Révolution Bolivarienne et lutte paysanne : les défis actuels

14-05-2018 investigaction.net 18 min #141252

14 Mai 2018

Article de :  Alba TV

Le 9 avril dernier, le Président Nicolas Maduro a pris fermement  position contre la criminalisation de la lutte paysanne et la vague d'expulsions dénoncées par les organisations de ce secteur. Il a ordonné de créer une commission spéciale au sein de l'Assemblée Nationale Constituante, afin d'enquêter sur les faits les plus récents et d'identifier les responsables ainsi que leurs complices à l'intérieur des institutions. Dans son discours, le Président a affirmé avec force « Cette Révolution n'est pas complice des propriétaires terriens! C'est la Révolution des paysans et des paysannes, de la Justice ». Le 28 avril Maduro  a renforcé les aides économiques au secteur paysan et communard.

Pour ceux qui sont directement concernés, la question est de savoir qui est derrière la recrudescence actuelle du harcèlement contre le secteur paysan. Quelles devraient être les actions à entreprendre suite à la récente déclaration de Nicolas Maduro? Comment le soutien apporté par la Révolution aux organisations paysannes pourrait-il se concrétiser ?

Nicolas Maduro avec Angel Prado, un des leaders de la commune paysanne El Maizal, le 28 avril 2018.

Les luttes paysannes, point cardinal de la Révolution

Depuis ses débuts, la Révolution Bolivarienne a fait sienne la lutte historique de la paysannerie pour la démocratisation des terres, des intrants et des ressources nécessaires à la production agricole. C'est écrit de façon explicite dans la Constitution de la République Bolivarienne du Venezuela de 1999, et dans la Loi sur les Terres et le Développement Agricole, l'une des 49 lois approuvées par voie d'habilitation par le Président Hugo Chavez en 2001, afin d'inscrire les principes constitutionnels les plus urgents dans un cadre juridique et d'application concrète.

Selon un recensement réalisé en 1998, sur les presque 30 millions d'hectares de terres cultivables dénombrées, 24 millions environ (c'est-à-dire 60%) sont regroupées dans des latifundios dont les propriétaires ne représentent que 1% de la population. L'agriculture paysanne familiale et de petite et moyenne production constituent 75% des exploitations agricoles mais ne couvre qu'à peine 6% des terres cultivables.

La lutte contre le latifundium a immédiatement suscité de violentes réactions (1) de la part de l'oligarchie, selon laquelle elle serait « contraire à l'intérêt social ». Les puissants intérêts économiques de cette caste, liés à la concentration de la propriété des terres -plutôt qu'à la production agricole vu son rendement limité- sont à l'origine de la violence et de la persécution envers les communautés paysannes protagonistes de la récupération des terres non cultivées au bénéfice de la souveraineté et de la sécurité alimentaire du pays. Tout au long de ces années de Révolution, il y a eu environ 300 assassinats de paysans commis par des sicaires, dont la plupart au cours des premières années d'application de la loi. Aujourd'hui, plus de 16 ans après, nous assistons à une recrudescence des attaques contre les paysans organisés. Menaces, expulsions violentes, judicialisation et criminalisation de la lutte paysanne se répètent et se poursuivent selon un même scénario dans différents Etats du pays. La gravité de la situation a requis l'intervention du Président Maduro.

Pour mettre en évidence les différents facteurs en jeu, nous avons recueilli depuis Albar TV, l'analyse et les apports de la Plateforme de la Lutte Paysanne, qui intègre différentes commissions et coopératives paysannes et des petits producteurs de divers Etats du pays (2).

1) Adopter une politique agricole pertinente et cohérente

A l'origine de la criminalisation de la lutte paysanne, il y a de puissants intérêts liés à la concentration de la propriété foncière. Pour s'imposer, ils agissent à différents niveaux et ils tirent actuellement profit d'une matrice d'opinion qui désigne le secteur paysan comme responsable des difficultés économiques que connaît le pays. Cette matrice d'opinion prend pied jusque dans les institutions d'état.

