Notes sur le chagrin et le chaos

13-06-2018 lesakerfrancophone.fr 5 min #142433

Par James Howard Kunstler - Le 31 mai 2018 - Source  kunstler.com

Hier soir, j'interviewais un couple de «  homesteaders » sur une île au nord de Seattle quand ils ont remarqué que la chienne de la famille, âgée de douze ans et nommée Lacy, n'était pas rentrée dîner, alors qu'elle le fait toujours à cette heure-là. Une recherche s'ensuivit et ils la trouvèrent bientôt, morte, dans le pré à une centaine de mètres derrière la maison avec deux grosses plaies perforantes dans le corps.

Personne n'avait entendu un coup de feu. Nous avions discuté à l'intérieur et une fenêtre à proximité était ouverte. Ils ont soupçonné que le chien avait rencontré un chevreuil à queue noire là-bas et avait été blessé à mort. Nous n'avions pas entendu un cri, ou quoi que ce soit. Il y a une semaine, un aigle a pris une de leurs oies, et un « monstre » terrestre en avait eu une autre, l'autre jour.

La nature est ce qu'elle est, bien sûr, et il est naturel pour les êtres humains de penser que ses opérations aléatoires sont malveillantes. Cette aspersion nous incline probablement à nous considérer comme des êtres en dehors de la nature (certains d'entre nous au moins). Nous reconnaissons au moins le côté tragique de cette condition dans laquelle nous sommes plongés, et souhaitons que les rencontres entre ses habitants se terminent différemment, comme peut-être quand deux créatures souveraines se rencontrant par hasard un doux soir de printemps en échangeant des plaisanteries, se saluent et continuent leurs chemins.

La nature malveillante m'a aussi rendu visite la nuit d'avant, chez moi dans l'État de New York. Quelque chose a fendu la fenêtre grillagée de mon poulailler, est entré et a massacré deux de mes oiseaux. Big Red avait complètement disparu à l'exception de quelques plumes orange. J'ai trouvé Little Blue juste à l'extérieur à moitié mangée. Je soupçonne qu'un raton laveur les a attrapés, en fendant astucieusement le cadre de la fenêtre avec ses pattes adroites comme une main - oui, tellement proches de nos propres mains intelligentes. (Dans un style humain classique, après les faits, j'ai fortifié la fenêtre avec un grillage en acier.)

C'est le moment de l'année où les créatures sauvages des champs et des bois donnent naissance à leurs petits et sont désireuses de se procurer de la nourriture pour eux. Qui peut les blâmer pour cela ? Le poulet est un excellent plat. J'en mange moi-même, mais jamais mes propres poules. En fait, j'ai sauvé Little Blue des griffes d'un faucon à queue rousse l'année dernière alors que le faucon luttait pour prendre l'air avec elle et ne l'a lâchée qu'après que je lui ai hurlé dessus. Little Blue s'est remise des lacérations des serres et a gagné une bonne année - une bonne année sur cette terre avec toute ses menaces, quand elle n'est pas occupée à être belle.

Je m'inquiète démesurément au sujet de mes poulets, bien que mes amis qui ont été immergés dans des activités paysannes depuis beaucoup plus longtemps que moi trouvent cela ridicule. En dépit de nos aspirations et de nos prétentions à penser spécialement aux êtres saints, nous sommes des spécialistes du carnage quand nous ne composons pas de quatuors à cordes ou ne réalisons pas le  travail de Dieu à Wall Street.

Le lendemain matin, j'ai pris l'Interstate 5 en direction de l'aéroport de Seattle pour monter à bord d'un simulacre d'oiseau géant en aluminium et en plastique pour un rapide voyage à Oakland, en Californie. La violence fantastique d'une autoroute est difficile à détecter quand A) vous êtes hermétiquement enfermé dans la capsule de votre voiture de location, et B) lorsque vous circulez sur des autoroutes depuis tant d'années que cela semble être un environnement humain normal. Et la fureur d'un avion à réaction déchirant le tissu du ciel est à peine perceptible quand vous êtes dans le siège 21-D, alimenté en boissons glacées et en bretzels. Quelque part dans cet univers - peut-être partout dans le monde - une intelligence sceptique peut se demander ce que nous faisons ici.

Quelque chose de mortel nous attend là-bas, vous et moi, un carnivore peut-être, un démon unicellulaire, un capital-risqueur avec une gueule de bois à la tequila au volant d'un Chevrolet Tahoe. Ce n'est pas si difficile de rencontrer le chagrin et le chaos dans ce monde, et pourtant l'amour et la beauté demeurent. Chérissez-les quand vous les trouvez. Ils expliquent tout.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d'abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu'au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire