«False flag» et «immoralité» : un ancien ambassadeur de France analyse pour Rt la crise syrienne

14-04-2018 mondialisation.ca 6 min #140125

Michel Raimbaud a livré pour RT France son analyse sur l'attaque chimique présumée dans la Ghouta et ses conséquences. Convaincu qu'il s'agit d'une «false flag», il dénonce l'«immoralité» de la position de Paris, calquée sur les néoconservateurs.

L'ancien ambassadeur de France Michel Raimbaud qui porte un regard acéré sur les problématiques du monde arabo-musulman, région dans laquelle il a accumulé une expertise fondée sur des expériences de terrain, analyse pour RT France les derniers rebondissements de la crise syrienne.

Lire aussi

 ONU : le projet russe pour un mécanisme d'enquête sur les armes chimiques en Syrie rejeté

Pour l'ancien diplomate, qui s'appuie sur les exemples tirés du passé récent du pays, il est fort probable que l'attaque chimique présumée dans la Ghouta, attribuée au gouvernement syrien, ait été montée de toutes pièces : «C'est ce que l'on appelle une false flag (attaque sous fausse bannière)».

«Quand il y a eu une attaque, il a toujours été prouvé - à tout le moins fortement soupçonné - par la suite que ce n'était pas le gouvernement syrien qui en était responsable, mais bel est bien les rebelles modérés, qui sont en fait des terroristes», fait valoir Michel Raimbaud. Il y a deux mois, le secrétaire à la Défense  Jim  Mattis avait à ce propos admis qu'il n'existait pas de preuve de la culpabilité de Bachar el-Assad dans l'attaque  chimique de Khan Cheikhoun d'avril 2017 à laquelle les Etats-Unis avaient pourtant réagi en effectuant une frappe sur  la base d'Al-Chaaryate.

Quand l'armée syrienne obtient un succès décisif, on invente une alerte

L'objectif d'une telle stratégie est simple selon l'ancien diplomate, c'est un moyen pour tenter d'annihiler les avancées de l'armée syrienne sur le terrain. «Quand l'armée syrienne obtient un succès décisif, on invente une alerte», fait-il ainsi remarquer, notant que les forces gouvernementales étaient parvenues à libérer  la quasi-totalité de la Ghouta orientale ces dernières semaines.

La France qui se présente en sauveur du peuple syrien ? «De l'humour noir»

Dans cette crise, la position de Paris qui  menace d'intervenir militairement sur le territoire syrien ne surprend pas outre mesure l'ancien ambassadeur : «La France s'aligne toujours sur Washington, depuis des années déjà.»

Lire aussi

 Mouvements militaires, mise en garde de l'EASA: l'imminence de frappes aériennes en Syrie se précise

Bien qu'elle soit sans surprise, Michel Raimbaud estime que cette position est toutefois «regrettable», d'autant que Paris est un membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU et a donc le devoir en cette qualité de respecter la charte des Nations Unies.

On ne peut pas faire appel à des principes moraux quand on les viole continuellement, c'est immoral, littéralement

«C'est une des grande constatation de cette situation, le droit international est bafoué», note l'ancien diplomate qui rappelle que la France foule ainsi aux pieds la souveraineté des Etats, le principe de non-ingérence, le droit d'autodétermination des peuples et le droit des Etats à décider librement de leur régime politique sans intervention extérieure.

«Je trouve gonflé de dire que l'on a un devoir moral d'intervenir. On ne peut pas faire appel à des principes moraux quand on les viole continuellement, c'est immoral, littéralement», poursuit Michel Raimbaud. «Et c'est injuste, la Syrie ne nous a jamais attaqués. Ce n'est pas un agresseur, c'est nous qui l'agressons. Vouloir prendre un rôle pour aller sauver le peuple syrien, ça me paraît de l'humour noir», glisse-t-il encore.

Selon lui, la France a fait le choix de se placer dans «le camp de la guerre» en Syrie, aux côtés des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de l'Allemagne, de la Turquie, mais aussi d'Israël et de ses alliés islamistes, l'Arabie Saoudite et le Qatar. «Il faut se réveiller parce que le monde est au bord de la guerre», prévient-il.

«Le néoconservatisme a investi l'Etat profond français»

L'ancien ambassadeur déplore par ailleurs le traitement médiatique de la crise en Occident. «Les médias occidentaux, c'est la ruine. Ils ont discrédité la profession dans leur grande majorité. Au bout de sept ans, ils font mine de ne rien avoir compris», lance-il sans ambages. Pourtant ils ne sont pas les seuls responsables de cette ruine dans le domaine public, selon lui : «Il y a les intellectuels aussi, à droite à gauche ils pensent la même chose. On a jamais vu un pareil unanimisme.»

Lire aussi

 Seul contre tous : un journaliste américain dénonce la propagande sur l'attaque chimique en Syrie

Un phénomène qu'il attribut au néoconservatisme, importé des Etats-Unis. Né sous Reagan, le courant partagé autant par les Démocrates que les Républicains s'est accentué depuis la chute de l'Union soviétique et plus encore depuis les attentats du 11 septembre et la guerre contre le terrorisme, remarque Michel Raimbaud.

Les Etats-Unis mènent une guerre perpétuelle à la France et les Français ne le savent pas

«Le néoconservatisme a investi l'Etat profond non seulement en Amérique, mais aussi en France, au Royaume-Uni, dans tous les pays occidentaux où ils ont des succursales, et en Israel évidemment, qui est un pilier du pouvoir néoconservateur», analyse l'ancien ambassadeur.

Une influence américaine d'autant plus problématique que les Etats-Unis ne sont pas un allié de Paris : «François Mitterrand disait que les Etats-Unis mènent une guerre perpétuelle à la France et que les Français ne le savent pas. C'est une guerre impitoyable, de tous les instants, dans tous les domaines. Il s'agit de la mettre au pas.»

La source originale de cet article est RT France
Copyright ©  Michel Raimbaud et  RT, RT France, 2018

 mondialisation.ca

 Ajouter un commentaire
 Se réfère à :