Le véritable bilan annuel des grandes entreprises françaises

28-06-2018 3 articles multinationales.org 11 min #143022

28 juin 2018

L'Observatoire des multinationales publie le premier « véritable bilan annuel » des multinationales françaises. Cet exercice inédit permet à tout un chacun d'aller au-delà de la comm' et du jargon financier pour examiner ce que font réellement les grandes entreprises françaises dans des domaines aussi divers que le partage des richesses, la protection du climat, les droits des travailleurs, le lobbying ou la santé.

Le lecteur apprendra par exemple dans ce «  véritable bilan annuel » que les grandes entreprises françaises redistribuent les deux tiers de leurs bénéfices aux actionnaires, et qu'elles ont diminué leurs effectifs en France de 20% depuis 2010 malgré un chiffre d'affaires en croissance. Qu'elles possèdent chacune des centaines de filiales partout dans le monde, dont 15% dans des paradis fiscaux. Qu'elles dépensent des centaines de milliers, voire des millions d'euros en lobbying à Paris, Bruxelles et Washington, mais aussi des centaines de millions d'euros, voire des milliards pour certaines, en publicité. Que le premier actionnaire du CAC40 n'est plus, pour la première fois depuis longtemps, l'État français, mais la famille du milliardaire Bernard Arnault, PDG de LVMH et actionnaire de Carrefour. Ou encore que près de la moitié du CAC40 a un dirigeant issu de la haute fonction publique.

Ce « véritable bilan annuel » revient aussi sur le rôle des multinationales françaises dans l'actualité nationale et internationale au cours de l'année écoulée, depuis l'élection de Donald Trump aux États-Unis jusqu'à la réforme du code du travail en France. Il emmène le lecteur tout près de chez lui, où se font sentir les conséquences des fermetures d'usines et l'héritage de la pollution, aussi bien qu'à l'autre bout du monde, dans l'Arctique russe où des groupes français extraient du gaz naturel, dans les forêts d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Sud qui souffrent de l'expansion des plantations de soja ou d'huile de palme, dans les banlieues des grandes villes asiatiques où triment les ouvriers et ouvrières de leurs fournisseurs, et jusque dans les océans envahis par le plastique.

Soutenir l'Observatoire !

Parce que le débat démocratique mérite mieux que la com' du CAC 40, nous enquêtons.

 Soutenez l'indépendance de l'Observatoire en faisant un don.

Grand écart entre les discours et les pratiques

S'il est un fil conducteur à ce « véritable bilan annuel », c'est bien celui du grand écart entre la communication des grandes entreprises françaises et la réalité des faits et des pratiques. Les groupes du CAC40 rivalisent d'éloquence pour évoquer leur engagement pour le climat, mais seule une minorité d'entre eux (14) réduisent effectivement leurs émissions de gaz à effet de serre. Ils se vantent d'avoir 40% de femmes dans leurs conseils d'administration, sans préciser que la législation les y contraint ni que dans leurs comités de direction, non couverts par la loi, cette proportion descend à 13%.

Le constat vaut même pour des multinationales françaises qui consacrent une énergie folle à se présenter elles-mêmes comme des modèles de vertu et de responsabilité sociale et environnementale, à l'image de Danone. Si l'on regarde la réalité des chiffres et des faits, Danone se situe dans la moyenne en termes de redistribution de ses profits aux actionnaires. Elle fait partie des multinationales tricolores qui possèdent la plus grosse proportion de filiales dans les paradis fiscaux. En termes de rémunérations, elle est l'un des groupes les plus inégalitaires du CAC40. Son effectif en France a chuté de 9% depuis 2010 alors même que son chiffre d'affaires augmentait de 45%. Elle contribue à l'envahissement du monde et des océans par le plastique, en n'apportant que des réponses partielles et imparfaites en termes de plastique recyclé, et seulement pour sa marque la plus haut de gamme, Evian. Elle a réduit ses émissions de gaz à effet de serre et affiche des objectifs ambitieux dans ce domaine, mais l'industrie laitière reste l'une des principales sources mondiales de gaz à effet de serre. Les discours de la direction de Danone et de son PDG Emmanuel Faber sur le rôle social de l'entreprise paraissent un prolongement des milliards d'euros de publicité dépensés chaque année par le groupe pour amadouer les consommateurs.

Menaces sur le droit à l'information

Le « véritable bilan annuel des grandes entreprises françaises » réalisé par l'Observatoire des multinationales montre l'importance d'une information indépendante et d'un débat contradictoire et éclairé sur ces questions, pour notre démocratie et notre planète, mais aussi pour les entreprises elles-mêmes et leurs salariés.

Malheureusement, avec le secret des affaires, la concentration des médias entre les mains de quelques milliardaires, la multiplication des procédures bâillon contre journalistes, associations et lanceurs d'alerte, ou encore la réduction des prérogatives des représentants des salariés, le droit à l'information et au débat sur les entreprises et leur stratégie semble plus menacé que jamais.

Ce « véritable bilan annuel » est donc un projet ambitieux, mais ô combien nécessaire. Si nous avons pu le mener à bien, ainsi que le travail d'enquête et de veille indépendantes qui est le nôtre tout au long de l'année, c'est grâce au soutien financier de nos lecteurs. C'est pourquoi nous vous invitons à soutenir l'Observatoire des multinationales. Et de nous permettre de continuer sur cette lancée, et faire encore plus et encore mieux.

Soutenez l'Observatoire des multinationales en faisant un  don simple de 50 € (17 euros après défiscalisation), ou  toute autre somme à votre convenance

Vous pouvez aussi souscrire un  don mensuel de 4 € par mois (48 € à l'année).

Télécharger le véritable bilan annuel des grandes entreprises françaises (pdf, 154 pages).

 multinationales.org

[observatoire@multinationales.org] pour obtenir une copie papier (payante pour couvrir les frais d'impression et d'envoi).

Nous avons publié au cours des semaines écoulées plusieurs articles et enquêtes extraits de cette publication. En voici la liste (par ordre chronologique inverse) :

 Comment l'État actionnaire est vidé peu à peu de sa substance

 Le CAC et la France

 Les folles dépenses publicitaires du CAC40

 Les patrons du CAC40 ont gagné en moyenne 4,68 millions d'euros en 2017

 Le CAC et ses milliardaires

 Le CAC40 en a-t-il vraiment fini avec le charbon ?

 Le CAC40 en 2017 : plus de 16 000 filiales, dont 15% dans des paradis fiscaux

 Dans les entreprises du CAC 40, le pouvoir reste aux mains des hommes

 LVMH, Kering, Hermès, Chanel : pas de « ruissellement » pour les profits record du luxe français

 Une haute fonction publique-privée à la française : près de la moitié du CAC40 a un patron issu des grands corps de l'État

 Dividendes : les actionnaires ont coûté 55 milliards au CAC40 en 2017

 10 millions à Paris, 27 millions à Bruxelles, 22 millions à Washington : c'est ce que le CAC40 déclare avoir dépensé en lobbying en 2017

 Oligopoly : comment une poignée de grandes entreprises peuvent soumettre des secteurs entiers à leur loi

 multinationales.org

 Ajouter un commentaire
newsnet 18/06/28 11:25

Bravo ! Ce rapport est une formalisation factuelle d'une véritable prise de conscience des enjeux de l'industrie capitaliste. Les éléments qui y sont présentés sont constitutifs de la valeur réelle de ce qu'ils produisent, à l'échelle globale et sociale.


modules attachés ordre chronologique
06-07-2018 2 articles multinationales.org 15 min #143326

Allègements sociaux, cadeaux fiscaux, pollutions, précarité : enquête sur le fardeau financier que les multinationales imposent à la société

Le vrai bilan des grandes entreprises françaises

6 juillet 2018 par  Olivier Petitjean

On nous parle sans cesse des bienfaits qu'apporteraient à la France ses « champions nationaux ». Bienfaits qui justifieraient les politiques de baisse de la fiscalité et d'allègements sociaux mises en oeuvre depuis trente ans, ainsi que l'inaction en matière de changement climatique ou de pollution de l'air.

10-07-2018 multinationales.org 6 min #143476

Comment Pwc et les « Big Four » noyautent les politiques européennes sur l'évasion fiscale

LuxLeaks

10 juillet 2018 par  Olivier Petitjean

Imaginez que la Commission européenne commande des études à Philip Morris pour concevoir ses politiques de lutte contre le tabac, ou que des anciens employés de Total, Chevron ou ExxonMobil soient chargés de décider des meilleures mesures pour lutter contre le changement climatique, après avoir consulté leurs anciens collègues via des groupes d'experts et des rendez-vous de lobbying.