Theresa May et Tony Blair, même combat ?

14-03-2018 37 articles entelekheia.fr 9 min #138902

Par B
Paru sur  Moon of Alabama sous le titre Theresa May's « 45 Minutes » Moment

Avant-hier, le gouvernement britannique s'est livré à des allégations peu crédibles sur les armes chimiques de Saddam Hussein  l'empoisonnement de son agent double Sergej Skripal.

Le premier ministre britannique, Theresa May, a  déclaré (

tweet
) devant le Parlement:

· Sergej Skripal et sa fille ont été empoisonnés par un agent neurotoxique « de qualité militaire » développé par la Russie.

· L'agent neurotoxique faisait partie d'un groupe d'agents appelés « Novichok ».

· La Russie a développé cet agent dans le passé et serait encore capable de le faire.

· La Russie a un passé d'assassinats commandités par l'État.

· Le gouvernement britannique pense que la Russie considère certains transfuges comme des cibles légitimes.

· Le gouvernement britannique est arrivé à la conclusion qu'il était très probable que la Russie soit responsable de l'agression commise contre Sergej et Youlia Skripal.

May a ajouté que :

· Il s'agissait soit d'une action ciblée de l'État russe contre la Grande Bretagne,

· soit d'une perte de contrôle de l'agent neurotoxique par les autorités russes qui l'avaient laissé tomber entre de mauvaises mains.

Je trouve toutes ces affirmations non seulement discutables mais carrément ridicules. Voici quelques faits:

Novichok, « nouveaux venus » en anglais, est un groupe d'agents chimiques de guerre mis au point en Union soviétique dans les années 1970 et 1980. Certains « nouveaux venus » sont considérés comme très toxiques.

L'existence de ces agents chimiques a été révélée en 1992. La Russie a adhéré à la Convention sur l'interdiction du développement, de la fabrication, du stockage et de l'emploi des armes chimiques et sur leur destruction en 1997. Elle a depuis (contrairement aux États-Unis)  détruit tous les stocks restants du programme d'armes chimiques de l'Union soviétique. Elle ne produit pas d'armes chimiques.

Les formules de ces agents chimiques sont connues et ils ne sont pas produits exclusivement par les Russes :

L'un des principaux sites de fabrication était l'Institut national soviétique de recherche scientifique sur la chimie et la technologie organiques (GosNIIOKhT) à Nukus, en Ouzbékistan. De petites quantités d'armes chimiques ont peut-être été testées sur le plateau voisin d'Ustyurt. On peut aussi en avoir testé dans un centre de recherche à Krasnoarmeysk, près de Moscou. Depuis son indépendance en 1991, l'Ouzbékistan collabore avec le gouvernement des États-Unis pour démanteler et décontaminer les sites où les agents Novichok et d'autres armes chimiques ont été testés et mis au point. (Fiche Wikipedia).

Les formules des différents agents Novichok ne sont pas un secret russe. Les États-Unis et le Royaume-Uni savent sûrement comment les fabriquer. Il paraît d'ailleurs que les agents sont fabriqués à partir de simples composants utilisés dans l'industrie civile. Le laboratoire d'armes chimiques de Porton Down de l'armée britannique n'est qu'à environ 13 km de Salisbury, où les Skripals ont été empoisonnés. Le gouvernement britannique prétend que Porton Down a identifié l'agent soi-disant utilisé sur les Skripals. Le laboratoire est sûrement également capable de produire de tels agents, tout comme des laboratoires similaires d'autres pays.

Maintenant réfutons les allégations de May:

· Il parait que les agents Novichok sont jusqu'à 10 fois plus toxiques que le VX. Or une goutte de VX peut tuer une personne. Si les Skripal ont été empoisonnés par un agent aussi efficace, comment se fait-il qu'ils soient toujours en vie?

· L'Union soviétique, et non la Russie, a développé ces agents. Les principaux travaux ont été effectués en Ouzbékistan.

