Donald fait le bonheur de Picsou

12-05-2018 histoireetsociete.wordpress.com 7 min #141167

img.20mn.fr

Les Echos : Trump, un cyclone pour les matières premières

« Cela fait bien longtemps que la géopolitique n'avait pas autant agité les « commodities ». Les marchés de matières premières tourbillonnent sur le coup d'une diplomatie américaine elle-aussi plutôt primaire. Sanctions, dénonciations de traités commerciaux, tensions au Moyen-Orient, divisions transatlantiques: les choix sans nuances de Donald Trump dans le domaine des relations internationales crée une situation instable qui a fait bondir la volatilité sur le London Stock Exchange, la Bourse des métaux de Londres. L'aluminium s'est envolé de 20% en deux semaines quand Washington a mis le russe Rusal sur liste noire, provoquant aussi de gros soubresauts pour le palladium, le nickel, et le cuivre. Le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien, et l'embargo qui va s'en suivre, a accéléré la remontée du pétrole, déjà amorcée par les problèmes du Venezuela et la crise du Moyen-Orient. Il frôle désormais les 80 dollars, et Bank America-Merrill Lynch le voit prochainement à 100 dollars. Ce climat d'incertitude généralisée redonne à l'or sa fonction traditionnelle de valeur refuge: jusqu'à présent son cours depuis le début de l'année a plafonné à 1. 300 dollars l'once, mais plusieurs analystes spécialisés prédisent son envol jusqu'à 1.500 dollars, ce qui serait son niveau le plus haut depuis cinq ans. Donald fait le bonheur de Picsou... »

Ce que disent les journaux financiers à leur lectorat est souvent plus réél que ce que racontent les petits bourgeois en matière de géopolitique.

Quand on oublie les intérêts capitalistes y compris ceux des Saoudiens, et de l'imbrication par la voie des petrodollars entre capitalistes,on oublie le fondamental de la politique. Analyser le jeu de ces capitalistes est parfois moins simple qu'il n'y parait, ainsi, il y a dans le jeu habituel Israël-USA, beaucoup de frime y compris dans la récente escarmouche sur le Golan, mais divers signes dont la nomination de John Bolton indiquent qu'il est sans doute question d'aller plus loin. Le danger est beaucoup plus important. Le capital n'a pas de patrie mais un bras armée: les USA. La domination du capital symbolisée aujourd'hui par l'extraterritorialité des « sanctions » repose sur trois piliers, 1) l'armée étatsunienne, qui à elle seule est plus puissante que toutes les autres réunies, face au capitalisme en crise la position de Trump et des capitaux derrière lui est d'en faire assumer l'essentiel par les vassaux, 2) le dollar, monnaie d'échange universel en particulier avec les petrodollars, et l'obligation d'acheter le pétrole en dollars, ceux-ci ont été réinvestis massivement aux Etats-Unis et dans les monopoles financiarisés étasuniens, d'où les intérêts imbriqués avec les saoudiens. d'où la mise au pas de ceux qui résistent comme le Venezuela, la Russie,l'Iran, ceux qui y compris ont pensé un moment à l'euro, la Chine avance sur ce terrain.3) le quasi monopole de l'information, d'où le « scandale » de ceux qui prétendent créer d'autres sources d'information, la dénonciation de leur manipulation comme les Russes.

C'est parce que cette architecture est paradoxalement plus menacée qu'elle ne l'a jamais été par l'Union soviétique que la guerre a dépassé le jeu habituel dans lequel Israël excellait et que l'ampleur des camps se découvre et qu'il est exigé la vassalité..

Ceux qui ont salué la « vertueuse » expédition contre la Syrie des trois (USA-France-Grande Bretagne) sous le prétexte fallacieux d'une attaque chimique montée de toute pièce par l'occident, ont fait la preuve de leur incapacité à comprendre et à expliquer ce qu'était le Capital et qui payerait la note en définitive. Aujourd'hui ce ne sont pas les cheminots, les hospitaliers, les employés d'Air France qui vont casser la poussive reprise de l'économie, mais bien ce déchaînement des intérêts capitalistes. La manière dont il vont faire monter le coût des matières premières et investir dans une nouvelle course aux armements. En espérant imposer leur politique à la Chine pour casser son mouvement ascendant, sa sortie accélée du sous développement, en réduisant la pauvreté.

Le capital rejoue avec la Chine la même partie qu'avec l'URSS, diviser, asphyxier et profiter de sa domination bien réelle pour détruire les forces de résistance. La Chine a beaucoup étudié la chute de l'URSS et la partie qui se joue doit être comprise par tous pour imposer la paix. Nous en sommes loin.

Ceux qui croient que la résistance des capitalistes français et allemands, leur velleité d'indépendance tels qu'ils sont peut déboucher sur autre chose que sur « l'Europe de la défense », c'est-à-dire ce que veut Trump, une manière d'assumer eux-mêmes les frais de l'OTAN, une augmentation sans précédent des coûts militaires sur nos budgets, une nouvelle vague d'austérité non seuelement se font des illusions sur la volonté « d'indépendance » des pays européens, mais sont des dupes consentants. Une fois de plus, ils interdisent l'initiative populaire et is laissent intact le discours par lequel le capital justifie ses expéditions guerrières..

A quoi servent-ils sinon d'une manière un peu plus geiniarde à dire ce qui tous les jours s'étale dans la presse française dont une bonne partie des propriétaires, sinon la totalité appartient aux marchands d'armes et aux monopoles financiarisés: à savoir qu'il faudrait plus « d'humanité » dans le capital, un peu plus de respect des indépendances, celle de la France, celle de l'Europe (1). C'est pour cela d'ailleurs que le discours uniquement souveraintiste est un leurre comme le prouve le brexit., même si la défense de la souveraineté nationale fait partie de la lutte pour la paix.

Donc ce qui devrait être le rôle d'un parti communiste serait de relier la volonté de lutte des travailleurs à cette connaissance de ce qu'est le capital, sa mondialisation, son bellicisme. Et pas comme les petits bourgeois de bramer leur pseudo humanisme contre le méchant tyran pour donner corps à des combinaisons politiciennes, ce qui ne sert qu'à masquer la stratégie impitoyable du Capital. C'est parce que la bourgeoisie, la lâcheté de son discours politique qui ne cherche qu'à masquer les intérêts réels du capital est ce qu'elle est dans son être et dans ses partis politiques que Marx qui au début est un démocrate jacobin admirateur de la Révolution française en déduit qu'il faut un parti prolétarien, apte à imposer la dictature du prolétariat.

Danielle Bleitrach

(1) Ca dépend bien sur de la conception de l'humanité. » Les hommes, dit Marx, qui n'ont pas le sentiment de leur humanité croissent et se multiplient au profit de leur maître, telle une race d'esclave, un élevage de chevaux. les maîtres héréditaires sont le but de toute cette société; Ce monde leur appartient[...] Le monde des philistins est le règne animal en politique, et si nous étions obligés d'en reconnaître l'existence, il ne nous resterait qu'à donner raison au statu quo. des siècles de barbarie l'ont produit et façonné, et il se dresse maintenant devant nous, tel un système cohérent, dont le principe est le monde déshumanisé [...] on pourrait inscrire : L'homme est un animal sociable mais parfaitement apolitique ». La déshumanisation pour Marx ce n'est donc pas les mauvais sentiments du maître c'est l'apolitisme auquel on condamne l'esclave face à ce maître et c'est ce que fait tous les jours la bourgeoisie en masquant les conditions réelles de l'exploitation..

histoireetsociete.wordpress.com

 Commenter