La propagande a été inventée par les Américains pour justifier la guerre, puis empêcher la révolution (vidéo 53'08)

13-06-2018 mai68.org 2 min #142424

La propagande a été inventée par les Américains pour justifier la guerre, puis empêcher la révolution (vidéo 53'08)

mardi 12 juin 2018, par  anonyme (Date de rédaction antérieure : 12 juin 2018).

Propaganda - La fabrique du consentement

Émission Arte du 29 mai 2018 vers 23h35

Petit traité de propagande : perroquets, associations "indépendantes" et sondo-mensonges :

 http://mai68.org/spip/spip.php?article1306

Propaganda - Le petit manuel de Bernays :

http://mai68.org/spip/IMG/pdf/Propaganda-EN.pdf

http://mai68.org/spip/IMG/pdf/Bernays-Edward_Propaganda-Fr.pdf

(Faire un clic droit sur un lien, puis "enregistrer sous")

 mai68.org

 Ajouter un commentaire
newsnet 18/06/13 15:59

- comment contrôler les masses pour leur faire accepter la guerre
- arsenal mental : machinerie qui fait la promotion de la guerre, par le divertissement
- psychologie des foules : les gens sont incapables de pensée rationnelle, ce sont des animaux qui réagissent à leur moelle épinière. Une foule est un groupe d'individus privés de capacité de raisonnement. Il faut donc s'adresser à leurs émotions et à leurs instincts. Court-circuiter la pensée critique. Utilisation de symboles puissants, dégrader le sens et focaliser sur le ressenti. Cela permet d'engendrer le fanatisme.
- l'industrie s'empare de ces méthodes éprouvées : alors que l'oligarchie est décriée et les manifestants massacrés, les travailleurs considérés comme des cerfs, il apparaît possible de leur faire accepter le modèle de société qu'ils ont toujours rejeté : le capitalisme.
- le terme de propagande est devenu celui de "conseil en relations publiques" : si une chose est impopulaire il suffit de l'appeler autrement. Il s'agit de contrôler les foules, par la fabrication du consentement. Il s'agit d'amener les masses à soutenir des politiques qui sont contre leur propre intérêt. (j'ajoute : en les mettant dans le camps de ceux à qui il aimeraient s'identifier.)
- il s'agit de faire croire que la prospérité des entreprises privées bénéficiera à l'ensemble de la population : il faut transformer le citoyen en consommateur. Acheter ne doit plus relever du strict besoin mais du désir, avec la promesse d'une vie meilleure.
- la promotion publicitaire fait appel à des leaders d'opinion : 4000 médecins reçoivent une étude qu'ils relaient à leur patients, selon laquelle il est bon pour eux de manger copieusement. "Ce que vous mangez se reflète à l'extérieur" (sic !). "Quelle marque de cigarette fumez-vous, docteur ?"
- l'apport de la psychologie permet de contourner le sens logique, en appuyant les décisions sur la raison, là où en fait elles sont, sans le savoir, le fruit du subconscient et des instincts. Ainsi pour vendre des cigarettes aux femmes, il faut l'associer à un foetus. Ainsi le mouvement de libération de la femme s'est-il affiché avec des femmes fumant des (ce qu'elles nommaient elles-mêmes) des "torches de la liberté".
- "Propaganda" (Edward L. Bernays, paru en 1929) : "La propagande revient à enrégimenter l'opinion publique, exactement comme une armée enrégimente les corps de ses soldats". Même quand le marionnettiste avoue, la foule ne peut pas résister.

(Note : ensuite, comme dans tous les reportages Arte, si le début est percutant, la suite ne fait que de se servir de l'élan donné)

- après le crash de 29, F.D. Roosevelt utilise les techniques de fabrique du consentement éclairé, afin d'y ajouter de l'instruction. L'émotion devient porteur se sens politique. Il engage des réformes destinées à limiter le pouvoir des banques et des entreprises. Mais très vite "là où Roosevelt s'adresse au citoyen, le NAM (association nationale des industriels) s'adresse au consommateur" : elles vendent l'idée que les entreprises privées sont la clef d'une vie réussie. Il s'agit de réconcilier les foules avec l'idée d'une société capitaliste. Pendant vingt ans elles s'acharnent à vendre une vision idéalisée de la société (Note : les images sont désormais en couleurs). C'est la "American Way of Life".
- Le NAM s'appuie sur la pédagogie en préparant les consommateurs de demain, que sont les enfants. C'est un projet à long terme destiné à s'étaler sur plusieurs générations.
- l'axe de la communication consiste désormais à parler de l'avenir : "Démocracity" est l'alliance de la démocratie et du capitalisme. Or dès qu'on parle de l'avenir, on peut inventer ce qu'on veut... Une vision optimiste permet d'instiller que le seul venir possible est celui permit par le capitalisme.
- la propagande est un atout vital pour les démocraties : ils se démettent d'une accusation de dictature en argumentant le principe de "concurrence de la propagande", qui en réalité est faussée (puisque tout cela s'inscrit dans le cadre du capitalisme : le piège se referme).
- la guerre est utilisée comme levier pour accentuer la propagande, en promettant une avenir meilleur. (Note : personne ne se doute encore que la guerre est inhérente au capitalisme.)
- la guerre froide instille un climat de stress et de peur qui est directement utilisé (par les spécialistes de la communication) pour défendre des intérêts strictement privés.
- Le Guatemala décide de redistribuer les terres non cultivées aux paysans, en 1951 : Eddie Bernays, pour le compte de la United Food Company, propriétaire de 3/4 de ces terres, s'engage à persuader les américains, et la plupart des guatémaltèques, que cette réforme du système économique (archaïque) est en réalité une tête de pont de l'URSS. Il déclenche alors une guerre psychologique des plus efficaces.
- le "média-Blitz" est un bureau d'information et de dépêches qui informe les journaux sur la nature communiste du Guatemala. Les journalistes à qui on paie des voyages pour enquêter sur le terrain mettront des années à réaliser qu'ils étaient manipulés au final par la United Food Company. (Note : la propagande fait état d'une population précisément manipulée par la propagande communiste.) Cela a finalement convaincu le gouvernement d'intervenir au Guatemala
- En 1954, avec le soutien de la CIA, le président est renversé, ce qui déclenche une guerre civile qui durera quarante ans, et fera plus de deux-cent mille morts.
- Mais cela n'a pas marché avec Cuba, ni au Vietnam.
- En 1955 E. Bernays publie un guide pratique et théorique des relations publiques destiné aux nouvelles générations : en 40 ans, il a réussi à faire d'un concept de gouvernance du peuple une réalité solidement implantée dans toutes les sphères de la société.
- A cause de ces "ingénieurs du consentement", la démocratie n'est plus qu'une mascarade.
- L'essence des relations publiques est de promouvoir des objectifs et des intérêts pour des commanditaires, que sont de grandes entreprises, qui ne sont pas représentatives de l'intérêt global.
- "La propagande ne cessera jamais d'exister. Les esprits intelligents doivent comprendre qu'elle leur offre l'outil moderne (...) pour créer l'ordre à partir du chaos" (Edward Bernays).

(Note : L'ordre à partir du chaos est une notion qui relève à son tour de loges religieuses bizarrement scientifiques, puisqu'en effet les mutations génétiques, des améliorations providentielles, ne peuvent être déclenchées que par des petites destructions localisées, comme celles des rayons gamma. Ici il s'agit d'un malentendu ou d'une récupération de cette connaissance scientifique, faisant du chaos le ferment d'un "ordre" qui n'est au final que celui des dictateurs.)

 Se réfère à :