Chișinău - Discours d'Alessandro Sansoni

04-01-2018 lesakerfrancophone.fr 8 min #136662

La mort progressive de l'Union européenne pourrait être le prélude à une nouvelle époque de guerres et de destructions.

Par Alessandro Sansoni − Le 14 décembre 2017

 Deuxième colloque de Chișinău (15-16 décembre 2017)

 flux.md 

Le premier fait pour commencer, si nous voulons raisonner sur le dépassement de l'actuel capitalisme financier, c'est qu'aujourd'hui la masse de l'économie financière virtuelle domine l'économie réelle, avec un ratio de plus de 9 contre 1. C'est-à-dire la production effective de la richesse produite par les êtres humains qui entreprennent, travaillent, produisent.

C'est une relation objectivement insoutenable : quelques centaines de milliers de personnes sur les plus de 7 milliards et demi qui habitent actuellement la planète, à travers des spéculations boursières et des opérations d'ingénierie financière, continuent de gagner et de déplacer une somme d'argent improbable chaque jour.

La spéculation financière qui parasite le travail, entrepreneurial ou dépendant, les peuples et les individus, est une pratique aussi ancienne que le monde, mais aujourd'hui seulement, grâce au potentiel offert par les technologies modernes, elle a atteint des proportions hors du commun.

Si, jusqu'à présent, ces activités, même inconvenantes, étaient non seulement physiologiques, mais surtout supportables, il est évident qu'à moyen terme, elles ne seront plus tolérées par l'économie réelle, qui ne nous apparaît plus comme un bœuf qui traîne une charrue ou une charrette parmi ses nombreuses difficultés, opprimé par des ravageurs qui l'asphyxient, mais plutôt comme la carcasse d'une charogne sur laquelle des essaims de guêpes essaient d'aspirer le peu de sang encore disponible.

La crise économique structurelle et prolongée que connaissent l'Europe et, en général, le monde occidental, en témoigne. Cette situation dure depuis plusieurs années et ne montre aucun signe d'arrêt.

En particulier, c'est avant tout la classe moyenne, composée d'employés des services publics, de salariés, de paysans, de professionnels, de travailleurs indépendants, de petits et moyens entrepreneurs, etc., qui souffre de la crise. Elle s'amenuise de plus en plus, perdant toute possibilité de continuer à garder espoir pour les générations futures de conserver toute forme de mobilité sociale, sinon sous forme de régression. Avec la liquéfaction progressive de la classe moyenne, c'est la démocratie elle-même et, en même temps, l'État moderne qui sont dissous tel que nous les connaissons depuis 200 ans.

Parallèlement à la financiarisation de l'économie, la globalisation s'est poursuivie à marche forcée, avec pour corollaire le démantèlement des identités ethniques et culturelles. Pendant des décennies, la « pensée unique » globaliste a voulu nous faire croire que c'était un processus naturel et irréversible, fruit du progrès spontané de l'espèce humaine.

Aujourd'hui nous savons, au contraire, que la globalisation a été un mécanisme désiré et produit politiquement et économiquement, déclenché par des accords au niveau international tels que la création de l'OMC, visant à soutenir le développement imparable de la financiarisation de l'économie, à mettre en œuvre sur la tête et sur la peau des peuples et de leurs intérêts.

Pourtant, le diable fait les pots mais pas les couvercles.

[Proverbe italien : « La vérité prévaudra. Si vous ne mentez pas, les bonnes personnes le découvriront tôt ou tard, comme si vous cuisiniez dans un pot sans couvercle, les gens verront ce que vous cuisinez. » NdT]

Malgré la classe politique des pays occidentaux, mais pas seulement, c'est aujourd'hui la dépendance complète, non seulement économique, mais même culturelle, de la logique de la finance, l'insoutenabilité à long terme d'une telle situation qui produit des anticorps sociaux, politiques et culturels. Cela peut, non sans en payer un prix salé, nous conduire à une nouvelle époque.