· La Russie est probablement en mesure de recommencer à produire ces agents, mais beaucoup d'autres pays aussi.

· Quel est exactement ce « passé d'assassinats commandités par l'État » en Russie? L'affirmation britannique selon laquelle la « Russie » aurait été impliquée dans la mort de l'agent MI6 Litvinenko est grandement  sujette à caution. Et je n'ai connaissance d'aucun autre cas. En fait il y a une tradition russe bien établie de  laisser tranquilles les espions qui ont été échangés.

· Si la Russie voit dans « certains transfuges » des cibles légitimes, pourquoi ne les tue-t-elle pas tout de suite? Skripal vit ouvertement au Royaume-Uni depuis 2010. Pourquoi la Russie voudrait-elle le tuer, et pourquoi maintenant?

Compte tenu de tout ce qui précède, il est absurde de prétendre qu'il est « très probable » que la Russie en soit responsable.

Cette probabilité est aussi grande que celle que Saddam Hussein  frappe le Royaume-Uni avec un missile doté d'une arme chimique en moins de 45 minutes, comme l'a prétendu mensongèrement un autre gouvernement britannique.

Les assertions de May aujourd'hui sont tout aussi crédibles que les absurdités de Tony Blair sur Saddam.

Il est beaucoup plus probable que la cause de tout cela soit l' implication de Skripal dans le dossier Steele et l'opération CIA/MI6 contre Donald Trump. A-t-il été attaqué parce qu'il a menacé de dire ce qu'il savait?

Traduction Dominique Muselet

Ajout d'Entelekheia : Quelques détails supplémentaires. Les agents « novichok » soviétiques ne sont effectivement pas secrets. Vil Mirzayanov, l'un des scientifiques qui les a découverts, en a publié la structure chimique dans son livre State Secrets (2008). Il vit depuis des années aux États-Unis et enseigne à l'université Rutgers, dans le New Jersey.

The #Novichok chemical structure is not a Russian state secret. The information is publicly available to anybody in… https://t.co/YnQMv3q8nr

La Société Royale de Chimie britannique (Royal Society of Chemistry) a également publié la structure chimique de l'agent neurotoxique dit « novichok », qu'elle implique connaître depuis des années, et ajoute « les scientifiques de Porton Down auraient été capables d'identifier l'agent, parce que le laboratoire collecte des informations sur les menaces potentielles depuis des décennies. » Le laboratoire doit également en posséder un stock, ne serait-ce qu'à des fins de référencement - D'ailleurs, Porton Down  abriterait le plus gros stock d'agents neurotoxiques de l'Europe de l'Ouest. Quant à la capacité de les produire, aucun doute. « Ce qu'ils auraient fait, » dit Alastair Hay, professeur de toxicologie environnementale à l'université de Leeds, « aurait été de fabriquer ces produits chimiques, puisqu'ils faisaient partie de l'arsenal soviétique ou russe. Les chimistes de Porton Down auraient ensuite évalué leur structure pour la classer dans une banque de données de référence ». (Article What we know about Russia's Novichok nerve agents linked to attack on ex-spy, The Royal Society of Chemistry via Chemistry World  chemistryworld.com

Et pour couronner le tout, on trouve aussi la formule des précurseurs des agents « novichok »... sur Internet. Comme suggéré dans l'article de MOA ci-dessus, selon Mirzayanov, une fois la formule en poche, ces agents seraient très faciles à produire. « Les novichoks sont des organophosphates ordinaires qui peuvent être produits par des compagnies commerciales, comme celles qui produisent des pesticides et des engrais. » (Mirzayanov, 1995). (Article  'Doubts about Novichoks' de Tim Hayward). On voit donc mal par quel mystère un laboratoire militaire, comme par exemple celui de Porton Down, aurait été incapable d'en produire et que « seuls les Russes le peuvent ». (Ne pas tenter d'en produire chez soi, toutefois. La manipulation de ces produits est très dangereuse, puisqu'ils sont mortels par simple contact).

