Loi anti-fake news : l'exécutif estime que «la capacité de discernement des citoyens ne suffit plus»

23-05-2018 23 articles francais.rt.com 6 min #141631

Venue défendre devant l'Assemblée nationale le projet de loi du gouvernement contre les fausses informations, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a été interpellée par plusieurs députés, qui s'interrogent sur le bien-fondé d'une telle mesure.

Lentement mais sûrement, le dispositif législatif relatif à la lutte contre les fausses informations, ou fake news, poursuit son petit bonhomme de chemin dans le circuit de la création législative. Ce 22 mai 2018, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, était auditionnée par la commission des Affaires culturelles de l'Assemblée nationale.

Lire aussi

Loi anti-fake news : le rappel à l'ordre du Conseil d'Etat

Alors que la loi devrait être examinée en séance le 30 mai prochain, plusieurs députés ont fait part de leurs réserves,  à l'instar du Conseil d'Etat. Aussi, le talon d'Achille de cette loi de censure de l'information jugée fausse, avec pour cible internet et les réseaux sociaux, réside-t-il toujours dans l'établissement de la preuve de l'intentionnalité de nuire. Comment distinguer entre une information erronée, mais publiée de bonne foi, et une information «de faussaire», pour reprendre l'idée du «fake» qui signifie tout à la fois «faux» et «fabriqué».

L'intention de nuire devrait pourtant être l'élément caractéristique de l'infraction

Lors de la séance de question réponses, la députée Brigitte Kuster (Les Républicains - LR) a interpellé la ministre. «Le conseil d'Etat souligne qu'en elle-même, la notion de fausse information [telle que définie dans le projet de loi] ne révèle aucune intentionnalité», a-t-elle souligné. Et Brigitte Kuster de rappeler : «L'intention de nuire devrait pourtant être l'élément caractéristique de l'infraction, ce qui n'est pas le cas dans la proposition de loi.» Outre ce flou juridique laissant une large part à la subjectivité et à l'interprétation mais aussi à une instrumentalisation politique visant à disqualifier un discours importun, la députée a également souligné la faiblesse, à ses yeux, de la procédure de référé permettant à l'autorité judiciaire de statuer sur la nature même - vraie ou fausse - d'une information.

Ecueils techniques et juridiques, flou de la notion de «fake news»

Lire aussi

Loi sur les fausses nouvelles : Jean-Yves Le Drian cite nommément RT comme «organe de propagande»

«Good luck !», a pour sa part lancé ironiquement le député socialiste Hervé Salignac, pointant du doigt les écueils techniques de la future loi. «Je suis persuadé que si on devait confronter les bonnes intentions de ce texte à la réalité et aux compétences techniques des spécialistes de la fausse information, ils démonteraient ligne après ligne cette proposition de loi», a-t-il objecté.

Ex-ministre des Outre-mer et députée socialiste, George Pau-Langevin s'est quant à elle interrogée sur l'absence d'évaluation du dispositif législatif déjà existant. De fait,  la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse permet déjà de réprimer les propos diffamatoires ou erronés. Autre exemple, le code électoral propose un cadre censé garantir la bonne tenue d'une élection en luttant notamment contre la diffusion de fausses nouvelles.

«Les chaînes d'information pilotées par des Etats étrangers» dans le viseur

Dans sa présentation du projet de loi, Françoise Nyssen s'est contentée de dérouler les arguments de l'exécutif en matière de censure de l'information qu'il juge fausse. «La capacité de discernement des citoyens ne suffit plus», a-t-elle argumenté devant la commission. Et d'ajouter, rendant hommage aux initiatives de contrôle développés par des organes de presse tels que le  Décodex du quotidien Le Monde ou le Check News de Libération : «Il faut former les citoyens.»

«Nous ne pouvons pas laisser des entreprises faire de l'argent sur le dos des démocraties», a-t-elle martelé, faisant apparemment référence aux réseaux sociaux. Mais les géants du net ne sont pas les seuls dans le collimateur.

Sans désigner (comme  l'avait fait Emmanuel Macron en mai 2017) nommément les groupes médias publics russes RT et Sputnik, la ministre a ainsi également mentionné «les chaînes d'information pilotées par des Etats étrangers».

