Iran - Des manifestations à motif économique sont récupérées par des agents du changement de régime

31/12/2017 25 articles 15 min arretsurinfo.ch #136576

Par Moon of Alabama

Publié le 29 décembre 2017 sous le titre Iran - Regime Change Agents Hijack Economic Protests

Hier et aujourd'hui, il y a eu des petites manifestations en Iran. Elles constituent probablement la première étape d'une vaste opération de « changement de régime » menée par les États-Unis et Israël avec l'aide d'un groupe terroriste iranien.

Plus tôt dans le mois, la Maison-Blanche et les Sionistes se sont préparés à attaquer à nouveau l'Iran:

Une délégation conduite par le Conseiller israélien pour la sécurité nationale a rencontré de hauts responsables américains à la Maison-Blanche au début du mois pour discuter d'une stratégie visant à contrer l'agression de l'Iran au Moyen-Orient, a confirmé un haut responsable américain à Haaretz.

Un autre rapport sur la réunion cite des responsables israéliens :

« Les États-Unis et Israël voient du même œil les différents développements dans la région et en particulier ceux qui sont liés à l'Iran. Nous sommes parvenus à un accord sur la stratégie et la politique nécessaires pour contrer l'Iran. Nos accords portent sur la stratégie globale, mais aussi sur les objectifs concrets, la manière d'agir et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre ces objectifs. »

Ceci est probablement le résultat de cette réunion:

Jeudi, des centaines de personnes sont descendues dans les rues de Mashad, la deuxième plus grande ville iranienne, pour protester contre les prix élevés et scander des slogans contre le gouvernement.

Des vidéos diffusées sur les médias sociaux ont montré des manifestants à Mashad, au nord-ouest de l'Iran, un des endroits les plus sacrés de l'islam chiite, qui scandaient « mort au président Hassan Rouhani » et « mort au dictateur ».

L'agence de presse semi-officielle ILNA et les médias sociaux ont fait état de manifestations dans d'autres villes de la province de Razavi Khorasan, dont Neyshabour et le Cachemire.

Une vidéo de la manifestation de Mashad montrait une cinquantaine de personnes scandant des slogans entourées d'encore plus de gens qui les regardaient.

Les protestations contre les politiques économiques (néo-)libérales du gouvernement Rohani en Iran sont justifiées. Le taux de chômage officiel en Iran est supérieur à 12% et il n'y a pratiquement pas de croissance économique. Les gens dans la rue ne sont pas les seuls insatisfaits:

Le leader suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei, qui a critiqué à maintes reprises le bilan économique du gouvernement iranien, a déclaré mercredi que la nation se débattait contre « les prix élevés, l'inflation et la récession », et a demandé aux responsables de s'attaquer résolument à ces problèmes.

Jeudi et aujourd'hui, les slogans de certains manifestants sont passés de l'appel à résoudre les problèmes économiques à un appel au changement de régime.

A mon avis, ce sont toujours les mêmes qui sont derrière ces protestations. Notez qu'elles ont commencé dans plusieurs villes en même temps. Ce n'était pas un soulèvement local spontané dans un endroit donné, non, il y avait une certaine forme de coordination.

Et puis il y a ceci:

21:38 - 28 déc 2017 de Rome, Latium:i]

On rapporte que les signaux des réseaux internationaux de télévision par satellite sont brouillés dans les grandes villes d'Iran. Ce pourrait être le signe que le régime craint la propagation des manifestations d'aujourd'hui.

:twitter]

Une recherche dans différentes langues prouve qu'il n'y a eu aucun « rapport » de ce genre. Carl Bildt est un ancien premier ministre suédois. Il a été recruté en 1973 comme informateur de la CIA et, depuis, il travaille à plein temps pour le compte des Américains. Il a été impliqué dans le coup d'État en Ukraine et a tenté d'en tirer un profit personnel.

La seule réponse au tweet de Bildt a été d'un celle d'un certain Riyad Swed - @SwedRiyad qui a posté plusieurs vidéos de manifestations dont une montre des voitures de police en feu.