Bien que dans la conjoncture économique actuelle, 70% des aliments consommés par les foyers vénézuéliens proviennent de l'agriculture paysanne familiale, on met la crise que nous traversons sur le dos des paysans et ce parti pris se renforce, parce qu'au sein même des différentes institutions on ne croit pas au modèle de production paysan. Ils se justifient en disant que l'Etat a donné des terres et accordé des crédits mais que le paysan « n'a jamais su produire », nous explique-t-on à la Plateforme.

« Ce qu'il faut reconnaître, c'est qu'en réalité l'Etat n'a pas mené de politiques judicieuses qui auraient pu contribuer au développement agricole. Car c'est un mensonge que d'affirmer que la plupart des terres sont aux mains des paysans : la plus grande partie d'entre elles, de même que la majeure partie des équipements et du capital disponible pendant la Révolution ont été aux mains de l'Etat, d'entreprises d'Etat qui appartenaient auparavant à la Corporation Vénézuélienne d'Aliments (CVAL) et qui se retrouvent aujourd'hui en partie dans la Corporation du Développement Agricole (DelAgro) et de l'entreprise agricole des Forces Armées Nationales Bolivariennes (AgroFANB) ».

Même si les grands projets de l'Etat issus de la Révolution ont eu des résultats remarquables dans le domaine de la production, la guerre économique de ces dernières années ont compromis ces efforts et montré leur fragilité, que ce soit par le fait d'être devenus l'objet de la contrebande et du détournement de denrées alimentaire, ou par les difficultés liées à l'entretien des machines et à la préservation technologique, ou encore par des erreurs de gestion, entre autres facteurs.

Le discours qui attribue la responsabilité de la crise à l'agriculture paysanne à des répercussions très graves : « car une telle logique amène à dire que les entrepreneurs, eux, savent produire, et par grandes quantités », et c'est pourquoi il faudrait établir des accords à cette fin. Mais il s'agit là d'une logique perverse, qui mène à la restauration du latifundium sous un discours prétendant que des entreprises privées pourraient s'allier à l'Etat pour « faire produire la campagne ». Ce qui signifierait déloger le petit producteur, le paysan, comme on le constate avec les tentatives d'expulsion actuelles et serait une trahison au legs paysan laissé par Chavez, à tout ce qui a été réalisé et à tous les morts qui sont tombés au cours de ces années. Nous nous trouvons donc face à un grand danger, celui d'une politique restauratrice ».

Les pratiques de monoculture intensive propres aux grandes entreprises de l'agrobusiness sont illégales au Venezuela. C'est ce qu'établit la Loi Organique de Sécurité et de Souveraineté Alimentaire (2008) qui, tout au contraire, reconnait l'importance qu'a pour le pays le développement d'une agriculture durable. Dont les bases sont : l'agricuture paysanne, familiale et des petits producteurs, comme l'a défini l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (sigle anglais FAO), qui met en évidence l'importance cruciale de la petite production du fait qu'elle répond au triple défi de produire plus d'aliments, de créer plus d'emplois et de conserver les ressources naturelles.

A l'inverse, la mal nommée « révolution verte » de l'agrobusiness n'a non seulement pas atteint son objectif affiché (réduire la faim dans le monde), mais a démontré qu'elle avait des impacts négatifs considérables en épuisant la terre, en instaurant une dépendance au monopole des grandes corporations mondiales sur les instrants et en provoquant le déplacement de la population paysanne et son appauvrissement culturel.

« La production paysanne et la production familiale fournit 80 à 90% des aliments des pays d'Amérique du Sud. Ce que produisent les grandes surfaces de l'agro-industrie aux mains du capital étranger ou national ne sont que des « commodities ». Nous avons là deux points de vue antagonistes » prévient la Plateforme.

2) Garantir la sécurité juridique des récupérations

Selon des informations présentées par le Président Maduro, les terres reprises au latifundium ont atteint 6 millions d'hectares. Cependant, « il y a environ 6 000 cas de récupération pour lesquels la procédure juridique a commencé mais n'a jamais été achevée, « selon les indications de la Plateforme de la Lutte Paysanne.

Par exemple, dans le cas de la commune El Maïzal, dans l'Etat de Lara, « une récupération a eu lieu en 2008 (avec le Président Hugo Chavez en personne). Ce fut une opération spectaculaire, en présence même du propriétaire. Mais cette récupération n'a jamais été finalisée par l'INTi devant les tribunaux. Le résultat a été qu'en 2013 le TSJ a ordonné de rendre ces terres à l'ancien propriétaire. Comme à ce moment-là avait lieu une rencontre extraordinaire des Communes, il y a eu toute une protestation au niveau national et le Président Nicolas Maduro a pris les devants et a annulé cette décision ».

Des milliers de cas de récupération ont été engagés sans jamais aboutir ou être clos juridiquement, d'où leur précarité. N'étant pas fondés sur des actes juridiques définitifs, une décision du pouvoir judiciaire peut à tout moment les annuler. La responsabilité retombe, dans ces cas-là, sur l'INTi, qui effectue toutes les démarches légales concernant les récupérations. Nombre de récupérations font l'objet de plaintes de la part des prétendus propriétaires, mais l'INTi n'a jamais donné suite aux convocations des tribunaux. Il y a un risque de de perdre ainsi jusqu'à 90% des récupérations », affirment-ils.

Tout cela se traduit par une absence de sécurité juridique, y compris pour le secteur paysan qui a reçu son outillage agricole. « Un processus de récupération dure au minimum de six mois à un an. Mais dans les faits, il peut prendre plus de cinq voire dix ans. Si cela est dû en bonne partie à l'inertie bureaucratique, il faut savoir aussi que des avocats de l'INTi perçoivent des pots de vin en contrepartie de leur inaction et que de cette façon, les délais légaux sont dépassés et on aboutit à une péremption administrative. Bien entendu, à l'expiration de la procédure, tout document fourni est invalidé, que ce soit une carte foncière ou une adjudication ».

En effet, au Sud du Lac nous avons un cas de 300 hectares récupérés dans lequel le tribunal des affaires agricoles a reçu une plainte lui demandant d'annuler la carte foncière qui avait été octroyée à la communauté paysanne l'année dernière. Si le tribunal invalide la carte foncière, les paysannes et les paysans seront mis dehors. Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres. Dans le scénario d'un changement de gouvernement, ils n'auraient même pas besoin de dire « nous allons annuler les récupérations », il suffira simplement d'activer ces cas de péremption judiciaire, c'est-à-dire qui n'ont pas été menés à terme et les terres seront rendues aux latifundistes.

3) Rechercher et sanctionner les responsables et les complices du harcèlement et des expulsions

Suite à l'appel du Président Maduro, le Vice-Ministre des Terres et président de l'INTi, Luis Soltedo, est intervenu ce mardi au siège régional de cette institution dans l'Etat de Mérida après l'affaire, qui a fait beaucoup de bruit, de l'expulsion de l'exploitation La Magdalena, dans la localité d'Obispo Ramos Lora. C'est là que le 16 mars dernier, 32 personnes de la communauté paysanne, accusées d'effraction bien qu'elles aient été en possession d'une autorisation de l'INTi pour récupérer ces terres non cultivées, ont été arrêtées.

Soltedo a destitué 17 fonctionnaires rattachés au Bureau Régional des Terres de l'Etat de Mérida suspectés d'avoir commis des actes de corruption et a désigné un nouveau directeur. Mais nous ignorons toujours si outre le fait d'avoir été destitués, ils seront poursuivis en justice et si les destitutions sont en rapport avec les harcèlements envers les organisations paysannes ou avec le sabotage des procédures administration des récupérations. Dans cette même localité, a été dénoncée la complicité des fonctionnaires de l'INTi avec les propriétaires terriens dans le but de faire obstacle à la procédure de récupération de 400 hectares de terres non cultivées du Fundo el Carmen engagée par deux conseils paysans.

Les enquêtes devront être complètes. « Sur le plan judiciaire, la Défenseure publique devra enquêter sur des procureurs et des juges qui font preuve de partialité envers les propriétaires fonciers et qui prêtent main forte aux expulsions et à l'emprisonnement des paysannes et paysans », affirme-ton à la Plateforme en évoquant l'existence d'un réseau de corruption.

De son côté, le Procureur Général de la République, Tarek William Saab, qui livre une grande bataille contre la corruption depuis qu'il assume sa charge (août de l'année dernière), a déclaré que le Ministère Public affrontera les propriétaires terriens au moyen de la Loi et qu'il assurera la défense des droits humains des paysannes et des paysans victimes de ces tentatives de restauration du latifundium. Une enquête sur les autorités régionales et municipales est nécessaire « parce que leurs services de police ont été utilisés dans les expulsions ». C'est le cas, par exemple, pour Hato Las Mercedes de la municipalité de Pedraza (Etat de Barinas) où environ 450 familles, qui sont venues travailler ces terres dès 2011 avec l'autorisation de l'INTi, ont été victimes d'une expulsion brutale le 7 mars 2017. Dans un autre contexte, nous avons aussi le cas de la commune Minas de Buria, située dans le massif de Nirgua (Etat de Yaracuy) où 277 petits exploitants agricoles sont poursuivis en justice et se trouvent sous la menace d'une expulsion des terres sur lesquelles ils vivent depuis 50 ans, sous l'accusation d'occupation illégale bien qu'ils soient en possession d'une carte foncière de l'INTi. La commune a dénoncé à plusieurs reprises que derrière tout cela oeuvrent en réalité les intérêts de l'exploitation sablière et minière de la région.

« Il faut aussi enquêter à l'intérieur du secteur militaire, car les Forces Armées Bolivariennes ont également été utilisées pour prêter main-forte aux expulsions des communautés paysannes. » Comme exemple, on cite le cas de Hato Gavilan - La Chaqueta (Etat de Barinas) où depuis le 17 avril dernier,les paysannes et les paysans qui avaient été expulsés de force de leurs terres, ont pu revenir au bout de 80 jours environ. Au moment de l'expulsion, ils venaient de passer dix mois à produire des aliments sur ce latifundio. « Ce Hato est protégé par la GNB. Que fait là la GNB ? Sans doute existe-t-il des intérêts pour l'appropriation politique ou militaire de ces terres. On n'en parle pas, mais il faut enquêter, il ne peut y avoir d'impunité ».

4) Combattre le paramilitarisme et ses bailleurs de fonds

« Dans beaucoup d'Etats, les propriétaires terriens ont de nouveau recours à des paramilitaires et à des sicaires pour harceler et menacer la communauté paysanne et lui faire quitter les terres qu'elle travaille », dénonce la Plateforme de la Lutte Paysanne. « C'est une méthode qui a été utilisée durant les cinq premières années de la mise en application de Loi sur les Terres ; c'est pendant ces années qu'ont eu lieu la plupart des assassinats de paysans » qui, rappelons-le, ont dépassé les 300.

Quelques jours avant le discours du Président Maduro sur les expulsions, des bandes armées au service des propriétaires terriens venaient d'attaquer le Conseil paysan Guasimal - Los Caribes, dans la communauté de Las Bateitas de la municipalité de Papelon, Etat de Portuguesa. « Au cours de cette attaque, ils ont incendié une maison, brûlé un tracteur, détruit les plantations des paysans qui avaient passé huit ans à occuper et cultiver ces terres ».

Le Conseil paysan Guasimal - Los Caribes est présent sur un latifundio de 24 000 hectares, nommé Hato Garzon et signalé comme terres non cultivées à l'INTi. Depuis huit ans, 80 familles lui donnent vie en produisant du maïs, des fèves, des haricots, de la banane plantain et de la yuca, en plus de faire de l'élevage de bétail à double fonction (viande et lait). Durant toute cette période, ils ont reçu des menaces de la part de groupes armés au service de Ali Torrealba, qui prétend être le propriétaire de ces terres non cultivées », nous dit-on.

Combattre le paramilitarisme et ses bailleurs de fonds ainsi que les propriétaires terriens représente donc une tâche urgente pour l'Etat Vénézuélien. « Il doit y avoir une réaction de la part des forces de sécurité, mais aussi au niveau politique et juridique contre les propriétaires terriens qui financent et protègent les sicaires et les paramilitaires. Il faut rappeler aussi que beaucoup de propriétaires terriens sont impliqués dans les garimbas et restent impunis ».

Prenons pour exemple le cas de Julio « Cesar Ronco » Garcia à Socopo (Etat de Barinas) qui a mis à la disposition de groupes violents une tractopelle pour attaquer et démolir des édifices publics. Cet individu a, de plus, viré à coups de fusil des paysannes et des paysans de Hato El Diamante - Cajarito, terres appartenant à la Nation qu'ils se sont appropriés par favoritisme selon les dénonciations de fonctionnaires de l'INTi lui-même.

