Évacuer des campements d'exilé⋅e⋅s dans le respect du droit : une imposture

28-05-2018 gisti.org 3 min #141843

Le ministère de l'intérieur informe avoir convoqué le préfet de Paris et celui d'Île-de-France pour « concevoir » l'évacuation « à bref délai » des campements d'exilés à Paris. Dans son communiqué du 23 mai, il prétend agir « face à l'ampleur » des camps, et vouloir « concili[er] les exigences de la mise à l'abri et de l'application du droit des étrangers ». D'après le ministre, évacuer les 2 300 personnes qui vivent dans des tentes sur les bords des canaux parisiens, c'est « remédier aux enjeux humanitaires qui ne sont plus supportables pour les Parisiens ».

Comment soutenir, une fois de plus, qu'évacuer des campements peut se faire dans le respect du droit - du droit à l'hébergement d'urgence et du droit des étrangers en général ? Si le ministre de l'intérieur connaissait vraiment les dossiers de son ressort, il n'ignorerait pas que la violation de ces droits - qu'il prétend vouloir préserver - a été sciemment orchestrée par les gouvernants successifs depuis près de vingt ans. Le droit à l'hébergement d'urgence, qui ne concerne pas que les personnes étrangères, est bafoué partout en France. S'agissant des personnes en demande d'asile, ce sont des dizaines de milliers de places qui manquent depuis des années pour les héberger, des milliers de places d'hébergement insalubres qui leur sont proposées, seulement pour quelques jours, avant qu'ils et elles soient contraint⋅e⋅s de regagner une tente ou un abri sous un porche. Aucune solution pérenne, même de premier accueil, n'a réussi à être « conçue » depuis 20 ans. En réalité, c'est la mise à la rue des étrangers qui parviennent jusqu'ici qui est organisée par l'État, en violation du droit.

Toujours en violation manifeste du droit, les exilé⋅e⋅s qui veulent demander l'asile n'ont même plus accès à la procédure ; partout en France, ils et elles font des queues littéralement interminables devant les préfectures ou passent des heures au téléphone ou devant un ordinateur dans l'espoir d'un rendez-vous hypothétique à l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii), première étape pour déposer leur demande. En attendant, ils et elles sont et restent des « migrants économiques » irréguliers, destinés à se retrouver en rétention lors de l'évacuation « légale » d'un campement. Ceux et celles dont les empreintes ont déjà été relevées ailleurs en Europe sont exclu⋅e⋅s du circuit de l'asile grâce à la machine infernale « Dublin ». C'est la case rétention qui leur est promise après l'évacuation de leur campement.

Prétendre vouloir soulager les Parisien⋅ne⋅s en recourant à la force publique pour déloger des exilé⋅e⋅s auxquelles on ferme par ailleurs toutes les portes, n'est pas supportable. Heureusement, nombreux sont les Parisien⋅ne⋅s qui partagent une autre vision politique et sensible de la situation des exilé⋅e⋅s encampé⋅e⋅s : bien différente de celle, désincarnée et brutale, d'une machine d'État qui cherche désespérément à exister en luttant contre l'immigration. Comme le ministère l'admet lui-même, les campements se reformeront, cette 35e évacuation ne servira à rien. Sauf peut-être à conforter les habitant⋅e⋅s de Paris et d'ailleurs dans leur conviction d'être gouverné⋅e⋅s par des imposteurs...

Le 28 mai 2018

 gisti.org

 Ajouter un commentaire
 Référencé par :