Liberté et relaxe pour les 7 de Briançon

13-10-2018 3 articles ldh-france.org 3 min #146972

Pétition initiée par plusieurs organisations, dont la LDH

Ils risquent la prison pour avoir aidé des personnes migrantes en danger dans les Alpes. Bastien, Benoit, Eleonora, Juan, Lisa, Mathieu et Théo vont être jugé-e-s le 8 novembre 2018 au tribunal de Gap (Hautes-Alpes).

Ils risquent la prison pour avoir aidé des personnes migrantes en danger dans les Alpes. Bastien, Benoit, Eleonora, Juan, Lisa, Mathieu et Théo vont être jugé-e-s le 8 novembre 2018 au tribunal de Gap (Hautes-Alpes).

Leur seul tort : avoir participé le 22 avril dernier, dans un contexte de militarisation croissante de la frontière franco-italienne, à une marche solidaire pour dénoncer les agissements du groupuscule Génération Identitaire qui menait une opération d'intimidation violente et d'incitation à la haine au col de l'Echelle (Briançon).

Pour cela, ils risquent jusqu'à 10 ans de prison et 750 000 euros d'amende. Il s'agit de peines normalement réservée à la criminalité organisée.

A travers eux, ce sont non seulement des associations régionales et nationales qui sont visées, Tous migrants, La Cimade, L'Anafé et Chez Marcel..., mais plus largement toutes celles et tous ceux qui chaque jour, par simple humanisme ou parce qu'ils aspirent à un modèle de société plus juste et plus humain, apportent leur soutien à celles et ceux qui en ont besoin et ce quelle que soit leur origine.

Le procureur a donc choisi de poursuivre en justice des militant·e·s solidaires, ni délinquant·e·s, ni trafiquant·e·s, tout en garantissant l'impunité aux membres du groupe d'extrême droite Génération Identitaire qui n'ont fait l'objet d'aucune poursuite judiciaire à ce jour. Et alors même que les forces de l'ordre se rendent quotidiennement coupables de violations des droits des personnes étrangères et de violences inacceptables sur les exilé-e-s.

En écho à la récente décision du Conseil constitutionnel qui a enfin reconnu la fraternité comme un principe constitutionnel, nous demandons :

- la relaxe pure et simple pour Bastien, Benoit, Eléonora, Juan, Lisa, Mathieu et Théo ;

- la fin de l'acharnement des forces de l'ordre et de toutes les poursuites judiciaires contre les personnes qui viennent en aide aux personnes migrantes ;

- l'arrêt immédiat des violences policières dont sont victimes les personnes exilées à la frontière et le respect de leurs droits.

 Vous aussi, signez la pétition !

Toutes et tous solidaires avec les 7 de Briançon. Toutes et tous contre le délit de solidarité. Toutes et tous délinquant-e-s solidaires en bande organisée.

Pétition à l'initiative du Comité de soutien aux 3+4 de Briançon, La Cimade, Collectif Délinquants solidaires, Gisti, Anafé, Tous Migrants, Emmaüs, UJFP (Union juive française pour la paix), Fasti, Bagagérue, FAP (Fondation Abbé Pierre), Transport People and Care, Syndicat des avocats de France, LDH (Ligue des droits de l'Homme), Union syndicale Solidaires, SUD Education et L'Auberge des migrants.

 ldh-france.org

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
05-11-2018 5 articles ldh-france.org 8 min #147894

Poursuite du harcèlement judiciaire des « 3+4 de Briançon »

Communiqué de la FIDH, dont la LDH est membre, et de l'Organisation mondiale contre la torture

Nouvelles informations

FRA 001 / 0518 / OBS 077.1

Harcèlement judiciaire

L'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'Homme, partenariat de la FIDH et de l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT), a reçu de nouvelles informations et vous prie d'intervenir de toute urgence sur la situation suivante en France.

26-10-2018 bastamag.net 3 min #147502

Délit de solidarité : soirée de soutien aux « sept de Briançon » qui risquent 10 ans de prison

Ils risquent dix ans de prison pour avoir aidé des migrants en danger dans les Alpes. Sept personnes - Bastien, Benoit, Eleonora, Juan, Lisa, Mathieu et Théo - vont être jugés le 8 novembre au tribunal de Gap (Hautes-Alpes). Une partie d'entre eux ont été arrêtés le le 22 avril dernier, à l'issue d'une marche solidaire visant à dénoncer les agissements du groupuscule Génération Identitaire qui menait une opération d'intimidation au col de l'Echelle, à Briançon.