Trump donne raison aux extrémistes iraniens et victimise les citoyens ordinaires. Par Trita Parsi et Ryan Costello

08-07-2018 les-crises.fr 10 min #143401

Source :  Trita Parsi & Ryan Costello, Consortium News, 09-05-2018

La décision de Donald Trump de retirer les États-Unis de l'accord nucléaire iranien ne fait que renforcer les tenants iraniens de la ligne dure, faire du tort aux gens ordinaires et accroître le potentiel d'une guerre dévastatrice, soutiennent Trita Parsi et Ryan Costello.

Par Trita Parsi et Ryan Costello

Lorsque le Plan d'action global commun a été annoncé en 2015, le peuple iranien est descendu en masse dans les rues pour célébrer ce qu'il croyait être le début d'une nouvelle ère.

Longtemps écrasé par les pressions américaines et leur propre gouvernement, ils avaient de bonnes raisons d'être optimistes. La menace de guerre s'éloignait et les sanctions qui ont étouffé l'économie iranienne allaient bientôt être levées. Beaucoup espéraient que le président iranien Hassan Rouhani, conforté par son succès à la table des négociations, tirerait parti de son capital politique et allégerait l'environnement sécuritaire difficile de l'Iran chez lui.

Aujourd'hui, alors que le président Donald Trump déchire l'accord, le peuple iranien est de nouveau celui qui souffrira le plus. Les partisans iraniens de la ligne dure, renforcés par l'échec de l'accord, affûtent leurs couteaux pour contrer Rouhani et le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif, et les risques d' une guerre catastrophique sont sans aucun doute plus grands.

L'Iran a fait tout ce qu'il fallait pour se conformer aux conditions de l'accord, détruisant le cœur de son réacteur à Arak, habilitant les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique et limitant considérablement son programme d'enrichissement de l'uranium. Les sanctions ont d'abord été levées sous la présidence de Barack Obama, et l'Iran a bénéficié d'un soulagement limité. Mais cet optimisme longtemps attendu a été rapidement stoppé par l'élection de Trump, qui a juré de mettre fin à l'accord conclu sous son prédécesseur. Les espoirs de l'Iran pour un avenir meilleur ont été bouleversés par une star de la télé-réalité devenue démagogue.

Une menace de guerre plus immédiate

Les doutes quant à savoir si Trump était réellement sérieux sur ce qu'il avait dit pendant sa campagne volatile s'étaient dissipés dans la première semaine de sa présidence, quand il a interdit aux Iraniens et à beaucoup d'autres d'entrer aux États-Unis sur la base d'un peu plus que du sectarisme.

Rouhani : Des couteaux sortis pour lui. (Photo officielle iranienne)

Peu de temps après l'interdiction, Trump a commencé à mettre à mort l'accord nucléaire moyennant un millier de coupes. Des accords majeurs avec des sociétés internationales  comme Boeing n'ont jamais vu le jour. Les banques européennes, craignant les sanctions américaines qui restaient en vigueur, ont refusé de réintégrer le marché iranien. De plus, M. Trump et ses hauts fonctionnaires ont violé l'accord à maintes reprises, mettant en garde les entreprises étrangères contre le fait de faire du business avec l'Iran tout en laissant dans le doute la mise en œuvre des engagements des États-Unis.

Et en mars, Trump a commencé à promouvoir les voix les plus caustiques sur l'Iran à des postes clés en matière de sécurité nationale. John Bolton, qui n'a jamais cessé d'appeler à bombarder l'Iran et  a pris l'argent d'un culte terroriste iranien détesté qui cherche à changer de régime, est devenu conseiller en matière de sécurité nationale. Mike Pompeo, l'un des principaux opposants à l'accord nucléaire, est maintenant secrétaire d'État. La menace de guerre est de retour, cette fois plus imminente que jamais auparavant.

Beaucoup d'Iraniens se sentent à nouveau désespérés, en raison d'une variété de facteurs, dont le moindre n'est pas une économie étouffée par les sanctions, un fait qui s'est manifesté en décembre et janvier lorsque l'Iran a été secoué par  les plus grandes manifestations depuis le Mouvement vert de 2009. Pourtant, beaucoup sont restés chez eux, non pas pour soutenir le régime, mais par crainte de la suite.

Maintenant, le discours dur, à savoir qu'on ne peut pas faire confiance aux États-Unis et qu'ils ne lèveront jamais les sanctions, a été justifié par la décision à courte vue et égoïste de Trump d'abroger l'accord nucléaire. Les partisans de la ligne dure cherchent à reprendre tous les leviers du pouvoir aux modérés comme Rouhani et Zarif, à détruire les espoirs de réforme et à assurer l'élévation d'un successeur de la ligne dure au Guide suprême iranien Ali Khamenei. S'ils y parviennent, cela signifiera une plus grande répression au pays et une escalade à l'étranger.

Pourtant, tout comme les partisans de la ligne dure à Washington, les radicaux iraniens n'ont pas de bon "plan B" pour ce qui vient après l'accord. Et, étant donné la soudaineté de la décision de Trump de déchirer l'accord sans qu'il y ait une violation iranienne, Rouhani et Zarif ont eu une dernière chance de sauver le compromis nucléaire et d'empêcher le cabinet de guerre de Trump de trouver une justification pour mettre en place leurs plans de guerre et de changement de régime.

Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Federica Mogherini,  a juré que l'Europe respectera les engagements pris dans le cadre de l'accord, en agissant dans le respect de ses intérêts en matière de sécurité et en protégeant ses investissements économiques. Le président français Emmanuel Macron  a averti que la décision de Trump menace le tissu même du régime de non-prolifération. De façon critique, M. Rouhani a également  indiqué que l'Iran peut obtenir des avantages dans le cadre du JCPOA sans les États-Unis. Cela autorise l'Europe, la Russie, la Chine et l'Iran à négocier un nouvel accord de la dernière chance, avec l'Europe prenant des mesures pour atténuer les effets de la réimposition des sanctions américaines et protéger les entreprises qui font des affaires avec l'Iran.

Mais les chances d'un tel accord de relance, même en l'absence de Trump, sont minces.

L'Europe, en particulier, est extrêmement vulnérable aux sanctions américaines, et l'Europe a été lente à reconnaître que son meilleur espoir de conserver l'accord nucléaire repose non pas sur le soutien à Trump, mais sur le blocage de Trump. Israël et l'Arabie saoudite détiennent également de nombreuses cartes qui pourraient court-circuiter la diplomatie et entraîner les États-Unis dans une confrontation militaire directe.

La majorité du peuple iranien, cependant, n'a guère d'autre choix que d'espérer que Rouhani et Zarif pourront naviguer dans ces eaux traîtresses, de peur que l'Iran ne soit déchiré par des puissances extérieures, tout comme l'Irak et la Syrie avant eux.

Cet article a été publié à l'origine sur  HuffPost.

Trita Parsi est le président du National Iranian American Council. Ryan Costello est directeur adjoint des politiques du National Iranian American Council. Ryan Costello s'est joint à la NIAC en avril 2013 en tant que Policy Fellow.

Source :  Trita Parsi & Ryan Costello, Consortium News, 09-05-2018

Traduit par les lecteurs du site  www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 les-crises.fr
 Ajouter un commentaire