Pourquoi Trump ne peut pas contrôler l'armée américaine

24-10-2018 reseauinternational.net 6 min #147427

Par Paul Kindlon 

« L’Amérique n’a pas eu de gouvernement civil depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. » C’est ce que m’a dit, en tant que journaliste, un homme qui avait servi dans le renseignement militaire après des années de formation intensive en langue russe au Monterey Institute for International Studies.

Pour ceux qui ne le savent pas, Monterey a été le centre académique de formation des futurs agents de renseignement par le biais d’une méthode pédagogique développée par l’armée des États-Unis. Il a servi non seulement à fournir des traducteurs et des interprètes aux militaires, mais aussi à la CIA.

La CIA était initialement connue sous le nom de Bureau des services stratégiques et l’OSS a été créée en tant qu’agence des chefs d’état-major interarmées. Sa fonction était de recueillir des renseignements et de générer de la propagande. Depuis son origine, la CIA a fonctionné avec un budget noir.

Une petite partie de son budget officiel provient du contribuable américain, mais il s’agit surtout d’un organisme indépendant qui ne fait l’objet d’aucun contrôle sur ses transactions financières réelles. C’est strictement  » inaccessible « . Ce n’est pas un hasard si la CIA a été créée à peu près en même temps que le Pentagone où la stratégie militaire américaine est planifiée et jouée. Les deux entités sont intimement liées. Mais avant d’examiner comment ce lien fonctionne, revenons à la citation choquante mentionnée ci-dessus.

Selon ma source de renseignements, un certain L.G. Leighton, des militaires américains de haut rang à la fin de la Seconde Guerre Mondiale prévoyaient un coup d’État militaire pour renverser le président démocratiquement élu et le remplacer par un gouvernement permanent contrôlé par les militaires. La raison en était que le gouvernement civil était composé de gens qui ne connaissaient pas le fonctionnement du monde réel et qu’on ne pouvait faire confiance qu’aux officiers possédant les connaissances et l’expérience acquises au combat pour diriger et protéger les États-Unis.

« Après tout, se disaient-ils, les politiciens étaient restés tranquillement chez eux pendant que nous risquions notre peau et que nous gagnions cette guerre ». « Nous le méritons ». Ainsi a été mis en œuvre un complot qui allait changer à jamais le cours de l’histoire américaine. On l’appelle le  » Palmer House Plot  » parce que c’était le lieu de la réunion secrète où les officiers les plus hauts gradés auraient planifié et organisé exactement comment le putsch militaire allait se dérouler.

Ayant eu vent de cet acte audacieux et dangereux, le général orné de gloire Omar Bradley, fut envoyé par les chefs d’état-major interarmées pour « faire face à cette situation ». Il s’est envolé pour Chicago et a pris un taxi pour se rendre directement à l’hôtel Palmer House – le lieu emblématique de l’audacieux complot.

Quand il est arrivé à l’hôtel, il est allé directement dans la chambre où les comploteurs étaient rassemblés et a fait irruption dans la chambre en criant : « Que diable êtes-vous en train de faire ?! » Les conspirateurs ont répondu d’une manière directe, « nous allons prendre le contrôle du gouvernement, monsieur ». Ce à quoi le général Bradley répondit : « Bande d’imbéciles…(partie supprimée), nous contrôlons déjà le gouvernement. “

Si cette histoire est vraie – et je ne doute pas que ma source ait été honnête à 100 % – elle explique vraiment beaucoup de choses sur la politique et les présidents américains au cours des 70 dernières années.

Cela signifie que depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les présidents peuvent influencer la politique intérieure, mais qu’ils ne sont pas responsables de nos affaires étrangères. C’est peut-être la raison pour laquelle JFK a été assassiné – un homme qui était sur le point de démanteler la CIA et de retirer les troupes américaines du Vietnam.

C’est peut-être la raison pour laquelle Dwight D. Eisenhower a prononcé ce discours extraordinaire à la fin de sa présidence, mettant en garde contre les graves dangers du complexe militaro-industriel.

Si ce que ma source a dit est la vérité, cela signifie aussi que Donald Trump ne contrôle pas la politique étrangère américaine. Et si c’est vraiment le cas, ses paroles sur le retrait des engagements militaires étrangers ne signifient rien.

Cela signifie que nous sommes tous pris en otage par un contingent de généraux voyous du Pentagone qui planifient secrètement la prochaine guerre sans égard pour les institutions ou les valeurs démocratiques. Et à leur tour, ils contrôlent la CIA – une autre organisation malhonnête qui opère en dehors de toute règle de droit.

C’est une perspective terrifiante.

 Photo: L’admirable discours de Trump sur le retrait des conflits mondiaux n’a pas de sens.

Source :  russia-insider.com

Traduction  Avic Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter