La Liberte Pour Wael Al-Faqeeh

01-07-2018 ism-france.org 4 min #143134

Par ISM-France

Wael Al-Faqeeh, leader de la résistance populaire, a été arrêté par les autorités israéliennes d'occupation, aux premières heures du jeudi 28 juin, chez lui à Naplouse. Très vite après son enlèvement, il a été incarcéré à la prison Megiddo, ce qui laisse supposer que sans détention pendant quelques heures/jours, même pour la forme, dans un centre d'interrogatoire, il risque d'être placé directement en détention administrative. Dans ce cas, Wael n'aura ni inculpation ni procès. Ni inculpation bidon, ni simulacre de procès, pour être plus exact.

Wael al-Faqeeh est responsable du Centre Tanweer [Palestinian Cultural Enlightenment Forum, création 2005] à Naplouse. Les activités du Centre Tanweer sont variées : soutien de jeunes Palestiniens dans leurs études, apprentissage de langues étrangères, ateliers d'activités artistiques, organisation de débats sur la situation politique internationale, participation/organisation de manifestations contre l'occupation, etc.

Une autre initiative importante du Centre Tanweer est l'organisation de campagnes de soutien de coopératives agricoles de femmes pour garantir leur autonomie financière et réaffirmer leur enracinement dans leur terre contre l'avancée à marche forcée de la colonisation dans les villages autour de Naplouse [Campagne « Tant qu'il y aura du thym et des olives].

A l'automne, les jeunes du Centre Tanweer participent à la récolte dans les oliveraies palestiniennes les plus menacées par la brutalité des colons, celles qui jouxtent les colonies sionistes.

Le Centre Tanweer, à cause de la richesse de ses activités et de son impact dans la société populaire de Naplouse, est la cible d'attaques régulières ; la dernière a eu lieu en décembre 2015, les photos à ce lien montrent le saccage des locaux de l'association.

On comprend dès lors que pour les autorités d'occupation, Wael al-Faqeeh est un dirigeant populaire qu'il faut écarter.

C'est la cinquième fois que Wael est emprisonné :
- la première en 1989 (6 mois),
- la deuxième en 1991 (18 mois),
- la troisième de décembre 2009 à novembre 2010 (12 mois)
- la quatrième d'octobre 2015 à février 2017 (16 mois).

Les raisons invoquées par les autorités d'occupation furent aussi diverses que piteuses : incitation, participation à une manifestation, etc. L'objectif non dit mais tellement clair est de museler Wael et tous les militants palestiniens qui luttent pour leurs droits, qui dynamisent la société palestinienne, qui fédèrent son énergie. Le régime sioniste a bien compris que les réflexions et les actions que ces leaders charismatiques impulsent représentent une menace à la perpétuation de l'occupation de la terre palestinienne.

Nous, militants internationaux qui connaissons Wael al-Faqeeh, qui avons tellement appris de lui, qui avons eu l'honneur et la chance de participer aux actions qu'il a organisées, de discuter avec lui, d'aller avec lui boire un café à Tanweer ou manger un morceau de kenafeh naboulsi dans le souk de la vieille ville en refaisant la Palestine, sommes dévastés par son arrestation et nous assurons sa famille de notre soutien, sous la forme qu'elle choisira.

Avec les arrestations et les emprisonnements arbitraires des hommes, des femmes et des enfants, le régime sioniste poursuit un objectif clair : déchirer le tissu social palestinien si fort, désespérer la population pour qu'elle capitule et se résigne à l'occupation de sa patrie.

Mais les Palestiniens résistent à cette entreprise de destruction et la cause des prisonniers est centrale dans leurs préoccupations.
Faisons de même.
Mettons la cause des prisonniers au centre de toutes nos actions de soutien aux Palestiniens.

Montrons à Federica Mogherini, Haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité,

[federica.mogherini@ec.europa.eu]
ou
Commission Européenne - Rue de la Loi / Wetstraat 200 - 1049 Brussels (Belgique)

que, pas plus que les Palestiniens, nous ne nous résignons pas à l'arrestation de Wael Al-Faqeeh, Khalida Jarrar, les 22 membres de la famille Tamimi, Ah'mad Saadat, Georges Ibrahim Abdallah, Salah Hamouri, Suzan Owawi, Anas Shadid, et les plus de 6.000 autres prisonniers palestiniens.

LIBERATION INCONDITIONNELLE DE TOUS LES PRISONNIERS, PALESTINIENS ET ARABES
LIBERATION DE LA PALESTINE, TOUTE LA PALESTINE,
DE LA MER AU JOURDAIN

 ism-france.org

 Commenter
 Référencé par : 1 article