Esclavage : des millions de personnes toujours victimes d'exploitation sexuelle et de travail forcé

17-05-2018 bastamag.net 5 min #141386

Le 10 mai, la France commémorait la « Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions ». La France et l'Europe en ont-elles vraiment terminé avec l'esclavage ? Le 19 février dernier, le tribunal correctionnel de Nanterre a condamné à 18 mois de prison avec sursis et 60 000 euros de dommages et intérêts une femme qui avait maintenu en esclavage domestique pendant cinq ans une jeune fille arrivée en France à l'âge de 13 ans. La victime avait déposé plainte en octobre 2006. Il a fallu plus de 11 ans pour obtenir un jugement, pour « soumission d'un mineur à des conditions de travail et d'hébergement indignes, travail dissimulé et aide au séjour irrégulier », précise le Comité contre l'esclavage moderne, qui a accompagné l'esclave libérée.

Le Tribunal de grande instance de Paris a aussi reconnu, en février, la qualification de « traite d'être humains » à l'encontre du patron de 18 coiffeuses et manucures d'un salon de beauté du 10ème arrondissement parisien. Ces femmes étaient soumises à des conditions de travail indignes et d'exploitation extrême pendant des années (voir  notre article). Ce type de jugements pour des faits assimilés à la traite d'êtres humains reste extrêmement rares en France. L'esclavage moderne est pourtant loin d'être un phénomène marginal.

Le travail forcé, un phénomène en expansion en Europe

En 2016, plus de 40 millions de personnes, dont 10 millions d'enfants, étaient toujours victimes d'esclavage moderne, selon l'Organisation internationale du travail. Parmi elles 15,4 millions étaient victimes de mariage forcé et 24,9 millions de travail forcé, dont 4,8 millions exploitées sexuellement. La quasi-totalité des victimes d'exploitation dans l'Industrie du sexe et plus de la moitié des victimes de travail forcé dans les autres secteurs sont des femmes. « Dans nombre de pays, le trafic pour exploitation sexuelle est la forme prédominante du trafic d'êtres humains. Dans le même temps, le trafic dans le but d'exploitation par le travail est en augmentation, et était en 2017 la forme prédominante d'exploitation en Belgique, à Chypre, en Géorgie, au Portugal, en Serbie, au Royaume Uni », soulignait début avril le  rapport annuel du Groupe d'experts du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains. « Les hommes sont exploités principalement dans l'agriculture, la construction, le secteur hôtelier, le nettoyage, l'industrie. Le trafic dans le but d'exploitation domestique concerne plus fréquemment les femmes et il est plus difficile à détecter puisqu'il prend place dans le cadre privé », indique aussi le rapport.

En Grande Bretagne, une  estimation du gouvernement dénombrait entre 10 000 et 13 000 personnes qui y seraient victimes de travail forcé, en 2013. Un numéro d'aide aux victimes d'esclavage moderne mis en place au Royaume Uni a reçu l'an dernier plus de 3700 appels et plus de 700 signalements par Internet de victimes potentielles [1]. De ces prises de contacts, l'association qui gère ce numéro d'urgence a signalé plus de 1400 cas aux autorités britanniques. Une grande partie des victimes potentielles venaient de Roumanie, de Pologne et de Thaïlande.

La Grande Bretagne a adopté en 2015 un Modern Slavery Act, une loi de lutte contre l'esclavage moderne, dont le travail forcé. En Allemagne, le code pénal a également été modifié en 2016 pour mieux lutter contre le travail forcé. Même chose en Italie, où une loi est entrée en vigueur fin 2016 pour durcir les sanctions contre l'exploitation extrême des travailleurs agricoles. En France, la loi a été amendée en 2013 pour mieux punir la traite des être humains à visée d'exploitation par le travail. Ces ajustements juridiques suffiront-ils à enfin bannir totalement l'esclavage du continent européen ?

Photo : Mémorial de l'abolition de l'esclavage à Nantes / CC Krzysttof Wodiczko

Sur la question de l'esclavage moderne, lire aussi :
 Travail forcé et esclavage moderne sont de retour en Europe
 Le Brésil ré-autorise en partie le travail forcé
 Coupe du monde : Bouygues et Vinci s'installent au Qatar, un pays qui recourt massivement au travail forcé
 Bernard Thibault : « La réforme du code du travail aura une portée bien au-delà de nos frontières »

Notes

[1] Voir  ici.

 bastamag.net

 Ajouter un commentaire