Je ne suis pas sûr que la vidéo soit authentique. Le compte est un peu bizarre (actif depuis septembre 2016, 655 tweets mais seulement 32 followers?).

Pas plus tard qu'hier, une conférence au Chaos Communication Congress des « hackers » portait sur les services secrets du Government Communications Headquarters* (GCHQ) britannique et ses faux comptes Twitter et Facebook. Ils servent à obtenir des renseignements et à mener des opérations de « changement de régime ». Dans les pages 14 à 18 du rapport (11:20 min) il y a des extraits de documents du GCHQ qui mentionnent l'Iran comme l'une des cibles. L'orateur mentionne notamment un compte du GCHQ « @2009Iranfree » qui a été utilisé pour susciter des protestations en Iran après la réélection du Président Ahmedinejad.

Aujourd'hui, vendredi, qui est le jour de congé hebdomadaire en Iran, plusieurs autres manifestations ont eu lieu dans d'autres villes. Selon un rapport de Reuters aujourd'hui:

Environ 300 manifestants se sont rassemblés à Kermanshah après ce que Fars a appelé un « appel de la contre-révolution » et ont crié « Les prisonniers politiques doivent être libérés » et « la liberté ou la mort », tout en détruisant des biens publics. Fars ne nomme aucun groupe d'opposition. [..].

Les images, qui n'ont pas pu être vérifiées, montrent des manifestations dans d'autres villes, y compris Sari et Rasht au nord, Qom au sud de Téhéran et Hamadan à l'ouest.

Mohsen Nasj Hamadani, le chef adjoint de la sécurité de la province de Téhéran, a déclaré qu'une cinquantaine de personnes s'étaient rassemblées sur une place de Téhéran et qu'elles étaient pour la plupart parties à la demande de la police, sauf quelques unes qui avaient refusé et qui ont été « détenues temporairement », selon l'agence de presse ILNA.

Certaines de ces manifestations ont de véritables raisons économiques, mais elles sont récupérées par d'autres intérêts:

Dans la ville centrale d'Isfahan, un habitant a déclaré que les manifestants avaient participé à une manifestation organisée par des ouvriers d'usine réclamant des arriérés de salaires.

« Les slogans sont rapidement passés de demandes économiques à des slogans contre le Président Hassan Rouhani et le Guide suprême (Ayatollah Ali Khamenei), a déclaré l'habitant au téléphone. [..].

Les protestations purement politiques sont rares en Iran (...) mais les travailleurs manifestent souvent pour protester contre des licenciements ou le non-paiement de salaires et des personnes qui détiennent des dépôts dans des institutions financières non réglementées et en faillite. [..].

[Alamolhoda, le représentant de l'Ayatollah Khamenei au nord-est de Mashhad, a déclaré que quelques personnes avaient profité des protestations de jeudi contre la hausse des prix pour scander des slogans contre le rôle de l'Iran dans les conflits régionaux...].

« Des gens étaient venus exprimer leurs revendications, mais soudainement, dans une foule de quelques centaines de personnes, un petit groupe qui ne dépassait pas 50 personnes a crié des slogans aberrants et horribles tels que « Laissez tomber la Palestine », « Pas pour Gaza, pas pour le Liban, je donnerai ma vie (seulement) pour l'Iran », a dit Alamolhoda.

Deux vidéos postées par la BBC Perse, et d'autres que j'ai vues, montrent seulement de petits groupes de protestataires actifs d'une douzaine de personnes, entourés de beaucoup de gens qui regardent ou filment ceux qui scandent des slogans.