Mais avant toutes ces considérations sur l'agent novichok se posent des questions de simple bon sens, par exemple celle du mobile des Russes et surtout, de la théatralité de la méthode employée pour tuer Skripal et sa fille. Pourquoi cette mise en scène à la James Bond quand les méthodes d'assassinat discrètes abondent ? Pour l'ex-agent de la CIA Philip Giraldi  cité par RT, « Toute cette histoire tient à peine debout. Elle appelle une analyse qui explique comment les Russes auraient pu être assez stupides pour faire quelque chose comme ça, si leur intention était de le faire et de préserver le secret ? »

En attendant, la Russie, qui a officiellement demandé un échantillon de l'agent en cause pour procéder à sa propre enquête dans le cadre de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques,  n'a toujours pas reçu de réponse du gouvernement May.

 entelekheia.fr

 Ajouter un commentaire

Articles associés plus récents en premier
27-03-2018 voltairenet.org 14 min #139408

La politique étrangère de Theresa May

par Thierry Meyssan

Thierry Meyssan poursuit son étude des politiques étrangères nationales. Après avoir analysé celle de la France, il en vient à celle du Royaume-Uni. Si la première est considérée comme le « domaine réservé » du président de la République et, à ce titre, échappe au débat démocratique, la seconde plus encore est élaborée par une élite autour du monarque, en dehors de toute forme de contrôle populaire.

24-03-2018 investigaction.net 4 min #139313

Poutine, ce punching-ball bien pratique

24 Mar 2018

Article de :  Nico Hirtt

En rattachant la Crimée à la Russie, même après le référendum écrasant de la population locale, Vladimir Poutine s'est, nous dit-on, rendu coupable d'un acte inadmissible dans les relations entre États civilisés : la modification de frontières d'États reconnues par la communauté internationale.

23-03-2018 mondialisation.ca 5 min #139266

Boris Johnson est un menteur catégorique

Les éléments soumis par le gouvernement britannique à la Cour royale de justice prouvent au delà de tout doute que Boris Johnson a éhontément menti sur le degré de certitude des scientifiques du centre de recherche militaire de Porton Down quant à un empoisonnement des Skripal par un agent neurotoxique « novichok » identifié comme d'origine russe.

Avant-hier, dans une  interview à Deutsche Welle, Boris Johnson a directement affirmé que Porton Down lui avait dit avoir positivement identifié l'agent innervant comme russe :

23-03-2018 2 articles les-crises.fr 32 min #139255

Affaire Skripal : Désinformation et croisade contre la Russie

Il nous a été proposé en réaction à  l'incroyable article de Jean-Baptiste Naudet, paru dans L'Obs le 15 mars 2018, et que nous vous recommandons de lire avant de lire ce billet.

P.S. précisons que par convention, on utilisera l'appellation "Novitchok" pour désigner tous les agents innervants appartenant à la famille des poisons dont le développement a commencé en URSS sous le nom "VR".

22-03-2018 mondialisation.ca 9 min #139248

L'Union européenne rejoint le Royaume-Uni en intensifiant la campagne anti-Russie

Une réunion de 28 ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne a annoncé hier une « solidarité sans réserve » avec le Royaume-Uni pour condamner l'empoisonnement « imprudent et illégal » de l'agent double Sergei Skripal et de sa fille Yulia le 4 mars à Salisbury.

Le Royaume-Uni a déclaré que le Kremlin et le président russe Vladimir Poutine étaient « très probablement » responsables de l'attaque de Salisbury.

22-03-2018 francais.rt.com 3 min #139230

Washington menace de sanctionner les entreprises européennes qui participent au projet Nord Stream 2

© Mandel Ngan Source: AFP

Effet induit des sanctions contre Moscou, les entreprises européennes qui prendront part au projet de gazoduc entre la Russie et l'Allemagne seront dans le viseur de Washington, qui assure vouloir «protéger la sécurité énergétique de l'Europe».