« L'impunité est un facteur qui contribue à la poursuite de pratiques paramilitaires de la part des latifundistes et de l'utilisation de sicaires pour harceler, menacer, expulser et assassiner les paysans. L'Etat a une dette historique envers le mouvement paysan, et doit rendre justice aux centaines de paysans assassinés par les tueurs à gages. Une assistance a été apportée à 20 ou 30 familles, mais on ne leur a pas encore fait justice ».

5) Renforcer la production paysanne

Comme nous l'avons déjà dit, c'est la production paysanne qui nourrit pour l'essentiel les Vénézuéliennes et les Vénézuéliens actuellement. Cependant, « la plupart des politiques d'intrants sont destinées aux grands groupements de producteurs. A ce jour, il n'existe pas de politique appropriée concernant les financements et les intrants au bénéfice de la production des petits exploitants agricoles et des paysans pauvres.

Il faudrait avant tout contrôler les coûts des intrants agricoles et garantir leur fourniture aux producteurs ». La question des intrants agricoles est centrale pour la production, et leur prix a flambé. L'urée par exemple, un intrant que l'on fabrique au Venezuela, est passé de 60 000 à 500 000 bolivars. C'est un coup dur porté au petit producteur et à la production nationale ».

« L'Institut National de la Santé Agricole Intégrale (INSAI) compte environ 12 laboratoires de production d'intrants au niveau national. Tous les laboratoires sont à l'arrêt, par conséquent celui qui veut produire de manière agro-écologique ne dispose pas d'intrants », nous dit-on.

« Nous sommes déjà mi-avril, le cycle des semailles va bientôt commencer et nous n'avons pas d'intrants. A moins que l'Etat ou des secteurs du Gouvernement ne veuille donner la priorité et ne préfèrent travailler avec les grands groupements de producteurs et non pas avec les petits, qui sont pourtant ceux qui produisent réellement. Que vont devenir les familles de ces derniers, et qu'adviendra-t-il de la souveraineté et de la sécurité alimentaire du Venezuela? »

Dans le contexte actuel de la guerre économique, il est primordial de renforcer la production. « Et pour ce faire, on a besoin d'une sécurité juridique, d'un financement approprié et d'un accès aux intrants pour les petits producteurs. La priorité doit être donnée à l'accès aux équipements et à la viabilité agricole ».

Une autre question importante est celle de la sécurité de la production face aux vols de récoltes, de machines et d'intrants qui se généralisent. « Il semble qu'une part de la guerre menée contre la Révolution consiste à détruire la production limitée qui existe dans nos campagnes et qui a permis d'atténuer les conséquences de la guerre économique. Ce que nous mangeons, la yuca, la banane plantain, les fèves, les haricots, le maïs, la patate douce, le riz, ce sont les paysannes et les paysans qui le produisent. Mais si on te vole ta motopompe, tu ne peux plus arroser. Si on te vole un transformateur, un tracteur...cela met fin à la production et la guerre économique s'aggrave ».

Notes :

1) C'est ce qu'a rappelé le Commandant Chavez lui-même : »Savez-vous ce qu'ont fait les représentants de l'oligarchie terrienne quand la loi a été approuvée et est parue dans la Gazette Officielle? Ils ont organisé un évènement public et ont déchiré le texte de Loi lors d'une cérémonie, publiquement, devant le pays entier. Un journaliste vénézuélien a dit qu'un propriétaire terrien qui déchire la Loi sur les Terres peut être comparé à un narcotrafiquant qui déchire laLoi Antidrogue. (Discours fait au Forum Social Mondial de Porto Alegre, le 26 juin 2003).

2) La Plateforme de la Lutte Paysanne comprend plusieurs Conseils et Coopératives paysannes, ainsi que des petits producteurs et productrices des Etats de Aragua, Guarico, Cojedes, Barinas, Portuguesa, Mérida, Tachira, Trujillo, Lara, Yaracuy, Carabobo, Vargas et Zulia.

Traduit par Frédérique Buhl pour Venezuela Infos

Source :  Alba TV/2018

 investigaction.net

 Ajouter un commentaire