Égypte : une répression made in France

09-07-2018 3 articles cadtm.org 5 min #143418

Image d'illustration : Un garçon affronte la police militaire égyptienne au sud du Caire, décembre 2011 (CC - Flickr - Alisdare Hickson)

Un nouveau rapport dévoile aujourd'hui comment l'État et plusieurs entreprises françaises ont participé à la sanglante répression égyptienne des cinq dernières années, en fournissant au régime d'Abdel Fattah al-Sissi du matériel militaire et de surveillance. Dotant les services de sécurité et de répression égyptiens de puissants outils numériques, elles ont participé à la mise en place d'une architecture de surveillance et de contrôle orwellienne, utilisée pour briser toute velléité de dissidence et de mobilisation. Face à ce nouveau scandale touchant les exportations d'armement et de « biens à double usage » français, nos organisations demandent la mise en place d'une enquête parlementaire et l'arrêt immédiat de ces exportations.

Depuis le coup d'état militaire de juillet 2013 orchestré par Abdel Fattah Al Sissi, l'Égypte est en proie à une répression implacable. Le bilan est accablant pour ses services sécuritaires : dispersions de manifestations avec des moyens militaires (plus de 1 000 morts pour la seule dispersion du sit-in de Rabaa Al Adawiya, le 14 août 2013 au Caire) ; incarcération d'au moins 60 000 prisonniers politiques depuis 2013 ; milliers d'exécutions extra-judiciaires et disparitions forcées (entre juillet 2013 et juin 2016, 2 811 cas de disparition forcées aux mains des services de sécurité 1) ; recours systématique à la torture ; augmentation des condamnations à mort.

Alors que le Conseil des Affaires Étrangères de l'Union Européenne affirmait le 21 août 2013 que : « Les États membres ont décidé de suspendre les licences d'exportation vers l'Égypte de tous les équipements qui pourraient être utilisés à des fins de répression interne », au moins huit entreprises françaises - encouragées par les gouvernements successifs - ont au contraire profité de cette répression pour engranger des profits records. Entre 2010 et 2016, les livraisons d'armes françaises vers l'Égypte passent de 39,6 millions à 1,3 milliards d'euros.

« Alors que le Conseil Européen annonçait la cessation des exportations de matériel militaire et de surveillance pour condamner la dérive dictatoriale en Égypte, la France gagnait des parts de marché et réalisait des exportations records ! » remarque ainsi Dimitris Christopoulos, Président de la FIDH.

Certaines entreprises ont vendu des armes conventionnelles à une armée responsable de la mort de centaines de civils au nom de la guerre contre le terrorisme, notamment dans le Sinaï : navires de guerre Mistral (DCNS) ; frégates Fremm (DCNS) ; corvettes (Gowind) ; avions de combat Rafale ; véhicules blindés (Arquus) ; missiles air-air Mica et de croisière SCALP (MBDA) ; missiles air-sol 2ASM (SAGEM).

D'autres entreprises françaises ont vendu des véhicules blindés (200 Renault Trucks Defense vendus entre 2012 et 2014) et des machines-outils à fabrication de cartouches (Manurhin) à des services de police qui n'hésitent plus à disperser des manifestations au fusil mitrailleur.

Enfin, des sociétés ont vendu aux services de sécurité des technologies de surveillance individuelle (AMESYS/NEXA/AM Systems) ; d'interception de masse (SUNERIS/ERCOM) ; de collecte des données individuelles (IDEMIA) et de contrôle des foules (drones Safran, satellite AIRBUS/THALES, blindés légers Arquus ex-RTD, adaptés au milieu urbain). Ce faisant, elles ont toutes participé à la construction d'une architecture de surveillance généralisée et de contrôle des foules, visant à empêcher toute dissidence ou mouvement social, et ayant conduit à l'arrestation de dizaines de milliers d'opposants et militants.

« Si la révolution égyptienne de 2011 avait été portée par une « génération Facebook » ultra-connectée ayant su mobiliser les foules, la France participe aujourd'hui à l'écrasement de cette génération via la mise en place d'un système de surveillance et de contrôle orwellien, visant à écraser dans l'œuf toute expression de contestation. » déclare Bahey Eldin Hassan, Directeur du CIHRS.

Nos organisations demandent aux entreprises et aux autorités françaises la cessation immédiate de ces exportations mortifères. En outre, les autorités françaises doivent non seulement mettre en place une enquête parlementaire sur les livraisons d'armes à l'Égypte depuis 2013, mais s'atteler aussi à une totale refonte du système français de contrôle des exportations d'armes et de matériel de surveillance. Caractérisé par son opacité et sa trop grande dépendance au pouvoir exécutif, c'est ce système lacunaire qui permet aujourd'hui la livraison de matériel contribuant à de graves violations des droits humains en Égypte.

Le rapport complet est disponible à cette adresse :  fr.scribd.com

 cadtm.org

 Ajouter un commentaire

modules attachés ordre chronologique
09-07-2018 mondialisation.ca 9 min #143442

Les Ong dénoncent la complicité de la France dans la torture en Egypte

De multiples grandes sociétés françaises et des gouvernements français successifs participent activement à la répression des masses égyptiennes par la dictature militaire en place. Ils sont des complices actifs d'une surveillance de masse de la population égyptienne, visant à identifier des opposants du régime à torturer ou à faire disparaître, ainsi que de l'armement de la junte militaire du général Abdel Fatah Al-Sissi.

Business 10-07-2018 tlaxcala-int.org 7 min #143460

Ventes d'armes à l'Égypte : la France a décroché le jackpot ! Un rapport accablant sur la « répression made in France »

 Rabha Attaf رابحة عطاف

Il était grand temps que les ONG de défense des droits humains tapent du poing sur la table concernant les relations franco-égyptiennes ! C'est désormais fait, depuis le 2 juillet dernier, jour de la visite officielle à Paris de Mohamed Zaki, le ministre égyptien de la Défense, quelques jours après celle au Caire du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le meilleur VRP des ventes d'armes depuis l'ère Hollande.