Les vidéos publiées par le groupe terroriste Mujahedin-e Khalq[MEK], 1 , 2 , 3 , 4 , 5 , montrent également de petites manifestations bien que le groupe MEK affirme que des dizaines de milliers de personnes scandent « mort au dictateur  ». Le groupe MEK, ou son organisation « civile » le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), semble être le plus impliqué dans les manifestations actuelles. Son site Web regorge d'article sur les protestations, et son responsable a publié une déclaration de soutien:

Mme Maryam Radjavi, Présidente élue de la Résistance iranienne, a salué le peuple héroïque de Kermanshah et d'autres villes qui s'est levé aujourd'hui en scandant « mort ou liberté », « mort à Rouhani », « mort au dictateur » et « les prisonniers politiques doivent être libérés », et a protesté contre les prix élevés, la pauvreté et la corruption.

Elle a déclaré: « Hier, Machhad, aujourd'hui Kermanshah, et demain partout en Iran; ce soulèvement sonne l'appel au renversement de la dictature totalement corrompue des mollahs, et annonce l'avènement de la démocratie, de la justice et de la souveraineté populaire.

La rapidité de l'implication de la MEK - son premier article a été publié hier à 10h26 - est extrêmement suspecte.

En 2012, on a rapporté qu'Israël avait utilisé l'organisation terroriste MEK pour assassiner des scientifiques nucléaires en Iran:

Jeudi, des responsables américains s'adressant à NBC news ont affirmé jeudi que les agents du Mossad formaient des membres du groupe terroriste dissident les Moudjahidines du peuple iranien dans le but d'assassiner des scientifiques iraniens du nucléaire, ajoutant que l'administration du président américain Barack Obama était au courant de l'opération, mais n'avait aucun lien direct avec eux.

Les responsables américains auraient confirmé le lien entre Israël et les Moudjahidines du peuple iranien (MEK) en disant: « Toutes vos suppositions sont correctes. »

En octobre, un document de l'Institut CATO a analysé (et rejeté) plusieurs options concernant ce que les États-Unis devaient faire avec l'Iran. Sous l'option trois : « Changement de régime de l'intérieur », il était écrit :

Dans cette approche, les États-Unis exerceraient des pressions sur le régime iranien et appuieraient en même temps les groupes qui s'y opposent - que ce soit le Conseil national extrémiste de la Résistance iranienne (CNRI) en exil, les factions pro-démocratie de la Révolution verte ou les minorités ethniques d'Iran -, une stratégie que ses adeptes comparent souvent au soutien de Reagan aux groupes de la société civile d'Union soviétique. [..].

Mark Dubowitz, de la Fondation pour la défense des démocraties, un partisan de la « démocratisation par la force », a exhorté le président Trump à « poursuivre l'offensive contre le régime iranien » en « affaiblissant les finances du régime iranien » par des « sanctions économiques massives », tout en « sapant les dirigeants iraniens en renforçant les forces pro-démocratiques » à l'intérieur de l'Iran. Cette option semble gagner du terrain dans la vision de la politique iranienne de l'administration Trump et a reçu le soutien officiel de Tillerson. Mike Pompeo, directeur de la CIA, soutenait également cette approche quand il était au Congrès.

Le MEK/CNRI a indiqué que le sénateur Tom Cotton, qui remplacera probablement Pompeo, le chef de la CIA, lorsque ce dernier partira au département d'État, a publié une déclaration de soutien aux manifestants.

La Maison-Blanche et le régime de Netanyahou se sont mis d'accord sur une stratégie contre l'Iran. Les principaux membres de l'administration Trump sont en faveur d'un « changement de régime » par des « forces pro-démocratie » en Iran. Quelques semaines après la finalisation de l'accord, des manifestations économiques coordonnées commencent en Iran, rapidement détournées par de petits groupes très actifs de changeurs de régime. Un groupe de terroristes iraniens en exil, bien connu pour sa collaboration meurtrière avec des espions israéliens ainsi que pour ses cellules d'opérations en Iran, est tout de suite très engagé dans le mouvement de protestation.

Si c'est comme je le pense, une opération de « changement de régime », les protestations vont bientôt s'amplifier. Quand les gens ont besoin d'argent, quelques milliers de dollars suffisent pour fabriquer une grande foule. De petits groupes d'émeutiers se cacheront au milieu des manifestants sans doute sincères. Les médias « occidentaux » vont se livrer à leurs habituels commentaires inquiets de pseudo-humanistes libéraux. Lorsque la police iranienne tentera d'arrêter ces émeutiers, les médias crieront d'un seul homme « brutalités policières ». On fabriquera un « martyr » et on en fera une icône. On colportera des rumeurs de censure et de répression (comme Carl Bildt ci-dessus), les fausses nouvelles se multiplieront, il y aura tout à coup des centaines de faux comptes Twitter et Facebook « iraniens » qui rendront compte des événements sur le « terrain » de leurs bureaux de Langley.

Pour les politiciens et les policiers iraniens, la question est délicate. Les protestations économiques sont clairement justifiées, même Khameni le dit. Mais les émeutes dans les rues doivent être réprimées avant qu'elles ne s'intensifient et ne deviennent incontrôlables. Les armes dans les manifestations pourraient bientôt devenir un problème. Le Mossad et la MEK n'ont pas peur de tuer des gens au hasard.

Mais la République islamique d'Iran bénéficie du véritable soutien d'une grande partie de la société. Il y a de grandes organisations civiles qui appuient le gouvernement, non pas sur toutes les questions, mais d'une façon générale. La plupart des Iraniens sont des nationalistes fiers et ils seront difficiles à diviser. S'il s'agit bien de la tentative de « changement de régime » que j'imagine, je crois qu'elle échouera.

Moon of Alabama

* Quartier général des communications du gouvernement

[http://www.moonofalabama.org/2017/12/iran-regime-change-agents-hijack-economic-protests-.html#more§Orginal: moonofalabama.org]

Traduction : Dominique Muselet

Source:Arret sur info

arretsurinfo.ch

newsnet 17/12/31 02:43

il est clair que les provocations orales auraient pour effet une telle guerre de cinquième génération

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique
31/12/2017 8 min #136579

Trump met encore une fois en garde l'Iran : «Les régimes oppresseurs ne peuvent perdurer à jamais»

© Jonathan Ernst

Dans un tweet du 30 décembre, citant un passage de son allocution à l'ONU de septembre, le président américain a associé la République islamique d'Iran à un «régime oppresseur» et sous-entend qu'elle pourrait ne pas exister indéfiniment.

«Les régimes oppresseurs ne peuvent perdurer à jamais et le jour viendra où le peuple iranien fera face à un choix. Le monde regarde !», a lancé le président des Etats-Unis, Donald Trump, dans un tweet du 30 décembre.

Murs 01/01/2018 3 min #136597

Un ministre israélien encourage les manifestations en Iran, mais dément toute ingérence

© GALI TIBBON / POOL / AFP

Se félicitant des protestations qui secouent l'Iran depuis plusieurs jours, le ministre des Renseignements d'Israël a balayé les accusations d'un responsable iranien selon qui des «agents étrangers» participaient aux troubles.

Le 1er janvier, Yisrael Katz, ministre israélien des Renseignements, a adressé ses encouragements aux manifestations anti-gouvernementales contre les difficultés économiques en Iran.

War 02/01/2018 15 min #136602

Iran - Le rapide soutien des États-Unis aux émeutiers laisse deviner un plan plus vaste

02/01/2018 2 min #136608

Extension des manifestations dans un tiers de l'Iran

Les manifestations contre le chômage qui ont secoué le Korassan, le 28 décembre 2017 [1 ], se sont étendues le lendemain au Nord et à l'Ouest du pays.

52 personnes, accusées d'avoir scandé « Mort au dictateur ! » ont été arrêtées à Mecchad où la police avait, dans un premier temps, fraternisé avec les protestataires.

