Non au sacrifice des primates pour le pétrole !

03-07-2018 sauvonslaforet.org 8 min #143218

Des grands singes menacés par les hommes et leur soif de pétrole. Ainsi se résume le destin des gorilles et des bonobos dans le bassin du Congo. Le gouvernement veut réduire les aires protégées des Virunga et de la Salonga car elles renferment du pétrole. Empêchons l’exploitation des ressources naturelles au détriment des primates.

Lettre

Au Président et au Premier Ministre de la République démocratique du Congo

Les parcs nationaux des Virunga et de la Salonga jouent un rôle crucial pour la survie des gorilles et des bonobos. Ils ne doivent pas être touchés.

 Afficher la lettre de pétition

Le Parc national des Virunga fait partie des réserves naturelles les plus prisées au monde. Il abrite certains des derniers gorilles de montagne que des gardes protègent au péril de leur vie. Le parc de la Salonga est un habitat crucial pour les bonobos, dont il abrite 40 % de la population mondiale.

Il n’est donc pas étonnant que l’UNESCO ait inscrit ces parcs au patrimoine mondial en 1979 et 1984.

Aujourd’hui, le gouvernement du président Kabila veut  déclasser certaines portions des parc nationaux au motif que cela freine  l’exploitation économique. Le pays aurait le droit d’exploiter ses ressources naturelles en tout lieu, même dans les zones protégées. Si ce projet était mis en œuvre, le statut de protection le plus élevé de l’UNESCO n’aurait plus aucune valeur.

Parmi les enjeux du débat figure  l’exploitation du pétrole. L’exploration pétrolière doit être autorisée sur près de 4.500 km².  Bloomberg évoque même un total de 16.700 km². Les risques écologiques sont considérables. L’exploration et l’extraction de pétrole :

- détruira l’habitat des bonobos, des gorilles et de nombreuses autres espèces

- détruira des forêts contribuant à la protection du climat

- mettra en péril des lieux de nidification d’oiseaux migrateurs

- risquera de polluer les systèmes fluviaux du Congo et du Nil

 19 ONG de la Province du Nord-Kivu ont alerté le gouvernement des conséquences de la diminution des parcs nationaux au mois de mai. Elles souhaitent désormais mobiliser la population afin de faire pression sur les autorités en recueillant 100.000 signatures par le biais d’une pétition nationale.

Parallèlement, les écologistes congolais appellent à une campagne internationale pour la protection des parcs des Virunga et de la Salonga.

Merci donc de signer leur pétition. Les bonobos et les gorilles ont besoin de nos voix.

 Contexte

Les bonobos - des grands singes peu connus

Les quatre espèces de grands singes sont menacées : les orangs-outans sont proches de l’extinction en Asie du Sud-Est, tandis que les chimpanzés, les gorilles et les bonobos luttent pour leur survie en Afrique. Dans de nombreuses régions, les grands singes n’ont pratiquement aucune chance de survivre en dehors des réserves naturelles étendues.

Les  bonobos sont les grands singes les moins connus. Egalement appelés chimpanzés nains, ils vivent exclusivement au sud du fleuve Congo dans la République démocratique du Congo. Leur habitat n’interfère donc pas avec celui des chimpanzés, qui vivent uniquement au nord du puissant fleuve.

Les bonobos sont par ailleurs connus pour résoudre les conflits par la sexualité.

Les réserves naturelles des Virunga et de la Salonga

Situé au cœur du bassin du Congo, le  parc national de la Salonga est considéré comme l’une des plus grandes zones de protection de forêt tropicale au monde, couvrant une surface de 36.000 km², soit trois fois l’Ile-de-France. Le parc n’est accessible que par voie fluviale.

Fait récent : en 2017, des scientifiques ont découvert la plus grande tourbière tropicale au monde dans la Cuvette Centrale. Dans la mesure où la destruction de tourbières libère une quantité particulièrement importante de gaz à effet de serre, la protection du parc national de la Salonga est également essentielle pour la protection du climat.

S’étendant sur 7.900 km², le  parc national des Virunga est situé à l’est du Congo et possède une superficie quasiment équivalente à celle de l’Alsace. Un quart des gorilles des montagnes ( Gorilla beringei beringei) vivent le long de la frontière avec le Rwanda.

En raison de différentes menaces telles que la guerre civile et autres conflits violents, les deux parcs nationaux figurent sur la liste des  « patrimoines mondiaux en péril » : Virunga depuis 1994 et Salonga depuis 1999.

Diminution de la superficie des aires protégées

Le gouvernement congolais projette de déclasser 21,5 % du parc national des Virunga : 400 km² dans la concession appelée bloc 5 et 1.320 km² dans le bloc 4.

A Salonga, 2.767 km² sont concernés (bloc 1 et 2).  Selon le quotidien Tageszeitung (taz), la compagnie pétrolière nationale Sonahydroc et la Compagnie Minière Congolaise SPRL (Comico) sont candidates à la recherche de pétrole.

Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :

  • M. Joseph Kabila, Président de la République démocratique du Congo
  • M. Bruno Tshibala Nzenze, Premier Ministre de la République démocratique du Congo

Ambassade de la République démocratique du Congo 32 cours Albert 1er 75008 Paris Tel : +33 (0)1 42 25 57 50

Courriel : [ambacongoparis@orange.fr]

 Lettre

Au Président et au Premier Ministre de la République démocratique du Congo

Monsieur le Président,
Monsieur le Premier Ministre,

La République démocratique du Congo abrite deux sites du patrimoine mondial de l’UNESCO qui jouent un rôle décisif dans la survie des grands singes : le Parc national des Virunga abrite des gorilles des montagnes menacés d’extinction. Le Parc national de la Salonga renferme une population importante de bonobos, une espèce que l’on ne retrouve dans aucun autre pays du monde.

Vous portez donc une responsabilité particulière dans la protection des grands singes.

Malgré tout, votre gouvernement prévoit d’autoriser l’exploration et l’extraction de pétrole dans les sites du patrimoine mondial de l’UNESCO et veut, pour cela, réduire la superficie des réserves.

Cela causerait des dommages écologiques considérables. Si l’exploration pétrolière est autorisée dans les parcs nationaux des Virunga et de la Salonga :

- l’habitat des bonobos, des gorilles et de nombreuses autres espèces sera détruit,- des forêts jouant un rôle important dans la protection du climat disparaitront,- des lieux de nidification d’oiseaux migrateurs seront mis en péril,

- les grands systèmes fluviaux du Congo et du Nil seront pollués.

Votre pays s’est engagé à protéger le patrimoine mondial de l’UNESCO. Nous vous demandons donc de respecter cet engagement, comme vous l’avez fait jusqu’à présent. La contribution apportée par votre gouvernement et la population de la République démocratique du Congo à la protection de la nature joue un rôle décisif dans la survie des gorilles et des bonobos.

Veuillez préserver les sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO et y interdire l’exploration et l’extraction de pétrole.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre, l'expression de notre profond respect.

 sauvonslaforet.org

 Ajouter un commentaire
newsnet 18/07/03 13:35

Il faut ajouter que le Congo souffrira d'une baisse drastique du tourisme les cent prochaines années, et que les peuples seront promis à encore plus de pauvreté et de maladies. On leur aura tout volé, il ne restera que du sable et des larmes.