F-35: la surprise « turque » pour les Usa?

07-10-2018 reseauinternational.net 3 min #146673

Le Congrès américain pourrait annuler la vente de chasseurs F-35 à la Turquie. Mais il y a un problème : les principales pièces de l’appareil sont de fabrication turque.

En août, le Congrès a adopté une loi qui pourrait bloquer la vente de 100 avions de chasse F-35 de la compagnie américaine Lockheed Martin à la Turquie qui envisage d’acheter un système de défense aérienne russe.

Là se trouve tout le problème. La Turquie est un chef de file mondial dans le marché de la fabrication aérospatiale. 10 entreprises turques doivent fabriquer des pièces pour le F-35 d’une valeur d’environ 12 milliards de dollars, y compris des composants essentiels tels que le fuselage central et certains trains d’atterrissage. Pour certains articles, comme l’affichage du poste de pilotage, la Turquie est la seule source au monde à les produire.

Industries aérospatiales turques

En collaboration avec Northrop Grumman, la compagnie d’aviation turque TAI fabrique et assemble le fuselage central, les portes du compartiment des armes et les pylônes air-sol utilisés pour transporter du matériel.

Ayesas est le seul fournisseur de deux composants principaux du F-35, l’unité d’interface à distance pour les missiles et l’affichage panoramique du poste de pilotage.

Kale Aerospace fabrique des structures aéronefs et des ensembles montés de train d’atterrissage.

Fokker Elmo fabrique 40 % du système d’interconnexion électrique (EWIS) du moteur F135.

Alp Aviation fournit des structures et des assemblages aéronefs, des composants de train d’atterrissage et plus de 100 pièces du moteur F135, y compris des rotors à lames intégrées en titane.

Un risque pour les fournitures ?

Si les États-Unis bloquent l’accord sur les avions à réaction, le président turc Recep Tayyip Erdogan pourrait couper le flux des pièces indispensables à leur construction. « Si la chaîne d’approvisionnement turque venait à s’interrompre, cela entraînerait une interruption de la production d’aéronefs, retardant la livraison de 50 à 75 jets et nécessiterait environ 18 à 24 mois pour le réapprovisionnement des pièces », a déclaré le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, en juillet.

Dans sa lettre au Congrès, Erdogan a peu parlé de la manière dont il pourrait réagir. Mattis doit soumettre au Congrès, à la mi-novembre, un rapport sur l’impact potentiel de tout changement sur la participation de la Turquie. Lockheed dit pour l’instant que la vente aux Turcs suit son cours.

source: parstoday.com

 reseauinternational.net

 Ajouter un commentaire