À Kermanshah (près de la frontière iraquienne), de nouveaux slogans sont apparus : « Le Peuple mendie, le clergé agit comme Dieu », « Liberté pour les prisonniers politiques » et « La liberté ou la mort ».

documentaires 02/01/2018 17 min #136613

Iran - Le soutien des États-Unis aux émeutiers laisse deviner un plan

Par B.
Paru sur Moon of Alabama sous le titre Iran - Early U.S. Support For Rioters Hints At A Larger Plan, Arrêt sur Info pour la version française, sous le titre Iran - Le rapide soutien des États-Unis aux émeutiers laisse deviner un plan plus vaste

documentaires 02/01/2018 2 min #136621

Israël et l'Iran exploitent ensemble le pipeline Eilat-Ashkelon

En 1968, période durant laquelle Israël et la monarchie impériale iranienne entretenaient d'excellents rapports, les deux pays créèrent une société commune pour gérer le pipeline Eilat-Ashkelon, l'EAPC.

Après le renversement du Shah et l'instauration de la République islamique, le pipeline aurait été nationalisé par Israël. En 2015, un tribunal suisse fixa à 1,1 milliard de dollars la compensation due par Israël à l'Iran.

documentaires 02/01/2018 17 min #136622

Notes sur l'Iran et l'apocalypse Usa-2018

02 janvier 2018 - Nous n'avons pas eu beaucoup à attendre : le passage à l'an nouveau a transformé des protestations classiques en une crise qui peut devenir importante, grave, explosive, etc. Les évènements en Iran sont la première préoccupation nouvelle de 2018, la première situation crisique majeure, comme si le cours des évènements tenait à entretenir un rythme étourdissant dans le moteur de la dynamique de surpuissance de déstructuration/dissolution du Système.

Murs 02/01/2018 4 min #136623

Ahed Tamimi maintenue en prison : mobilisation générale pour sa libération

Alors qu'Israël annonçait lundi le maintien en prison d'Ahed Tamimi, la mobilisation pour la libération de la jeune résistante et de tous les enfants palestiniens s'étend dans le monde entier, la pétition lancée sur le seul site Avaaz ayant, pour ne donner qu'un seul exemple, dépassé les 250.000 signatures en moins de 48 heures.

Les procureurs de l'armée israélienne, dont la seule ligne de conduite est de "frapper encore plus fort quand la force ne suffit pas", ont fait comparaître Ahed lundi matin devant la cour militaire d'Ofer, en Cisjordanie.

Murs 04/01/2018 5 min #136652

Dissidents en Iran, et en Palestine : cherchez l'erreur

Gideon Levy جدعون ليفي גדעון לוי

Pourquoi les Palestiniens qui participent à des manifestations hebdomadaires le long de la clôture frontalière sont-ils moins courageux ou ont-ils moins de justifications que les manifestants iraniens ?

documentaires 05/01/2018 6 min #136668

Iran : et si on oubliait la religion

L'Iran est une théocratie, c'est connu, c'est un pays dont la culture est millénaire, nous le savons aussi. Tout comme nous savons que le pouvoir en place fait partie des dictatures les plus violentes de ce millénaire. J'ai vécu en Iran à l'époque du Shah. C'était alors un pays laïc et influent, ouvert sur l'Occident. C'était également une dictature qui réprimait avec brutalité toute manifestation populaire.

documentaires 05/01/2018 7 min #136677

Pas de « regime change » à Téhéran

Donald Trump a beau assurer que "l'Iran échoue à tous les niveaux", que "le grand peuple iranien est réprimé depuis des années", qu'il a "faim de nourriture et de liberté", qu'il est "temps que ça change" et qu'il "soutiendra le peuple iranien le moment venu", c'est peine perdue. Ces proclamations grandiloquentes n'auront aucun effet sur le cours des choses. Déchaîné contre Téhéran, Washington veut saisir le conseil de sécurité.

