Balles tragiques à Gaza.

15-05-2018 legrandsoir.info 6 min #141312

Jacques-Marie BOURGET

Le problème des larmes, comme encre pour écrire, c'est qu'elles ne laissent pas de trace. Alors il ne faut pas seulement pleurer mais tenter d'emboiter des mots pour tenter de décrire l'indicible.

Fût un temps où les chinois, quand ils exécutaient un condamné à mort -c'est-à-dire souvent-, demandaient à la famille de payer le prix de la balle, celle du peloton. En regard, je pense que les Palestiniens restent des privilégiés : Israël n'envoient pas de facture aux parents de ceux qu'elle massacre. La preuve que ce pays est vraiment une grande démocratie.

Pour avoir reçu, le 21 octobre 2000 à Ramallah, une balle de M16 produite par IMI (Israël Military Industry) dans le poumon gauche, je peux témoigner qu'il ne faut pas en faire une montagne. Et que ces gazaouis qui se font assassiner sont vraiment des pleurnichards. Quoi de plus noble que d'être touché (comme par la grâce) par un de ces divins projectiles qui sont comme une onction ? Si vous en êtes atteint c'est, forcément, que vous étiez en faute, pas dans le droit chemin mais dans la traverse de l'histoire. Une balle religieuse c'est comme une goutte d'eau bénite, ça fait du bien où ça coule et ça ne peut pas se tromper. Et c'est réconfortant de mourir en sachant qu'on est justement châtié. Survivant, on vous reprochera votre résurrection.

Pour être objectif, comme mes confrères journalistes qui couvrent en ces heures si complètement et humainement l'affaire du safari humain de Gaza, je dois dire que la réception d'un balle de M16, dans le buffet, est assez surprenante, sidérante. Le calibre 5,56 à 975 kilomètres heure, c'est bousculant. D'ailleurs on tombe. Après c'est le bonneteau. Ou vous restez en vie (où ce qu'il en reste), ou vous êtes mort. Voyez que j'avais raison d'affirmer que ce n'est pas si grave.

Voilà ma contribution pour rassurer les bonnes consciences, les pétitionnaires que l'on n'entend pas aujourd'hui. Qu'elle dorme tranquille la clique des Bruckner et des Val, un bon palestinien est un palestinien mort. C'est fou ce que certains entendent faire comme bruit autour d'un fait divers moyen-oriental, même s'il se passe au printemps !

Les Palestiniens se souviennent un peu plus aujourd'hui, que le reste de leur temps perdu, de la Nakba, le « cauchemar », la « catastrophe ». Qui marque, au printemps 48, l'exil pour 800 000 d'entre eux. Pendant longtemps les menteurs de guerre ont tenté de nous faire avaler que cette fuite répondait à un appel du grand mufti de Jérusalem disant, en gros : « quittez le pays pour mieux revenir en conquérants ». C'est une baliverne. Les Palestiniens ont été chassés par les armes, par la violence, le crime et la torture, chassés par les milices embryon de la future « Tsahal ». On nous parle, parfois de deir Yassin, « l'Oradour sur Glane de Palestine », comme « le » souvenir du massacre (une centaine de villageois exécutés). Mais cette tuerie cache d'autres deir Yassin, aujourd'hui connus grâce au travail des « nouveaux historiens » israéliens. Le photographe français Bruno Fert, dans son livre « Les Absents », glaçant comme l'iceberg du Titanic, nous montre les quelques pierres et vestiges qui restent de ces villages détruit en 1948. Effacés de l'histoire.

En septembre 1982 j'ai vu le massacre de Sabra et Chatila à Beyrouth. Nain face à l'immensité de cette horreur pilotée par Israël, j'ai attendu 30 années avant de pouvoir apporter un témoignage. Les crimes son tels que l'on refuse d'en faire des mots. En décembre de cette année de deuil, l'Assemblée générale de l'ONU a qualifié cette éradication « d'acte de génocide », acte imprescriptible. Mais jamais instruit ni puni. Les massacres sont la litanie de l'histoire des palestiniens, les stations de leur calvaire.

Jadis cette barbarie récurrente mobilisait les cœurs purs, des hommes et des femmes descendaient en masse dans les rues de la planète pour hurler. Puis le 11 septembre, l'attentat contre les tours de New York a été l'occasion du coup de sifflet final. Les Palestiniens ne sont plus des combattants luttant pour leur terre, mais des terroristes. Faux dans sa réalité, le slogan qui a fait des enfants d'Arafat des clones de Ben Laden et Daech a été efficace. Mieux, avec la montée en force du Hamas (groupe dont la création a été aidée par Israël), avec ses femmes voilées et ses barbes, son allégeance aux Frères Musulmans, les palestiniens ont cessé d'être perçus comme des combattants nationalistes. Ils sont devenus des pèlerins de la Oumma. Ils ont quitté le champ de l'indignation pour foncer dans les querelles d'églises, le Qatar étant la nouvelle Mecque des chefs du Hamas. Ai-je dit qu'il était juste et bon de bombarder, massacrer, d'affamer Gaza ? Non, mille fois. Je tente seulement d'expliquer que dans un monde d'images, la cause palestinienne en passant des icônes de Leila Khaled et d'Arafat au polaroïd de Khaled Meechal a perdu la guerre de l'émotion.

Cette banalité des morts palestiniens, voulues par l'opinion publique israélienne, se traduit dans les lignes, commentaires et titres de notre presse française, propriété de milliardaires. Sur BFM-TV, Ulysse Gosset, clown à tête de Lucifer, est très en colère que les morts de Gaza « soient venus gâcher la fête de Jérusalem, l'ouverture d'une ambassade des USA qui, une fois de plus, enterrait le droit international. Les cathos bretons d'Ouest France, eux, voient ces crimes se situer « en marge » de la pathétique pitrerie de l'ambassade. Ah les crimes de marge. Marge ou crève ! Pour les autres savants de presse les mots pour le dire sont prêts : « c'est la faute du Hamas ».

Thème ancien puisqu'en 2000, juste avant de croiser cette balle de M16 tombée du ciel, j'avais longuement enquêté sur les ressorts de la « seconde Intifada ». On accusait Arafat ou Abou Jihad de tirer les ficelles rouges de la révolte en envoyant la jeunesse au casse-pipe. Et c'était faux. D'abord nul n'oblige un soldat, même israélien, à tirer sur des êtres désarmés ou équipés de frondes. Ensuite j'ai vu les mères, elles aussi chargées de cailloux, qu'elles lançaient à leurs enfants pour les faire rentrer de force à la maison. Dire que la mort d'un « martyr » est, pour ceux qui restent, un épisode de bonheur est une ignominie badigeonnée de racisme. Jusqu'à ce que soit publiée une étude conduite de concert par Trump et Netanyahou, du Darwin à rebours, les Palestiniens sont des êtres vivants. La preuve, ils saignent.

Jacques-Marie BOURGET

 legrandsoir.info

 Ajouter un commentaire