Loi anti-#FakeNews :
Françoise Nyssen dénonce «les chaînes d’information pilotées par des Etats étrangers» ... Et…

Se faisant plus claire, Françoise Nyssen a rappelé qu'Emmanuel Macron comptait évoquer le sujet  lors de son prochain voyage à Moscou, à l'occasion du Forum économique international de Saint-Pétersbourg qui aura lieu du 24 au 26 mai 2018. Pour désigner la Russie sans la nommer, Françoise Nyssen a pu compter sur l'aide du député de La République en marche (LREM) Pieyre-Alexandre Anglade. «La dissémination de fausses informations ne se fait pas au hasard [...] Elle répond souvent à une véritable stratégie politique, financée parfois par des Etats tiers à la frontière orientale de l'Union européenne, visant à diviser nos sociétés [et] à affaiblir le projet européen», a-t-il fait valoir devant la commission parlementaire ce même jour.

En vue des élections européennes de 2019, sur fond de crise et de contestation contre les élites dans des pays  comme l'Italie, l'exécutif voudrait-il contrôler l'offre d'information dont disposent les électeurs ? Reste à savoir comment le tri sera fait, et par qui.

 Lire aussi : Mai 2017 - mai 2018 : les relations difficiles d'Emmanuel Macron avec la presse

 francais.rt.com

 Ajouter un commentaire
newsnet 18/05/23 11:30

Comment la propagande gouvernementale va se faufiler entre ses propres lois ?
Comme d'habitude en ne les respectant pas.

L'information n'est pas l'information, c'est leur addition qui conforme la connaissance et la compréhension du monde, ce qui est une question de sanité.

Arrivée en bout de piste, la civilisation occidentale est confrontée à ses propres paradigmes
parmi lesquels celui d'une conception atomiste de la vérité.

La finesse populaire, si elle est insuffisante et s'il leur semble qu'il faut la mâter, ce ne peut être qu'à cause de la déficience de liberté de penser. Le rôle de l'état est de permettre la liberté, non de la brimer. Ensuite seulement par elle-même, elle s'affine en intelligence collective. Mais n'est-ce pas précisément cela qui est considéré comme un danger ?

newsnet 18/05/31 13:55

La baisse de capacité de discernement est précisément l'objectif inavouable de la propagande orchestrée par ceux-là-mêmes qui maintenant veulent s'en servir comme d'un argument pour consolider leur action qui consiste à dicter ce que les gens doivent penser.

Si on veut qu'ils pensent par eux-mêmes alors on leur donne les moyens de se tromper, et d'évoluer.


modules attachés ordre chronologique
24-05-2018 mondialisation.ca 20 min #141665

L'obsession des « fake news » comme prérogative des États

Depuis quelque temps, l'accusation de « complotisme » ayant envahi, par obligation logique, le discours permanent des médias complices de la caste au pouvoir, n'était plus tenable. Il devenait évident pour tous, que 95% des informations ne pouvaient pas avoir constamment tort face aux 5% des informations officielles qui continuent de frapper sur le même clou! Ainsi donc, en toute discrétion, les accusations faciles et permanentes de « complotisme » ont quasi disparu du monde médiatique officiel, sauf en France où on cultive l'infantilisation du peuple à haute dose, sachant l'esprit critique qu'il a développé au cours de son histoire.

06-06-2018 francais.rt.com 5 min #142187

Fake news : Reporters sans frontières propose un texte de loi alternatif

© BERTRAND GUAY Source: AFP

L'ONG Reporters sans frontières souhaite apporter des changements au projet de loi anti-fake news, notamment concernant l'extension des pouvoirs du CSA sur les médias «sous l'influence de l'étranger» ou encore la définition de fausse information.

Débattue le 7 juin à l'Assemblée, la très controversée loi sur la «manipulation de l'information» n'inquiète pas que le monde politique, où les critiques ont fusé autant à droite, avec la présidente du Rassemblement national  Marine Le Pen, qui juge le texte «liberticide», qu'à gauche, avec le leader des insoumis  Jean-Luc Mélenchon, qui y voit une «une grossière tentative de contrôle sur l'information».

07-06-2018 les-crises.fr 8 min #142201

Fake news : La grande peur... Par Richard Labévière

FAKE NEWS : LA GRANDE PEUR...

En juin 2017, après la rupture diplomatique de l'Arabie saoudite, d'autres pays du Golfe et de l'Egypte avec le Qatar - au motif d'une proclamation pro-iranienne de ce dernier -, l'émirat proteste, expliquant que c'est un faux fabriqué par un... pirate informatique ! Procédé dont les services américains ne tardent pas à attribuer la paternité au... Kremlin, accusé aussi d'avoir aussi tordu la dernière élection présidentielle américaine au profit de Donald Trump ! Une conclusion s'impose aussitôt : les Russes peuvent déstabiliser les élections partout dans le monde et quand ils le veulent.

08-06-2018 les-crises.fr 3 min #142235

« Les apprentis sorciers de la lutte contre les fake news ». Par Philippe Lemoine

Source :  Le Figaro, Philippe Lemoine, 05/06/2018

FIGAROVOX/TRIBUNE - Pour Philippe Lemoine, l'actuel projet de loi sur les fake news propose une définition aux contours flous, et très subjectifs, des fausses informations. Il juge qu'une telle loi conduira immanquablement à des dérives liberticides.

08-06-2018 francais.rt.com 2 min #142239

L'avocate Delphine Meillet juge la loi anti-fake news «inutile»

© @RT France

Réagissant pour RT France sur le projet de loi contre les fausses informations, l'avocate Delphine Meillet estime que ce projet est «inutile» puisque la France dispose, déjà, de tout «un arsenal juridique pour lutter contre ce genre de situation».

 Interviewée le 7 juin par RT France, Delphine Meillet, avocate au barreau de Paris, est critique sur le  projet de loi discuté à l'Assemblée nationale sur la lutte contre les fake news : «C'est une loi inutile parce qu'elle donne un sentiment de confusion, elle n'apporte rien.

08-06-2018 2 articles arretsurinfo.ch 6 min #142243

Anastasie au pays des Lumières

La loi sur les fausses informations portée par le gouvernement Philippe va loin. Entre la suppression du dialogue et le règne du subjectivisme généralisé, l'essayiste Jean Bricmont estime qu'une telle mesure mènera à un «totalitarisme de la naïveté».

Par Jean Bricmont

Publié le 7 juin 2018 sur  Russia Today

Le gouvernement a décidé d'introduire une nouvelle loi pour combattre la diffusion de fausses informations («fake news» en franglais).

10-06-2018 mondialisation.ca 5 min #142291

Loi sur les «fake news»: du monopole de la vérité au règne du mensonge

Cette histoire commence comme un conte de fées. Dans notre merveilleuse démocratie, tout allait pour le mieux. La presse était libre, le citoyen informé et le pouvoir impartial. Mais c'était trop beau. Imprudente, la démocratie n'a pas senti venir l'ennemi. Tapi dans l'ombre, il était prêt à fondre sur sa proie. Qui ? Le Russe, bien sûr. Il a fallu que ce barbare vienne gâcher la fête en propageant ses odieux mensonges.

@dav 10-06-2018 71 min #142316

L'orwelianisme et le martèlement de l'anti-fake-news

Illustration : La meuf elle trouve sa place et donc ça y est, elle est contente

La situation est bien plus grave que ce que chacun n'ose craindre.

La genèse de la loi sur les Fake News est de la même pâte que bien d'autres. L'antique stratégie de guerre consiste à déstabiliser un pays pour s'y présenter comme un sauveur. La moderne stratégie de globalisation consiste à affaiblir les états afin d'en privatiser les services publics.

11-06-2018 medium.com 7 min #142351

La France, une dictature en marche

Une lettre ouverte à Georges Bernanos

Cher et vénéré Maître Georges,

I

Vous étiez au Brésil quand votre pays, la France, a été occupé par les nazis. C'est de là-bas que vous avez pris votre part à la Résistance, par l'arme privilégiée de l'homme de lettres, sa plume  qui chez vous, comme chez toutes les grandes âmes, écrit non avec de l'encre, mais avec votre propre sang. Vous avez dénoncé la lâcheté, la décrépitude et les compromissions des castes gouvernantes de votre pays, ne vous résignant pas à voir la patrie des libertés devenir une sociologie de servitudes.

20-06-2018 legrandsoir.info 6 min #142720

Loi sur les « fake news » ou haro sur la liberté de la presse !

JRCF

La proposition de loi relative à la manipulation de l'information en période électorale, communément appelée loi « anti fake-news », provoque de nombreuses interrogations et inquiétudes, voire même un certain tumulte, au sein de l'Assemblée nationale et du monde journalistique. Le gouvernement justifie ce projet par la lutte contre la propagation, de plus en plus courante et médiatisée, de fausses nouvelles sensées induire le public en erreur.

20-06-2018 francais.rt.com 6 min #142729

Les Français trop bêtes pour comprendre ?

© Christophe Archambault Source: AFP

Pour justifier la lutte contre les fake news, l'exécutif a fait référence à la notion de discernement des citoyens. Rebondissant sur notre traitement de ce sujet, certains médias se sont empressés de nous attribuer - à tort - des propos imaginaires.

Les Français, «trop bêtes pour comprendre» les informations qui leur parviennent ? Cette affirmation, résolument méprisante, a effectivement été relayée sur la toile ces derniers jours.

21-06-2018 arretsurinfo.ch 5 min #142765

Facebook, « fake news » et Décodex : le rapport Reuters décrypté [Vidéo]

Paru le 20/06/2018 sur  Breizh-info

Facebook sera-t-il bientôt remisé au placard des réseaux sociaux ? Quelle confiance accordée aux médias par les utilisateurs ? Décryptage d'un rapport évoquant par ailleurs la question des « fake news ».

Facebook en baisse

À l'origine de cette information, il y a une étude réalisée par l'institut Reuters auprès de quelques 74 000 individus issus de 37 pays différents.

22-06-2018 les-crises.fr 8 min #142781

Adhérer à la guerre de Macron contre les « fausses nouvelles » pourrait tuer la liberté d'expression. Par Jonathan Turley

Source :  The Hill, Jonathan Turley, 26-04-2018

GETTY IMAGES

Le président français Emmanuel Macron a gagné le cœur de nombreux Américains, depuis la plantation d'un arbre à la Maison Blanche jusqu'à son discours enthousiaste devant une session conjointe du Congrès hier.

30-06-2018 entelekheia.fr 16 min #143081

Les « Fake News » sont-elles avant tout une question de culture ?

Attention, l'étude de Pew Research dont il sera question ici est à prendre comme l'indication d'une tendance plutôt que comme des données statistiques fiables. Comme on le verra, elle porte sur la capacité des personnes sondées à distinguer un fait d'une opinion. Malheureusement, elle souffre de biais méthodologiques graves :

1) parce qu'elle n'offre que deux possibilités de réponse aux affirmations qu'elle propose aux personnes sondées : « fait » ou « opinion ».

03-07-2018 entelekheia.fr 8 min #143224

Le phénomène des « fake news » est-il lui-même « fake » ?

Qu'est-ce qu'une « fake news » ? En anglais, « fausse nouvelle » se dirait « false news » ; le mot « fake » signifie non pas faux, mais contrefaçon, imitation, imposture. Au sens propre, une fake news serait donc une imitation de nouvelle, quelque chose qui se présente comme une info, qui ressemble à une info mais n'en est pas une.

03-07-2018 francais.rt.com 10 min #143230

Loi anti-fake news à l'Assemblée : le gouvernement déterminé, face à des inquiétudes grandissantes

© GERARD JULIEN / AFP

Risque de censure, définition de la fake news, pouvoir accru du CSA : les points de discorde sont nombreux autour du projet de loi «contre la manipulation de l'information», qui revient à l'Assemblée nationale, après des débats mouvementés en juin.

Où en est le projet de loi ?

De nouveaux débats animés sont à prévoir ce 3 juillet à l'Assemblée nationale, où les deux propositions de loi, très polémiques ( l'une ordinaire et l'autre organique) visant à lutter contre «la manipulation de l'information» en période électorale feront l'objet de nouvelles discussions.

04-07-2018 les-crises.fr 5 min #143254

Loi sur la manipulation, par François-Bernard Huyghe

Source : François-Bernard Huyghe, 22-06-2018

La Loi sur une réglementation des FAKE NEWS est en discussion au Parlement. Premier et seul ouvrage en France sur le sujet, "FAKE NEWS, la grande peur" de François-Bernard Huyghe vient de sortir chez VA Editions. Son auteur se livre ici à quelques réflexions sur l'origine, la définition et les conséquences d'un tel phénomène.

04-07-2018 francais.rt.com 6 min #143257

Fausses informations : l'Assemblée adopte deux propositions de loi très critiquées par l'opposition

© Thomas SAMSON Source: AFP

«Totalitarisme glamour» : à droite comme à gauche, l'opposition a vertement critiqué les propositions de lois votées le 3 juillet par la majorité contre la «manipulation de l'information» en période électorale.

C'est dans la discrétion d'une nuit d'été, le 3 juillet, que l'Assemblée nationale a voté deux propositions de loi  controversées contre la «manipulation de l'information» en période électorale.

04-07-2018 francais.rt.com 6 min #143276

Le Parlement planche sur un Csa aux pouvoirs élargis : celui-ci approuve la loi anti-fake news

© Philippe Wojazer Source: AFP

Dans le cadre de la loi anti-fake news, les sénateurs ont entendu le président du CSA, Olivier Schrameck. Satisfait de voir l'autorité administrative dotée de prérogatives plus larges, il ne trouve rien à redire au projet de loi pourtant controversé.

Dans une relative discrétion,  dans la nuit du 3 au 4 juillet, l'Assemblée nationale a voté deux propositions de loi  controversées contre la «manipulation de l'information» en période électorale.

 Référencé par :