Skripal : selon un laboratoire suisse indépendant, la toxine utilisée est Bz, produite aux États-Unis et au Royaume-Uni, et non en Russie (Zero Hedge)

15-04-2018 legrandsoir.info 3 min #140194

Tyler Durden

Quelqu'un a des explications à donner.... ou est-ce que les frappes aériennes syriennes ont simplement "distrait" les citoyens de la réalité entourant l'empoisonnement des Skripal ?

Rappelez-vous comment les politiciens (et non les scientifiques) ont dit qu'un agent neurotoxique mortel - produit par la Russie - fut utilisé dans la tentative d'assassinat des Skripal ? Rappelez-vous les 50 questions ( ici et  ici) autour des « faits » énoncés par Theresa May ? Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les Skripal se sont promenés pendant quelques heures après avoir été "infectés" et, quelques jours plus tard, ont survécu sans dommages chroniques, alors qu'on nous a dit que ce produit chimique était totalement mortel ?

Eh bien, ces doutes viennent peut-être d'être levés, car selon le laboratoire suisse indépendant Spiez, la substance utilisée sur Sergei Skripal était un agent appelé BZ, qui n'a jamais été produit en Russie, mais qu'on trouve aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans d'autres pays de l'OTAN.

 RT rapporte que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, a déclaré, citant les résultats de l'examen effectué par un laboratoire chimique suisse qui a travaillé avec les échantillons que Londres a remis à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), que Sergei Skripal, un ancien agent double russe, et sa fille Yulia ont été empoisonnés avec une toxine incapacitante connue sous le nom de 3-Quinuclidinyl benzilate ou BZ.

Le centre suisse a envoyé les résultats à l'OIAC.

Cependant, le chien de garde chimique de l'ONU s'est limité à confirmer la formule de la substance utilisée pour empoisonner les Skripal dans son rapport final sans mentionner les autres faits présentés dans le document suisse, a ajouté le ministre russe des affaires étrangères.

Il a ajouté que Moscou interpellera l'OIAC quant à sa décision de ne pas inclure dans leur rapport d'autres informations fournies par les Suisses.

D'autre part, le laboratoire suisse est également un centre d'excellence internationalement reconnu dans le domaine de la protection nucléaire, biologique et chimique et est l'un des cinq centres certifiés en permanence par l'OIAC.

Le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré que Londres refusait de répondre à des dizaines de questions " très spécifiques " posées par Moscou sur l'affaire Salisbury, ainsi que de fournir toute preuve substantielle qui pourrait faire la lumière sur l'incident.

Au lieu de cela, le Royaume-Uni a accusé la Russie de ne pas répondre à ses propres questions, a-t-il dit, ajoutant qu'en fait, Londres ne posait pas de questions mais voulait que Moscou admette qu'elle était responsable de l'emploi de l'agent chimique au Royaume-Uni.

Mais qui s'en soucie ? Des diplomates ont été renvoyés chez eux, Poutine a été élevé au rang de Hitler, alors parlons plutôt de ces missiles en Syrie,

Tyler Durden

Traduction "face aux psychopathes du système, ne rien lasser passer, tout remettre en cause, tout vérifier" par VD Pour le Grand Soir, avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

 legrandsoir.info

 Ajouter un commentaire
 Référencé par :