Trump a décidé de détruire l'Ue

07-07-2018 dedefensa.org 7 min #143368

Il nous semble intéressant de publier cet article du site russe Vzgliad, traduit en français par Spoutnik et présentant une interprétation de la politique de Trump vis-à-vis de l'UE. Cette présentation est faite à quelques jours du sommet de l'OTAN (10-11 juillet) et s'y réfère nécessairement, conduisant à admettre que l'interprétation, si elle concerne la politique vis-à-vis de l'UE, implique nécessairement la position de Trump vis-à-vis de l'OTAN.

Nous ne sommes pas nécessairement d'accord avec cette interprétation, tant s'en faut et de beaucoup. L'idée que pourrait se former une armée européenne indépendante qui deviendrait l'outil d'une sorte d'expansionnisme de la puissance allemande, l'UE devenant ainsi une sorte de "IVème Reich" nous paraît totalement infondée au regard des capacités européennes de former une telle force, et encore plus au regard des capacités allemandes d'utiliser et de manipuler à sa guise un tel "IVème Reich" pour des buts de puissance (au profit de l'Allemagne). Il s'agit d'une hypothèse que nous jugeons complètement fantaisiste comme nous l'avons plusieurs fois expliquée. Par contre, il n'est pas impossible que certains experts US y croient, et même Trump lui-même d'une certaine façon (quoiqu'on puisse douter de l'argument selon lequel un projet apprécié comme « complètement contraire au concept d'atlantisme et aux objectifs des mondialistes » le gêne en quelque façon que ce soit...). Quant aux Allemands eux-mêmes, sans doute certains d'entre eux  continuent à y croire en attendant que le régime-Merkel termine son effondrement dans la dissolution et dans la déliquescence... A ce moment, on pourra commencer à mesurer sérieusement sur quelle sorte de sable était bâtie cette rêverie post-bismarckienne.

D'où, pour notre propos, la thèse de l'article selon laquelle Trump veut détruire l'UE pour empêcher les soi-disant projets allemands. En effet, peut-être Trump croit-il à cette fable du "IVème Reich", mais l'essentiel pour nous, - et en cela, nous partageons ce jugement de l'article, - est bien que Trump juge qu'il faut détruire l'UE, et dans tous les cas tout faire pour aller dans ce sens. Ce faisant, bien entendu, il met également l'OTAN en cause, et tout cela avec d'autant plus d'entrain que nous sommes dans l'entame d'une belle  Grande Guerre Commerciale qui oppose notamment les USA à l'UE, et particulièrement à l'Allemagne. Cette attaque de Trump se fait notamment par le soutien aux mouvement du type populiste, qu'il approuve, contestataires du centralisme-UE d'inspiration allemande, du temps où l'Allemagne était encore une structure convenable. L'essentiel est bien là, dans cette attaque contre une structure-Système (l'UE) qui accentue radicalement la fracture du  bloc-BAO qui constitue l'outil préféré de la surpuissance du Système

La traduction française de cet article de Vzgliad est publié le 6 juillet 2018 dans Spoutnik. Il nous semble représenter une vision russe de la situation qui n'est pas très éloignée des conceptions de la direction russe, dans tous les cas qui n'est pas rejetée par elle.

dde.org

_________________________

Trump a décidé de détruire l'UE

Le sommet de l'Otan commence dans cinq jours mais il apparaît déjà clairement que le président américain Donald Trump adoptera un ton très dur avec ses alliés européens, écrit vendredi le site d'informationVzgliad. Certaines fuites évoquent même l'impensable: un éventuel retrait des forces américaines d'Allemagne.

En effet, le week-end dernier, le Washington Post a évoqué le départ du contingent de 35.000 hommes actuellement stationné en Allemagne, ou sa projection en Pologne. Quoi qu'il en soit l'idée était complètement inconcevable il y a encore quelques mois, selon Vzgliad.

Mais après un an et demi de présidence Trump, les alliés européens des USA au sein de l'Otan sont déjà habitués à l'absence de méthodes et de tabous pour le président américain. Ce dernier voudrait affaiblir l'Europe, qu'il ne voit pas comme un satellite ni un partenaire inférieur, mais comme un dangereux concurrent. Et il est prêt à y parvenir par tous les moyens, notamment en exigeant des Européens qu'ils augmentent les dépenses pour leur défense jusqu'à 2% du PIB ce qu'ils promettent depuis longtemps.

Dans leurs discours, les membres européens de l'Otan reconnaissent la nécessité de payer. Mais en réalité les pays les plus puissants du Vieux continent n'ont pas l'intention de débourser des dizaines de milliards d'euros. C'est notamment le cas de l'Allemagne, pour qui la promesse d'augmenter les dépenses jusqu'à 1,5% du PIB est déjà une limite.

L'Amérique dont rêve Trump n'a pas besoin d'une Europe forte et unie parce que l'UE est presque deux fois plus grande que les USA en termes de population, possède une économie très forte et des ambitions. L'Amérique de Trump a besoin d'une Europe faible et divisée. C'est pourquoi le candidat Trump soutenait le Brexit. C'est pourquoi le président Trump proposait à Emmanuel Macron de faire sortir la France de l'UE. C'est pourquoi il critique constamment l'Allemagne et Angela Merkel. Les USA font pression sur l'Allemagne sur tous les fronts.

Le locataire de la Maison blanche joue avec la patience de l'Allemagne, et c'est là que c'est intéressant. En réalité, il ne pousse pas simplement Berlin à détériorer ses relations avec les USA, mais également à un retour de la véritable souveraineté perdue par l'Allemagne après la défaite de 1945 et l'occupation. Après la chute de l'URSS et la réunification de l'Allemagne, les USA n'ont pas quitté ce pays. Mais plus l'UE devenait forte, plus la puissance de l'Allemagne augmentait. Par conséquent, il devenait plus difficile pour les Anglo-saxons d'influencer le contrôle de l'Europe unie. Trump a donc décidé de détruire l'UE avant qu'elle n'échappe complètement au contrôle anglo-saxon et se transforme en quatrième Reich.

Et puisque Angela Merkel a parlé il y a un mois, dans une interview au Frankfurter Allgemeine, de la création d'une armée européenne incluant un corps d'expédition, c'est-à-dire agissant en dehors de l'Europe, cela signifie que le processus a démarré. En d'autres termes, cette armée, malgré la volonté de ses propres créateurs, se transformera en armée continentale, ce qui est complètement contraire au concept d'atlantisme et aux objectifs des mondialistes.

Vzgliad

 dedefensa.org
 Ajouter un commentaire