Si les processus de la mondialisation, en particulier ceux définis territorialement comme l'Union européenne ou l'ALENA, ainsi que les autres d'une dimension planétaire, comme l'OMC mentionné ci-dessus, ont conduit à la désintégration des États-nations. C'est le cas à la fois dans leurs compétences d'intervention sociale, tant dans leur exercice de ces prérogatives souveraines (monétaire, territoriale, culturelle etc.) qui leur étaient consubstantielles. Cela a déclenché une réaction, et à certains égards même cela a été favorisé par les champions de la globalisation. Cette situation est caractérisée par l'émergence de soi-disant « petites patries », ancrées dans un héritage historique ancien. Mais en fait la désintégration des équipes nationales (voir par exemple l'explosion de la Yougoslavie, le retour en force de la dichotomie Nord / Sud en Italie, le mouvement indépendantiste écossais, la question actuelle catalane, etc.), nous montrent que maintenant ce qui pourrait être la voie alternative pour aller de l'avant, dans la conscience de l'absurdité abstraite de la synthèse « glockale » du politiquement correct, qui inévitablement revient à cette dialectique irrémédiable entre global et local.

L'hypothèse est que dans les années à venir l'inquiétude des peuples de revenir à ce qui est certain et bien défini et limité et, par conséquent, contrôlable, peut indiquer le chemin des nouvelles élites d'extraction authentiquement populaire pour soustraire le peuple de l'oppression de la finance mondialiste. Un espoir, c'est vrai, mais c'est possible de cultiver de manière réaliste sur la base de la conscience que l'Histoire ne s'arrête jamais, même lorsque les penseurs radicaux ou néocon en annoncent « la fin ».

Le retour à l'économie réelle et à ses mécanismes régulateurs fondamentaux ne signifie pas la fin des bourses et des spéculations et la mise en place d'un monde idyllique sans injustices sociales. Au contraire, cela signifie la reconquête au prix fort d'un univers plus humain, mais aussi doté de perspective et de concrétude, que la richesse virtuelle actuelle ne peut garantir à long terme.

Pour le prouver, il y a un autre fait historique qui marque la figure de ces années que nous vivons : l'effondrement du rêve européen. Plus précisément : la fin de ce projet de construction de l'unité du continent européen sur une base économique et monétaire.

Un projet qui s'effondre face à l'évidence qui nous dit qu'il n'est pas possible de séparer les raisons et les domaines d'action du soi-disant « marché » des « actions politiques » plus globales.

La construction d'une « puissance européenne » différente des puissances classiques, indépendamment de la force militaire et politique parce qu'elle concentre tout sur l'économique (idée surtout cultivée par les classes dirigeantes allemandes, mais pas seulement) s'est révélée irréalisable, en même temps qu'il n'était pas possible d'imposer l'euro comme monnaie de réserve mondiale au lieu du dollar, avec les seules armes mises à disposition par la Banque centrale européenne et la technocratie bruxelloise. C'est une tentative qui a fini par faire de l'Union européenne quelque chose comme un nouveau dieu Chronos dévorant ses enfants (les pays méditerranéens étranglés par la dette publique et une monnaie trop lourde pour assurer la compétitivité de leurs économies), assiégé par la masse de liquidité pompée par la Réserve Fédérale à travers le Quantitative Easing et par les masses de réfugiés induits qui affluent vers le Vieux Continent.

Par inertie, les seigneurs de Bruxelles se font des illusions sur leur pouvoir à aller de l'avant, mais les victoires des mouvements populistes, même lorsqu'ils n'ont pas réussi à prendre la tête des gouvernements, ont d'ailleurs déjà imposé un changement de cap.

Le dollar reste la monnaie de réserve mondiale, mais entre-temps les raisons de la géopolitique sont revenues sur la scène internationale, qui déterminent, bien que non sciemment, le présent de la politique américaine, anglaise, russe, arabe et chinoise et, avec plaisir ou non, de l'Europe même qui cherche à travers « la double vitesse » et la « coopération renforcée » à se recentrer sur un profil et des hypothèses de travail sur le long terme.

Il n'est pas dit que l'Europe peut le faire. Sur ce point, il faut être moins optimiste sur la perspective d'un retour à l'économie réelle. La mort progressive de l'Union européenne pourrait être le prélude à une nouvelle époque de guerres et de destruction.

À cet égard, seule la construction d'une nouvelle classe dirigeante européenne, ancrée dans ses appartenances ethniques et spirituelles, mais profondément convaincue de la nécessité de construire un monde multipolaire, cherchant sans cesse à rechercher un équilibre basé sur la négociation, pourrait s'avérer décisive pour la réalisation de cet objectif empirique et non théorique, ou idéologique, qui, avec le dépassement du turbo-capitalisme financier vise à construire, grâce aux enseignements de la géopolitique, l'ordre et la paix.

Alessandro Sansoni

Membre de l'ordre national des journalistes italiens

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire