v. Democracy (Paradigm, 2014)

 histoireetsociete.wordpress.com

 Commenter