Troublant : d'après un sondage sur les théories du complot, 1 Français sur 5 ne met en doute aucune « version officielle ».

13-01-2018 legrandsoir.info 5 min #136930

Viktor DEDAJ

(Sur l'art de pseudo-sonder)

Demandez à un échantillon de mille français, s'ils aiment les carottes.

Disons que 120 répondent non. Ca fait 12%.

Demandez aux mêmes s'ils aiment les choux. Disons que 150 répondent non (dont 20 qui avaient déjà répondu non pour les carottes). Ca fait donc 130 réponses négatives de plus, soit 120+130 = 250 qui n'aiment pas les carottes ou les choux, soit 25%.

Même question, en ajoutant les poivrons. Il y aura forcément des personnes qui répondront non mais qui aiment néanmoins les carottes et les choux.

Le pourcentage de réponses négatives à la question « parmi ces 3 légumes - carottes, choux, poivrons - est-ce qu'il y en un que vous n'aimez pas ? » sera donc mécaniquement supérieure.

Ajoutez encore un légume. Votre pourcentage augmentera encore.

A chaque élargissement du choix à la question « parmi ces N légumes, est-ce qu'il y en un que vous n'aimez pas ? », le pourcentage ne fera qu'augmenter.

Continuez d'en ajouter jusqu'à obtenir un pourcentage qui indiquera que « 80% des Français n'aiment pas un légume. »

En supposant que personne n'aime tous les légumes, il suffirait d'élargir encore et encore la liste pour arriver au pourcentage phénoménal de 100% de Français qui « n'aiment pas un légume ».

Vous comprenez ?

Ca marche aussi, évidemment, pour les « théories du complot ». Mais attention : dans ce cas précis, prenez soin de d'abord poser la question, pour ensuite la présenter comme une théorie du complot - qualification qui sera laissée entièrement à l'appréciation des commanditaires (et pseudo-connaisseurs des sujets abordés) du sondage. Prenez soin aussi d'établir une liste où des points réellement (et légitimement) troublants se côtoient avec des points totalement farfelus.

N'offrez que des réponses de style "oui, non".

Ne cherchez pas à savoir si les sondés ont répondu (sur Internet) à des questions dont ils ignorent tout.

Ne cherchez pas à savoir si les sondés ont répondu n'importe quoi pour vous faire ch..., vous et vos sondages (pour info : moi j'aurais répondu n'importe quoi - NdA)

Rallongez la liste jusqu'à obtention de l'effet recherché.

Secouez le tout avec une méthodologie douteuse (1).

Combinez l'opération avec une campagne sur les fake news et servez le tout aux fake journalistes (2) habituels qui entreront en hystérie.

N'oubliez pas de remercier au passage IPSOS (des potes à Macron), la Fondation Jean-Jaurès (3) et l'inénarrable Conspiracy Watch (4) pour leur participation à l'instauration d'une « vérité officielle » (5), et ceci pour le plus grand bien de tous (évidemment).

A moins que vous ne pensiez que cela ne soit que pour le plus grand bien de certains. Mais pour cela, il faut avoir la fibre complotiste. Hum... Si j'en crois certains sondages, c'est probablement le cas.

Viktor DEDAJ
#balancetonfakesondage

(1) "Huit Français sur 10 complotistes" : pourquoi ce sondage est problématique -  marianne.net

(2) Le premier des « fake news », c'est le « fake news ».  legrandsoir.info

(3) Quand une respectable fondation prend le relais de la CIA  legrandsoir.info

(4) Déviances extrémistes et conspirationnistes chez les néoconservateurs de Conspiracy Watch  legrandsoir.info

Rudy Reichstadt : un opportuniste de la galaxie néo-conservatrice  legrandsoir.info

(5) Macron décodeur-en-chef  blog.mondediplo.net

 legrandsoir.info

 Ajouter un commentaire