Les enjeux montent entre les États-Unis et la Chine...

05-11-2018 lesakerfrancophone.fr 10 min #147890

... alors que des navires de guerres étasuniens traversent le détroit de Taiwan

Par Tyler Durden - Le 23 octobre 2018 - Source  Zero hedge

Los Angeles Times : Lundi, les navires ont traversé du sud au nord le détroit de Taiwan et ont été suivis par de nombreux navires de la marine chinoise.

Juste après que les navires de guerre américains aient de nouveau fait un passage provocateur dans le détroit de Taiwan, lundi, rendant encore plus chaudes les tensions  déjà tendues entre Washington et Pékin actuellement en pleine guerre commerciale, Steve LeVine d'Axios pose la question qui hante depuis longtemps l'esprit du public occidental : quelles sont les chances d'une guerre États-Unis-Chine ?

LeVine a récemment rencontré Graham Allison, professeur à Harvard, qui a publié, il y a un an,  son explosif [Destined For War : Can America And China Escape Thucydides Trap Destinés à se faire la guerre : Les États et la Chine peuvent-ils éviter le piège de Thucydide], livre qui explique en détail les raisons pour lesquelles une guerre majeure est presque inévitable et qui a suscité un large débat. LeVine fait le point avec Allison au sujet de l'augmentation récente des tensions  dans la région de la mer de Chine méridionale :

Il dit que, si l'histoire se répète, les États-Unis et la Chine semblent se diriger vers une guerre.

Au cours du week-end, je lui ai demandé s'il y avait eu du nouveau, en particulier si le danger d'une guerre entre les deux pays semble s'être accru.

« Oui » répondit-il. « Le risque de guerre est encore inférieur à 50 %, mais est réel et beaucoup plus probable qu'on ne le pense généralement ».

Les commentaires de LeVine sur la  thèse centrale de Graham Allison : « Suivant un scénario vieux de 2 400 ans, les États-Unis et la Chine semblent être sur la même voie que les grandes puissances empruntent depuis que Sparte a combattu contre Athènes. »

Ceci  en référence à la guerre du Péloponnèse, racontée par l'historien grec Thucydide, l'histoire d'une puissance régionale dominante (Sparte) qui se sentait menacée par l'émergence d'une puissance concurrente (Athènes). Sparte se sentait tellement menacée que toutes les mesures prises pour contenir la montée des Athéniens ont fini par transformer la lutte pour le pouvoir en une guerre sans merci.

L'idée est que lorsque, par peur, une puissance dominante prend certaines mesures pour tenir son concurrent à distance, ces actions finissent par conduire à une guerre entre les deux. C'est ce que les politologues modernes appellent le piège de Thucydide.

« Si Thucydide regardait, il dirait que tous les partis se disputent pour montrer qui peut le mieux illustrer le rôle de la puissance montante, de la puissance dirigeante et du provocateur. »

- Graham Allison

LeVine pense, en se basant sur les derniers commentaires d'Allison, que les deux grandes puissances s'approchent de ce piège en recherchant une équilibre basé sur une « force inexorable et invisible qui les pousse à une guerre presque inévitable ». Selon  le rapport Axios :

Les États-Unis imposent des droits de douane de plus en plus élevés à Pékin, bouclent l'accès à la technologie américaine et ont emprisonné un espion chinois, tandis que Pékin qui a continué à renforcer sa présence militaire dans la mer de Chine méridionale, exige que des entreprises occidentales lui donne leurs secrets technologiques et plus encore.

Mais la guerre commerciale actuelle, ou même le vol de technologie à grande échelle et quelques rencontres en haute mer suffisent-ils à déclencher une escalade et une véritable guerre ?

Probablement pas, dit Allison, mais plutôt un scénario du type de la Première Guerre mondiale dans lequel un effet domino involontaire de surenchère, le simple assassinat de l'archiduc François-Ferdinand par exemple, a déclenché une escalade massive menant à la guerre mondiale. Par un scénario similaire, écrit LeVine à propos des commentaires d'Allison, « les deux pays seront entraînés dans un conflit par une erreur de calcul impliquant une tierce partie, qui pourrait bien être Taiwan ».

Selon le professeur Graham Allison :

« Ce qui se passe, c'est qu'une provocation faite par une tierce personne ou un accident devient un déclencheur auquel l'un des deux se sent obligé de répondre. Et ils se retrouvent dans une guerre qu'ils ne veulent pas. »

C'est précisément ce qui s'est presque produit entre les États-Unis et la Russie, au sujet de la Syrie, à plusieurs reprises au cours des deux dernières années - en particulier avec le crash accidentel en septembre de l'avion de surveillance russe IL-20 avec 15 membres d'équipage à son bord après que l'allié américain, Israël, eut lancé une attaque balistique à grande échelle contre les installations du gouvernement syrien.

Actuellement, ce que le Pentagone a qualifié d'opération « de routine » - le passage de deux navires de la marine américaine dans le détroit de Taiwan - a suscité la colère de Pékin et le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré mardi avoir exprimé sa « profonde inquiétude » aux États-Unis à propos de cette opération, qui était la deuxième opération du genre cette année.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hua Chunying,  a déclaré en réaction à l'incident lors d'une conférence de presse : « La question de Taiwan concerne la souveraineté et le territoire de la Chine et représente la question la plus importante et la plus sensible dans les relations sino-américaines ».

Le Pentagone, pour sa part, a réitéré sa position d'un « engagement américain en faveur d'une région Indo-Pacifique libre et ouverte », selon le commandant Nate Christensen, porte-parole adjoint de la flotte américaine du Pacifique, via Reuters. « La marine américaine continuera de survoler, de naviguer et d'opérer partout où le droit international le permet », a-t-il ajouté.

Pendant ce temps,  un article crucial dans le South Morning China Post, intitulé « Taiwan's cosying up to Trump » [Le marché de dupes entre Trump et Taiwan] pourrait déclencher une guerre entre la Chine et les États-Unis, nous faire retourner en arrière et décrire précisément - sur la base de l'histoire récente - comment le monde pourrait facilement être sur le point de connaître une guerre totale entre les États-Unis et la Chine, selon la thèse de Graham Allison :

Ce n'est pas la première fois que Taïwan devient la question centrale dans les relations États-Unis-Chine. Dans le débat électoral américain de 1960, John Kennedy et Richard Nixon se sont disputés pour savoir si l'Amérique devait lancer une guerre nucléaire contre la Chine pour protéger les petites îles de Matsu et Quemoy, ou Kinmen, en cas d'invasion communiste.

Trump voit peut-être maintenant Taïwan comme un objet de pression de plus en plus précieux contre la Chine, mais Pékin ne fera aucun compromis sur cette question politiquement très sensible, car il considère Taïwan comme relevant de son « intérêt national ».

Alors que les États-Unis et la Chine dérivent dangereusement vers un conflit direct, Taïwan devrait faire preuve de prudence. L'étroit détroit de Taiwan pourrait être le point déclencheur d'une guerre entre les deux nations les plus puissantes au monde.

En effet, le « piège de Thucydide » pourrait bien être là, dans ce détroit apparemment lointain qui pourrait bien être le point déclencheur qui nous ferait franchir le seuil.

Tyler Durden

Traduit par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire