Le 'faiseur de rois' est de retour - Muqtada Al-Sadr remporte les élections en Irak

15-05-2018 4 articles arretsurinfo.ch 7 min #141286

Par  Moon of Alabama

Publié le 14 mai 2018 sous le titre The 'Kingmaker' Is Back - Muqtada Al-Sadr Wins The Election In Iraq

Samedi, le peuple irakien a élu un nouveau parlement.

La victoire de la coalition Al-Sairoon* du chef religieux chiite Muqtada al-Sadr et du Parti communiste irakien a surpris tout le monde. D'après les  résultats préliminaires, elle a obtenu 54 sièges au Parlement. Il y a 320 sièges au Parlement irakien et il faut former des coalitions multipartites complexes pour obtenir la majorité nécessaire pour élire un nouveau premier ministre.

L'alliance du Fatah dirigée par Hadi al-Amiri est arrivée en deuxième position avec 47 sièges. La coalition Nasr de l'actuel premier ministre Haider al-Abadi est troisième avec 42 sièges. Le parti de l'ancien premier ministre Maliki est à la traîne avec 25 sièges.

Deux, trois ou quatre des plus grands blocs devront trouver un accord de coalition qui intégrera également des douzaines de petits partis qui ont chacun deux ou trois sièges au Parlement.

Pour les étrangers, la politique irakienne peut paraître quelque peu étrange. La candidate du Parti communiste dans la ville sainte chiite de Najaf, Suhad al-Khateeb, porte un Hijab. Elle est une descendante de la famille Marjaiyya** Saleem Adel. Le Parti communiste est allié à la populiste Moqtada al-Sadr. Elle a été élue au Parlement.

 Muntaza Al Zaidi (vidéo), le journaliste irakien qui, en 2008, a  lancé ses chaussures sur George W. Bush (vidéo) a également été élu.

Il s'agissait de la première élection après la victoire contre L'EI en Irak. On craignait que les cellules souterraines de l'EI n'interrompent l'élection en attaquant les candidats ou les bureaux de vote, mais rien de grave ne s'est produit.

La participation a été catastrophique, seuls 44,5 % des inscrits ont voté. Les dernières élections ont eu des taux de participation supérieurs à 60 %. L'une des raisons pourrait être le côté générique et superficiel des campagnes électorales des partis de l'establishment. Il n'y a pas eu de débat sur les problèmes de fond et leurs solutions politiques. Heureusement, le sectarisme n'a joué qu'un petit rôle, et des candidats chiites ont remporté de nombreux votes sunnites et vice versa.

Les faibles taux de participation ont favorisé les partis et les personnalités ayant une forte audience directe. Ces partis devront maintenant conclure de nouveaux accords de coalition. Il est fort possible que le premier ministre Abadi, dont le parti a perdu beaucoup de sièges, reste dans son bureau et dirige un nouveau gouvernement de coalition au sein duquel il aura moins d'influence. C'est Muqtada al-Sadr qui en décidera.

Muqtada al-Sadr après avoir voté samedi

Muqtada al-Sadr, quarante-quatre ans, est le fils d'un grand ayatollah assassiné sous Saddam Hussein. Les pauvres de Bagdad forment la base politique traditionnelle des al-Sadres. Madinat al-Sadr, une ville de la banlieue de Bagdad, porte le nom de son père. Muqtada et ses partisans de l'armée du Mahdi ont combattu férocement les occupants américains ainsi que les gangs sunnites sectaires. En 2006, les États-Unis ont  voulu le tuer et al-Sadr s'est enfui en Iran. Les médias américains l'ont  qualifié d' »anti-américain », mais Sadr est simplement un nationaliste irakien. Il s'est installé à Qom pour étudier la théologie et tenter de s'élever dans la hiérarchie religieuse. Mais il ne brillait pas au plan académique et ses études n'ont servi à rien. Le gouvernement et les religieux iraniens ne l'aiment pas et le considèrent comme un instable et un ingrat.

Pendant l'occupation de l'Irak par les États-Unis, nous avons  beaucoup parlé de Muqtada. Les commentateurs de Moon of Alabama l'ont  surnommé Mookie.

Au cours des dix dernières années, Muqtada a  adopté la position non sectaire traditionnellement associée à son père. Il a critiqué la corruption de la classe politique, mais en restant le plus souvent en dehors de l'arène. Muqtada s'est récemment associé aux communistes irakiens et à des candidats laïques. Sa coalition a fait campagne contre l'establishment. Son regain d'importance pourrait aider à éradiquer le clientélisme et la corruption qui paralysent depuis longtemps la politique irakienne.

Muqtada a de bons contacts avec les Saoudiens. Il a  rencontré le Prince clown Mohamad bin-Salman en juillet 2017 dans une salle de conférence de l'aéroport. Sans l'or et les paillettes qui accompagnent normalement la royauté saoudienne. On se demande quel camp a proposé ce modeste lieu de rendez-vous.

Les Saoudiens vont probablement se rendre compte, comme tout le monde avant eux, que Muqtada est incontrôlable. Après ces élections,  ni les Saoudiens, ni l'Iran, ni les États-Unis n'auront beaucoup d'influence politique en Irak. Bien que l'Iran ait des liens économiques et religieux forts avec l'Irak, son ingérence politique est très mal vue. Les États-Unis sont considérés comme des manipulateurs. Tout le monde croit qu'ils ont créé l'EI et Al-Qaeda et la plupart des Irakiens veulent que toutes les troupes américaines partent.

L'Irak a beaucoup de sérieux problèmes. L'économie est en mauvais état. Du fait que les Turcs construisent de plus en plus de barrages en amont, l'eau se fait rare en Irak. Les Kurdes ne sont pas loyaux envers l'État irakien. Ils veulent se venger de ce que Bagdad leur a repris Kirkuk. L'État islamique va essayer de se réimplanter. Les menaces et les machinations américaines contre l'Iran compliqueront la politique étrangère irakienne.

Après les horreurs que le peuple irakien a connues au cours des deux dernières décennies et demie, il mérite vraiment la paix et un gouvernement qui se soucie de ses besoins. La position forte de Muqtada al-Sadr aidera à former un gouvernement moins corrompu et plus technocratique qui s'attaquera vraiment aux problèmes.

Le prochain gouvernement irakien tentera de tenir l'Irak à l'écart du conflit entre les États-Unis et l'Iran. Il n'y arrivera sans doute pas.

 Moon of Alabama

* Al-Sairoon., une coalition inter-sectaire fonctionnant sur une plate-forme anti-corruption

** La marjaiyya désigne la plus haute autorité religieuse dans le chiisme duodécimain. Le terme est forgé à partir de la notion de marja al-taqlid («?source d'imitation?»), en référence à un dignitaire dont l'érudition, communément reconnue, l'autorise à émettre des avis suivis par les fidèles.

 Original: The 'Kingmaker' Is Back - Muqtada Al-Sadr Wins The Election In Iraq

Traduction : Dominique Muselet

URL:  arretsurinfo.ch

 arretsurinfo.ch

 Ajouter un commentaire

modules attachés ordre chronologique
16-05-2018 entelekheia.fr 8 min #141318

Irak, la renaissance ? victoire électorale de Muqtada Al-Sadr

Pendant que les idéologues marxistes français, en je-sais-tout athées irréductibles et bouffeurs de curés bon chic bon teint, glosent à l'envi sur les soi-disant « différences irréductibles entre religion et communisme », en Irak, les musulmans chiites, forts de leur haine de la corruption, s'allient  comme en Iran avec la gauche populiste sociale (et non « sociétale »).

17-05-2018 mondialisation.ca 6 min #141371

Irak: des résultats électoraux qui annoncent un regain de conflits politiques et sociaux

L'élection irakienne de samedi dernier a été marquée par une désaffection massive, une mauvaise organisation officielle et des allégations de truquage pur et simple. Aucun groupe de partis n'a obtenu le soutien nécessaire pour former le gouvernement dans le parlement qui compte 329 sièges

À l'échelle nationale, seulement 44,52 pour cent des électeurs admissibles ont voté, contre 60 pour cent aux élections précédentes.

27-05-2018 entelekheia.fr 5 min #141788

Les électeurs irakiens contrecarrent la stratégie iranienne de Trump

Par M.K. Bhadrakumar
Paru sur  Asia Times sous le titre Iraqi voters undermine Trump's Iran strategy

Moqtadar al-Sadr et Hadi al-Amiri, deux anti-américains, ont fini premier et deuxième des élections tenues le jour où Trump a abandonné l'accord iranien sur le nucléaire.

Par un hasard ironique, le 12 mai, la date-butoir pour la décision du président américain Donald Trump au sujet de l'accord sur le nucléaire iranien, était également le jour des élections parlementaires en Irak.