05/01/2018 9 min #136689

Iran - L'Europe rejette le bellicisme des Etats-Unis

Publié le 4 janvier par Moon of Alabama sous le titre Iran - Europe Rejects U.S. Drive To War]

La manière dont les États-Unis et l'Europe ont réagi aux modestes manifestations en Iran témoigne d'un nouveau clivage entre eux. Ces réactions mettent en lumière la belligérance du lobby sioniste et son influence sur les médias et la politique américaine.

documentaires 06/01/2018 5 min #136692

Pourquoi il n'y aura pas de révolution en Iran

Le président iranien Hassan Rouhani a fait ce qu'il fallait faire à la télévision et a au moins reconnu la colère populaire face à une période économique difficile. L'inflation est élevée, à 12%, mais elle est en baisse de 40% par rapport au début du premier mandat de Rouhani. Et la récente augmentation jusqu'à 40% des prix des carburants et des aliments n'a guère aidé.

documentaires 06/01/2018 9 min #136702

Anatomie de l'hypothèse Cia en Iran

L'historien libertarien Michael S. Rozeff décrit dans un texte détaillé, s'appuyant notamment sur les déclarations du Procureur Général iranien Mohammad Jafar Montazeri le 4 janvier, la possibilité, ou plutôt la probabilité selon lui, de l'intervention de groupes subversifs du bloc-BAO dans les manifestations contre le régime en Iran. La CIA est mise en cause directement par Montazeri, d'une façon détaillée que Rozeff juge "extraordinaire".

06/01/2018 5 min #136710

«C'est à l'Iran de régler ses propres problèmes» : Moscou s'oppose aux Usa au Conseil de sécurité

© Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA Source: AFP

En convoquant une réunion sur les manifestations en Iran, les Etats-Unis outrepassent les prérogatives du Conseil de sécurité de l'ONU selon Moscou, qui dénonce une ingérence dans les affaires iraniennes.

La Russie et les Etats-Unis ont affiché le 5 janvier des divisions profondes sur l'Iran, lors d'une réunion controversée du Conseil de sécurité de l'ONU, consacrée à ce pays où les manifestations en soutien du gouvernement ont succédé aux mouvements de protestation, qui avaient fait 21 morts.

documentaires 07/01/2018 24 min #136738

Notes sur l'Iran, la Cia, l'Onu et Macron

07 janvier 2018 - Les remous en Iran à la fin 2017-début 2018, - on ne peut parler de "crise" pour l'instant, - ont débuté dans la discrétion ; puis ont donné lieu à une grande agitation indignée essentiellement de la part des USA bien entendu ; puis à une réunion "d'urgence" du Conseil de Sécurité à la demande, toujours, des USA pour "condamner" l'Iran, qui s'est révélée comme un remarquable "flop" (pour les USA), et où on a remarqué la position de la France qui a pris nettement ses distances vis-à-vis du comportement US.

08/01/2018 10 min #136774

Iran - L'Europe rejette le bellicisme étasunien

Moon of Alabama

Par Moon of Alabama - Le 4 janvier 2018

La manière dont les États-Unis et l'Europe ont réagi aux modestes manifestations en Iran témoigne d'un nouveau clivage entre eux. Ces réactions mettent en lumière la belligérance du lobby sioniste et son influence sur les médias et la politique américaine. Cette question est un révélateur du fossé qui se creuse entre les intérêts bien compris des États-Unis et ceux d'Israël.

09/01/2018 #136783

Que se passe-t-il en Iran ?

Nous avons publié hier, en français et dans trois autres langues, que le président Hassan Rohani avait ordonné d'arrêter son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad ainsi que le fils de seyyed Ebrahim Raïssi. Deux heures plus tard, nous avons été informés par un média iranien que l'avocat de l'ancien président démentait l'information concernant son client.

Nous avons alors retiré notre brève de notre site.

USA 10/01/2018 15 min #136832

Des vétérans du renseignement rappellent à Trump que l'Iran n'est pas le « principal parrain du terrorisme »

Par Veteran Intelligence Professionals for Sanity - Le 21 décembre 2017 - Source Consortium News

images.duckduckgo.com

Le fameux groupe d'anciens membres du renseignement étasunien exhorte le président Trump à mettre fin aux fausses déclarations de son gouvernement disant que l'Iran serait le principal État à parrainer le terrorisme, alors qu'en réalité ce sont des alliés américains comme l'Arabie saoudite qui en sont nettement plus coupables.