La maison de retraite où vieux et jeunes sont écolos et heureux

09-01-2018 reporterre.net 6 min #136792

À Nancy, la maison de retraite Simon-Bénichou est un lieu ouvert sur son voisinage, où les pensionnaires vivent la fin de leur existence au contact notamment d'écoliers. L'établissement a pris un virage écolo. Reporterre vous le fait découvrir en photos.

  • Nancy (Meurthe-et-Moselle), reportage

Installé depuis 1852 en plein cœur de Nancy (Meurthe-et-Moselle), l'Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Simon-Bénichou, a pris un virage écologique en 2014.

Pouvant accueillir jusqu'à 67 résidents, il est tout sauf un lieu où les gens vivent en retrait. C'est un véritable lieu de vie avec une dimension écologique et citoyenne forte et originale.

La maison de retraite Simon-Bénichou est un lieu de passage et de rencontres où voisins du quartier, jeunes d'écoles proches, petits d'un multiaccueil et familles partagent des moments conviviaux, avec en toile de fond un respect fort de l'environnement.

Et bonne nouvelle : l'alternative ne coûte pas plus cher qu'ailleurs !

Quand on franchit le grand portail qui sépare la rue de la cour du bâtiment, ce que l'on voit d'abord, ce sont les lettres apposées au mur de l'établissement en vert sapin : « Maison de retraite. » Mais, on peut aussi être accueilli par les six poules qui occupent le poulailler installé dans la cour de l'Ehpad.

Six poules ont été accueillies en février 2015 dans le poulailler construit lors d'un chantier de réinsertion avec des jeunes d'un réseau éducatif spécialisé et ceux d'un club de prévention de l'agglomération nancéienne. Les œufs pondus (en moyenne, 4 à 6 œufs par jour) sont utilisés pour les repas dits « thérapeutiques » des résidents ou proposés à ceux qui le souhaitent (voisins, familles, bénévoles). Chaque semaine, une tombola des œufs est organisée. Le principe est simple : un résident pioche le nom d'un salarié, qui remporte six œufs.

Monsieur Cartret a son rituel : tous les jours, il vient donner à manger aux poules.

Les résidents de la maison de retraite viennent régulièrement se promener autour du poulailler. C'est un lieu de rencontres. Certains leur distribuent des restants de pain ou de gâteau.

Le vendredi, c'est « le Marché du Simon » : un maraîcher nous accueille avec son stand de fruits et légumes (de production locale). Les voisins viennent faire leur marché ainsi que les salariés, certains résidents et leurs familles. On peut aussi s'y procurer des produits issus de fermes bio de la région (fromages, viande, œufs...).

En janvier 2016, cinq personnes ont suivi au sein de l'Ephad une formation sur le compostage animée par un agent de la métropole du Grand Nancy : la directrice, Emmanuelle Dietsch ; l'animatrice Karine Bastien ; le cuisinier, Gabriel Guidé ; Marie-Hélène Pfund, une habitante du quartier et Denis Bression (sur la photo), un voisin très impliqué dans la vie de l'Ehpad. Ils sont référents du site de compostage partagé.

Une designer, Aliénor Morvan, a réalisé au printemps 2017 un site de compostage « Mote » (« matières organiques très expressives ») qui trône au fond du futur jardin partagé et thérapeutique. Tous les jours, des résidents déchiquettent des boîtes d'œufs offertes par un boulanger-pâtissier du quartier, pour servir de « structurant » et permettre le bon fonctionnement du compost. Celui-ci bénéficie à tout le voisinage qui, en 2017, est venu partager la « fête des voisins » sur la terrasse de l'Ehpad.

L'Ehpad place le lien humain au cœur de ses actions. Des élèves de deux écoles primaires du quartier et plus particulièrement une classe de l'école Marcel-Leroy viennent régulièrement rendre visite aux résidents pour partager leurs activités. Ici, les jeunes de l'école Marcel-Leroy déchiquettent des boîtes d'œufs pour le compost.

Invités pour la Chandeleur, les jeunes de l'école Marcel-Leroy préparent la pâte à crêpes, aidés des résidents. C'est le moment d'échanger des astuces culinaires.

À plusieurs reprises, les jeunes de l'école Marcel-Leroy sont venus à l'Ehpad participer à des ateliers artistiques : fabrication d'attrape-rêves, confection de théâtres de papier sur le thème du poulailler dans des cagettes en bois, marionnettes en forme de poule... L'atelier est animé par Karine Maincent, illustratrice de Nancy du studio Tokpa.

Les résidents de l'Ehpad ont aussi été invités à se rendre à l'école Marcel-Leroy pour partager un atelier artistique sur le thème des poules, et un repas.

Des ruches ont été installées en 2016. Deux apiculteurs viennent régulièrement surveiller et entretenir les essaims. Ce matin, l'apiculteur Hubert Durupt fait découvrir le travail des abeilles aux enfants et leur explique comment fonctionne une ruche.

En mai dernier, résidents de l'Ehpad et des jeunes de l'école Marcel-Leroy sont allés en bus braver la pluie pour visiter la ferme du Moulnot, à Crévic. Chez ce couple d'aviculteurs, résidents et enfants ont choisi deux poules, qui sont devenues des pensionnaires du poulailler citadin de l'Ehpad.

Source : Jessica Vuillaume pour Reporterre

Photos : © Jessica Vuillaume/Reporterre

 reporterre.net

 Ajouter un commentaire