Lettre d'une pute au plus offrant

11-07-2018 dedefensa.org 7 min #143530

Ce texte-là est sidérant et devrait nous laisser sans voix, ou bien nous apparaître comme une caricature destinée à railler grassement et par des images déplaisantes les partisans de l'alignement de cette Europe sur des USA dont le président ne veut plus d'elle. La confusion actuelle est si complète, à l'heure où " la folie devient stratégique " qu'il ne s'agit pas d'une caricature : les caractères et les jugements ne prennent même plus le masque des "valeurs" dont se targue le bloc-BAO ni de l'exacte qualité de ces "valeurs" ; ils sont pris de panique, ils exposent crument les vérités du "marché libre" de la prostitution que constituent les actuels arrangements stratégiques.

En vérité par conséquent, ce texte nous laisse sans voix parce qu'il nous dit le vrai sur ce qu'est vraiment la position de l'Europe vis-à-vis des USA. En d'autres termes avec lesquels il nous semble qu'on ne prend pas trop de gants, quelque malappris dirait d'elle au travers de ce texte qu'il s'agit de la lettre d'une pute à son mac qui serait sur le point de la larguer, pour lui faire comprendre qu'il a intérêt à exercer encore son empire parce qu'elle est une bonne tapineuse, parce que sinon elle, la pute, se vendra nécessairement à un autre mac.

Puis, s'adressant à l'Europe, notre homme, directeur pour l'Europe de l'élégant German Marshall Fund of US (GMF), conseille, toujours suivant l'interprétation du malappris, à cette même Europe de montrer à son mac qui ne veut plus d'elle qu'elle est tout de même une sacrément bonne tapineuse, qui rapporte bien parce qu'elle sait y faire... Sans aucun doute, "la folie devient stratégique", et lorsqu'il s'agit de la folie de petits indics au service des souteneurs l'obscénité du propos ne connaît plus de bornes, et par conséquent s'impose la crudité de notre rapport de la chose.  Jan Techau, Allemand, qui a roulé sa bosse dans tous les instituts d'apprentissage disons de l'"americanostitute" ("americanism + prostitute" [sorte d'institute]), de Washington D.C. à l'OTAN, de Carnegie au GMF, est, nous affirme le malappris, de la sorte dont cet ambassadeur disait fameusement à Foster Dulles, à propos d'un dictateur-bananier sud-américain : « He is a sonavabitch but he is our sonovabitch » C'est donc un homme, certes sans divertissement mais de bon conseil ; son texte même, ses idées, l'élégante finesse de son point de vue, éclairent la forme morale et la dimension spirituelle de cette époque étrange où "la folie devient stratégique".

Le titre complet du texte mis en ligne le  10 juillet 2018 sur le site du GMF est : « Europe's Value in the Coming Standoff ». Nous l'avons réduit à sa substantifique moelle, à l'heure où l'on débat sur ce site de la notion de "valeur".

dde.org

_________________________

De la "valeur" de l'Europe

Le bruit et l'anxiété qui entourent le sommet de l'OTAN demain ne font pas que souligner à quel point la relation transatlantique est devenue tendue depuis 18 mois sous la présidence de Donald Trump. Cela renvoie également à une question beaucoup plus vaste qui se cache derrière nos attaques de panique provoquées par Twitter: l'Amérique veut-elle conserver sa propriété géopolitique en Europe ou est-elle prête à l'abandonner? La propriété ici ne signifie pas des troupes ou des infrastructures en Europe. Cela signifie l'Europe en tant que telle et si Washington, à l'avenir, la considérera comme sa propre arrière-cour ou si l'Europe deviendra disponible pour d'autres puissances qui ne sont que trop désireuses de placer ce territoire riche, légèrement indiscipliné et stratégiquement intéressant, sous leur influence.

Ce n'est qu'à court terme que la réponse à cette question aura à voir avec la Russie. Certes, les dirigeants américains doivent se demander s'ils veulent que de plus en plus de pays européens se sentent tentés d'appeler Moscou d'abord au lieu de Washington sur des questions de politique étrangère. Mais à long terme, ce n'est pas la Russie mais la Chine qui rendra cette question urgente.

Nous sommes au milieu d'un changement global des positions stratégiques dans lequel un ordre, Pax Americana, est lentement remplacé par quelque chose d'autre dans lequel Pékin aura probablement le seul droit à la parole. Dans le conflit à venir de l'ancien hégémon contre la nouvelle montée, la valeur de l'Europe pour les États-Unis sera déterminée par son utilité pour contrebalancer une Chine en pleine croissance.

Pendant la guerre froide, l'Europe a joué un rôle primordial dans la lutte des États-Unis contre la politique expansionniste de l'Union soviétique. Dans le bras de fer à venir avec la Chine, la valeur de l'Europe sera beaucoup plus petite, mais elle ne sera pas nulle.

En conséquence, la vraie question stratégique est de savoir si Washington, bien après que Trump soit parti, considérera toujours l'Europe comme un atout convoité dans le bras de fer mondial à venir. Comme par le passé, la garantie de sécurité de l'Amérique ne dépendra pas de la part de l'Europe du fardeau de la défense de l'OTAN. Cela dépendra seulement du fait que l'Amérique considère de son intérêt stratégique de défendre le Vieux Monde.

Quand il s'agit de contrebalancer la Chine, l'Europe ne peut pas mettre beaucoup de puissance militaire sur la table. Mais sa richesse, sa taille de marché, son pouvoir commercial, sa géographie stratégique et son pouvoir de vote aux Nations Unies la rendent attrayante. Plus important encore, les États-Unis pourraient très bien être intéressés à empêcher l'Europe de devenir l'extrémité occidentale d'une masse continentale eurasienne dominée par l'Empire du Milieu. Transformer l'Europe en une économie tributaire nourrissant la grandeur mondiale de la Chine est précisément ce que Beijing vise, notamment par son initiative One-Belt-One-Road.

Pour les Européens, cela signifie prendre des décisions difficiles. Premièrement, ils doivent décider s'ils veulent toujours faire partie de l'Ouest et, par conséquent, s'ils veulent demander la protection des États-Unis. Si tel est le cas, ils doivent identifier comment ils peuvent être les plus utiles dans tout effort visant à créer un contrepoids à la Chine - et s'ils sont prêts à faire les investissements nécessaires. En outre, ils doivent savoir combien et quel type d'investissement chinois en Europe ils veulent accepter, et s'ils considèrent la Chine gérée par le Parti communiste comme une opportunité d'affaires plutôt que comme un challenger géopolitique occidental.

Pendant le sommet de l'OTAN, rien de tout cela n'aura une importance particulière. L'alliance est occupée à digérer un président américain qui ne comprend ni sa valeur pour les États-Unis ni la fragilité de l'Europe, un marché politique intrinsèquement instable. Mais il y aura un temps après Trump, et la communauté transatlantique devra alors se concentrer sur un défi beaucoup plus grand que tout ce que la Russie ou l'Union Soviétique ont pu poser: la question de l'ordre dans un monde où la Chine aspire à la suprématie.

Jan Techau

 dedefensa.org

 Ajouter un commentaire