Affaire Skripal : La fabrication d'un ennemi

08-04-2018 mondialisation.ca 2 min #139869

Dans l'affaire de l'attentat contre Sergueï Skripal, ex-espion britannique au sein du service de renseignement militaire à Moscou, la pensée unique et la noble indignation l'emportent sur la raison.

Yakov Rabkin, professeur d'histoire à l'Université de Montréal, argue qu'il y a des questions que l'on ne pose plus: soit le motif, mais aussi à qui profite le crime. Pourquoi, se demande-t-il, la Russie ferait un tel crime au Royaume-Uni alors que l'espion en question avait été en prison en Russie jusqu'en 2010 et a fait l'objet d'un échange de prisonniers.

Il explique également qu'il y a une convention dont le Royaume-Uni est signataire, que ce pays ne respecte pas du tout.

Yakov Rabkin souligne surtout la dangereuse tendance de remplacer l'examen rationnel des faits par l'indignation et la diabolisation.

Voir également l'article :

 Des questions que l'on ne pose plus sur la fabrication d'un ennemi

w.soundcloud.com

La source originale de cet article est  Le Pied A Papineau CKVL FM
Copyright ©  Prof. Yakov M. Rabkin et  Robin Philpot,  Le Pied A Papineau CKVL FM, 2018

 mondialisation.ca

 Commenter