Col de l'Echelle : une quarantaine de bénévoles convoqués pour « délit de solidarité »

10-01-2018 bastamag.net 6 min #136836

« Une démission de l'Etat, contraire à ses valeurs républicaines, à laquelle répond un formidable élan de solidarité citoyenne » : c'est ainsi qu'Eric Piolle, le maire de Grenoble, résume la situation depuis le col de l'Échelle, où il s'est rendu mardi et mercredi, accompagné d'autres élus locaux parmi lesquels le sénateur de l'Isère, Guillaume Gontard. Ce col des Hautes-Alpes est considéré comme le passage à ciel ouvert le plus bas des Alpes occidentales (1762 mètres d'altitude). Depuis quelques semaines, il fait la Une de l'actualité en raison de la hausse importante des migrants qui l'empruntent, et par le fort mouvement de soutien qui se manifeste face à la situation - à l'image de la cordée solidaire du 17 décembre dernier.

Sur le terrain, le collectif Tous Migrants a recensé plus de 1500 passages depuis qu'il a ouvert une structure d'hébergement d'urgence à Briançon, le 24 juillet 2017. « 416 arrivées en septembre 2017, 445 en octobre, 335 en novembre et 231 en décembre », détaille Michel Rousseau, l'un des membres fondateurs de ce mouvement lancé en septembre 2015 et structuré en association depuis le 1er janvier 2017. Un chiffre qui ne prend pas en compte tous ceux qui sont interpellés par les forces de l'ordre au cours de leur tentative, ni ceux qui ne s'arrêtent pas au centre d'hébergement.

« Il faut être un athlète pour entreprendre un tel parcours »

Sans reconnaissance légale, celui-ci est installé dans une ancienne caserne de CRS de secours en montagne, établissement mis à disposition par la communauté de commune. Il témoigne des besoins grandissants en matière d'accueil : « Les passages quotidiens ont commencé en novembre 2016, mais depuis mai 2017, on voit arriver 10 à 30 personnes par jour », poursuit Michel Rousseau. Ces chiffres et cette tendance d'ensemble sont ainsi confirmés par la préfecture des Hautes-Alpes, contactée par Bastamag : « En 2017, près de 1900 étrangers en situation irrégulière ont fait l'objet d'une non-admission à la frontière franco-italienne dans les Hautes-Alpes. En 2016, 315 personnes étaient concernées par ce type de mesure. C'est depuis l'été 2017 que la pression à la frontière est devenue plus intense. On peut légitimement penser que les franchissements irréguliers de la frontière en 2017 sont supérieurs à 1900, dans la mesure où nous ne pouvons comptabiliser que les personnes interpellées, et pas celles qui réussissent à passer en France. »

Après la vallée de la Roya et Vintimille au sud, le col de l'Échelle, qui permet de rejoindre Névache et la vallée de la Clarée en France depuis l'Italie, serait donc devenu le nouveau point chaud de la « crise migratoire » européenne. Sans que cela corresponde pour autant à un véritable déplacement des flux verd le nord : « Ceux qui tentent le passage ici ne sont pas représentatifs de la population de migrants en général, explique Michel Rousseau, qui en dresse le portrait détaillé. C'est une population jeune, de sexe masculin, principalement francophone - une majorité de Guinéens, notamment. Il faut de toute façon être un athlète pour entreprendre un tel parcours ».

300 personnes évacuées vers les urgences à cause du froid

Avec l'arrivée de l'hiver, les images nocturnes de ces migrants en sandales dans la neige ont fait le tour du monde, symboles des conditions extrêmes dans lesquelles sont entreprises ces traversées. Pour l'heure, aucun décès n'a été constaté sur place, « un petit miracle ». Mais ce sont plus de 300 personnes qui ont été évacuées vers les urgences de l'hôpital à leur arrivée à Briançon, selon les chiffres communiqués par Tous Migrants. Deux personnes ont du être amputées l'année dernière, victimes d'hypothermie, tandis que deux autres ont été grièvement blessés suite à une chute dans le ravin en tentant d'échapper à un contrôle policier, en août 2017.

Car dans le même temps, les forces de police ont renforcé localement leur dispositif. Police au frontière, gendarmes et militaires sont présents sur place : « il y a au moins 150 personnes mobilisées », estime Michel Rousseau, qui évoque sans détours une véritable « chasse aux migrants » depuis le printemps 2017. « Les effectifs locaux de la PAF à Montgenèvre et de la brigade de gendarmerie de Briançon positionnés à la frontière sont appuyés ponctuellement par des renforts de gendarmerie (une quinzaine actuellement) » indique ainsi le service de communication de la préfecture des Hautes-Alpes.

« Le président Macron doit cesser d'avoir peur »

Arrêtés dans leur expédition, les migrants interpellés seraient la plupart du temps remis en liberté un peu plus loin, côté italien. Une logique absurde : « Qui peut donc penser qu'ils vont rester dans le village italien alors qu'ils sont francophones et qu'ils ont traversé des milliers de kilomètres pour arriver là ? », pointe Eric Piolle, qui exhorte Emmanuel Macron « à adopter un regard humaniste et pragmatique car les exilés sont là. Le président doit cesser d'avoir peur : les murs ne seront jamais assez haut pour arrêter les hommes qui veulent vivre ».

Quand ce ne sont pas les journalistes qui sont visés, les bénévoles locaux, engagés notamment dans les maraudes de soutien, sont les autres victimes de ces contrôles : une quarantaine de personnes aurait ainsi déjà été convoquée au titre de l'article L. 622-1 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile, qui sanctionne l'aide à l'entrée, à la circulation et au séjour irréguliers d'un étranger en France - ce que l'on appelle plus communément le « délit de solidarité ». « Les bénévoles qui aident ne sont pas des délinquants, ce sont des héros » défend Eric Piolle. Une situation qui ne fait que confirmer le tour de vis anti-migratoire des politiques françaises en la matière, condamnées ce week-end pour « complicité de crime contre l'humanité » par le Tribunal permanent des peuples.

bastamag.net

 Commenter