«Comme beaucoup de gens le savent, nous nous opposons au projet Nord Stream 2, le gouvernement américain s'y oppose» : la porte-parole du département d'Etat américain Heather Nauert a rappelé lors d'une conférence de presse, le 20 mars, que Washington ferait tout ce qui est en son pouvoir pour faire capoter  le projet russo-européen de gazoduc.

22-03-2018 lesakerfrancophone.fr 7 min #139228

Nbc donne un coup de main à Poutine sans le réaliser

Par Ray McGovern - Le 12 mars 2012 - Source  Consortium News

interviewé par Megyn Kelly], de NBC, et leur discussion lui a permis de lustrer ses arguments vis-à-vis de l'électorat russe, nous explique Ray McGovern.

L'équipe du président russe Vladimir Poutine a réussi un coup double avec son long discours du 1 er mars revendiquant la parité stratégique avec les États-Unis, puis son duel nocturne avec Megyn Kelly de NBC.

22-03-2018 voltairenet.org 9 min #139223

Aide-mémoire russe sur la situation réelle dans l'« affaire Skripal »

1. Le 12 mars 2018, la première ministre britannique Theresa May a déclaré pendant les audiences à la Chambre des représentants que la Fédération de Russie était "très probablement" responsable de l'empoisonnement, le 4 mars 2018 dans la ville de Salisbury, de l'ancien colonel de GRU et agent double Sergueï Skripal, ainsi que de sa fille Ioulia Skripal, par une substance neuro-paralytique selon la classification britannique A-234.

22-03-2018 entelekheia.fr 6 min #139216

Le « Novichok » et les barbouzes du Kgb

L'écrivain russe Andrey Lazarchuk a posté des informations très intéressantes sur les réseaux sociaux. Nous ne savons pas ce qu'il y a de vrai dans ce qui suit, mais les détails s'en accordent en grande partie avec ce qui a été dit par la porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe Maria Zakharova dans une  interview récente, et viennent mêmes en éclairer des points restés obscurs, par exemple sur l'origine du nom trop hollywoodien pour être vrai « Novichok ».

21-03-2018 lesakerfrancophone.fr 8 min #139193

La nouvelle guerre froide lancée par May empoisonne le parti travailliste de Corbyn

Par Finian Cunningham - Le 18 mars 2018 - Source  Strategic Culture

La dramatique escalade de l'hostilité du Premier ministre conservateur britannique Theresa May envers la Russie cette semaine provoque aussi des conséquences domestiques. Jeremy Corbyn, le populaire dirigeant du parti travailliste, est en train de devenir une victime de cette politique de type nouvelle guerre froide.

21-03-2018 lesakerfrancophone.fr 22 min #139192

Lorsqu'on a affaire à un ours, l'arrogance est suicidaire

Par le Saker - Le 15 mars 2018 - Source  The Saker

l'assassinat de Skripal au gaz innervant] » car elle les englobe vraiment toutes.

Je ne me donnerai même pas la peine de démystifier les absurdités officielles, d'autres ont fait un excellent travail en soulignant l'idiotie du récit public.

20-03-2018 lesakerfrancophone.fr 7 min #139162

Faux drapeaux pour les débutants

Orlov

Par Dmitry Orlov - Le 13 mars 2018 - Source  Club Orlov

Porton Down], un laboratoire militaire de la Grande-Bretagne, qui, soit dit en passant, n'est qu'à 18 minutes en voiture de Salisbury.

May n'a fourni aucune preuve pour étayer ses allégations de complicité russe dans la tentative de meurtre.

20-03-2018 dedefensa.org 8 min #139144

L'aventure obscure du Novitchok

Lorsqu'on lit une analyse rapide mais sérieuse, bien documentée, faite par des gens qui n'aiment pas spécialement la Russie de Poutine (et, pourrait-on penser, encore moins les directions du bloc-BAO) mais ne versent ni dans le sensationnel ni dans le FakeNewsisme (pléonasme de circonstance) ; lorsqu'on songe aux circonstances, notamment à la proximité des élections présidentielles russes par rapport au forfait ; lorsqu'on songe au contexte, qui est fait d'un empilement de narrative et de FakeNewsisme où le bloc-BAO est champion olympique toutes ctgories,, - on en arrive à une alternative selon l'hypothèse qu'on choisit pour désigner le côté qui porte la possibilité de la culpabilité :

20-03-2018 voltairenet.org 15 min #139142

Quatre jours pour déclarer une Guerre froide

par Thierry Meyssan

La semaine qui vient de s'écouler a été extraordinairement riche en événements. Mais aucun média n'a été en mesure d'en rendre compte car tous ont délibérément masqué certains d'entre eux pour protéger la narration qu'en faisait leur gouvernement. Londres a tenté de provoquer un conflit majeur, mais a perdu face à la Russie, au président Trump et à la Syrie.

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 20 mars 2018

19-03-2018 entelekheia.fr 12 min #139118

Boris Johnson change de version de l'histoire sur les « Novichoks russes »

Par Craig Murray
Paru sur  Craigmurray.org.uk sous le titre Boris Johnson Issues Completely New Story on "Russian Novichoks"

Boris Johnson a tenté de redonner un élan au cas chancelant du Novichok censément venu de Russie avant l'enquête officielle sur l'attaque contre Skripal, en donnant une version radicalement nouvelle qui change - et renforce - la ligne du gouvernement sur ce qu'il est censé savoir.

19-03-2018 lesakerfrancophone.fr #139117
Russie
gag

La police britannique a trouvé le passeport de Poutine sur les lieux d'un empoisonnement à Salisbury

Le 16 mars 2018 - Source  The Postillon

Salisbury - Les derniers doutes sur la culpabilité de la Russie dans l'empoisonnement de l'ancien espion Sergueï Skripal ont été éliminés. Comme l'a annoncé le gouvernement britannique aujourd'hui, le passeport du président russe Vladimir Poutine a été retrouvé sur les lieux à Salisbury.

19-03-2018 mondialisation.ca 2 min #139075

Alain Corvez : l'affaire Skripal aurait été «préparée à l'avance» par les Britanniques

Revue de presse : RT France (17/3/18)*

Alain Corvez, conseiller en stratégie internationale, est revenu pour RT France sur les derniers rebondissements de l'affaire Skripal. Selon lui, l'empoisonnement de l'ancien agent double russe aurait été préparé en amont pour isoler la Russie.

Invité sur le plateau de RT France le 17 mars, le conseiller en stratégie international Alain Corvez s'est exprimé sur  l'empoisonnement de l'ancien agent double russe Sergueï Skripal.

18-03-2018 dedefensa.org 12 min #139063

Ombres de feu sur la Syrie

De plus en plus est citée la thèse selon laquelle "l'affaire du poison" (la rocambolesque affaire qu'on sait, des espions Skripal & Co) est liée à l'éventuel regain d'agression du bloc-BAO en Syrie (essentiellement, USA, UK et France), pour préparer le brave public d'abord à une attaque chimique, modèle standard "Assad-coupable", montée de toutes pièces selon la technique éprouvée (false-flag, modèle déposé BAO), ensuite au parachévement triomphal par l'apothéose d'une frappe considérable des trois pays cités contre Assad bien entendu.

18-03-2018 voltairenet.org 11 min #139062

L'« Affaire Skripal »

Alors que l'enquête de Scotland Yard ne fait que débuter, le gouvernement de Theresa May a déjà trouvé et dénoncé le coupable : la sauvage Fédération de Russie et son dictateur Vladimir Poutine. Tout en effet porte à le croire, sauf si l'on connaît l'histoire du novitchok : au moins le gentil Royaume-Uni et les pacifiques États-Unis devraient pour les mêmes raisons figurer sur la liste des premiers suspects.