Quand John Mearsheimer évaluait la puissance sino-russe et le déclin occidental

10-12-2017 lesakerfrancophone.fr 9 min #136003

« Poutine est un stratège de première classe qui devrait être craint et respecté par quiconque le défie sur la politique étrangère. » - John Mearsheimer

Par  Nicolas Bonnal - Le 24 novembre 2014 - Source  Pravda Report

Parfois, la vérité peut émerger malgré les médias, même en Amérique. Comme nous le savons, 60% des Américains et 90% des forces militaires américaines s'opposent à la diplomatie de Barack Obama.

Note de l'auteur J'ai publié ce texte en russe et en anglais dans Pravdareport.com en 2014. Même traduit par Google, il n'y a pas une ligne à changer, car Mearsheimer devinait déjà, contre la pensée mainstream des néocons et des médias ahuris, que l'Occident était en bout de course.

John Mearsheimer, un ancien officier de l'US Air Force, qui s'avère être un réaliste politique dans la stratégie globale, a écrit il y a quelques années un livre sur le lobby israélien à Washington, un lobby connu pour son bellicisme (même si Israël préfère en général respecter Poutine et la Russie, laissant à la presse occidentale le soin de les insulter). Universitaire prestigieux et controversé dans son pays,  M. Mearsheimer a encore ces jours-ci contesté les normes politiques occidentales par un article publié dans la célèbre revue Foreign Affairs. Il comprend clairement l'attitude de Vladimir Poutine et blâme les États-Unis et la colonie européenne pour la situation en Ukraine et en Europe de l'Est :

« Mais ce compte est faux : les États-Unis et leurs alliés européens partagent la plus grande partie de la responsabilité de la crise. Le pivot de la crise est l'élargissement de l'OTAN, l'élément central d'une stratégie plus large visant à sortir l'Ukraine de l'orbite russe et à l'intégrer dans l'Ouest. »

Puis John Mearsheimer explique combien gnostique est la vision occidentale du monde et de la diplomatie. Il utilise même le terme « élites » :

« Les élites aux États-Unis et en Europe n'ont été prises au dépourvu par les événements que parce qu'elles souscrivent à une vision erronée de la politique internationale. Elles ont tendance à croire que la logique du réalisme a peu d'importance au XXI e siècle et que l'Europe peut être gardée entière et libre sur la base de principes libéraux comme la primauté du droit, l'interdépendance économique et la démocratie. »

M. Mearsheimer nous rappelle que la Russie n'était pas hostile à l'OTAN au début des années 1990, mais qu'elle dut bientôt changer d'humeur :

« Alors que la guerre froide s'achevait, les dirigeants soviétiques préféraient que les forces américaines restent en Europe et que l'OTAN reste intacte, un arrangement qui, selon eux, permettrait de pacifier une Allemagne réunifiée. »

Lors du bombardement de l'OTAN en 1995 contre les Serbes de Bosnie, par exemple, le président russe Boris Eltsine a déclaré : « C'est le premier signe de ce qui pourrait arriver lorsque l'OTAN atteindra les frontières de la Fédération de Russie (...) La flamme de la guerre pourrait éclater dans toute l'Europe. »

À propos du coup d'État en Ukraine, il nous rappelle sa préparation dans les faits suivants que nos lecteurs connaissaient depuis le début :

« Victoria Nuland, secrétaire d'État adjointe américaine aux affaires européennes et eurasiennes, a estimé en décembre 2013 que les États-Unis avaient investi plus de 5 milliards de dollars depuis 1991 pour aider l'Ukraine à réaliser « l'avenir qu'elle mérite ». Dans le cadre de cet effort, le gouvernement américain a financé le National Endowment for Democracy. »

M. Mearsheimer reconnaît la vérité sur le gouvernement ukrainien actuel :

« Le nouveau gouvernement de Kiev était essentiellement pro-occidental et antirusse, et il comptait quatre membres de haut rang qui pouvaient légitimement être qualifiés de néo-fascistes. »

M. Mearsheimer ne blâme pas les néocons (Kagan et son école) pour le désordre actuel mais les libéraux, un vieux terme pour désigner des idéalistes, des socialistes et des gauchistes à Washington. La gauche américaine est dangereuse depuis un siècle et partout (Woodrow Wilson, Franklin Delano Roosevelt - qui a ouvert la voie à la guerre en Europe - Lyndon B. Johnson, Truman, Clinton et ainsi de suite) :

« D'autre part, la plupart des libéraux étaient favorables à l'élargissement, y compris de nombreux membres clés de l'administration Clinton. Ils croyaient que la fin de la guerre froide avait fondamentalement transformé la politique internationale et qu'un nouvel ordre post-national avait remplacé la logique réaliste qui régissait l'Europe. »

Il tente ensuite de nous expliquer le sens profond et quelque peu infantile de la Weltanschauung (vision du monde) libérale :

« La vision libérale du monde est maintenant un dogme accepté parmi les responsables américains. En mars, par exemple, le président Barack Obama a prononcé un discours sur l'Ukraine dans lequel il parlait à plusieurs reprises des 'idéaux' qui motivent la politique occidentale et comment ces idéaux 'ont souvent été menacés par une vision plus traditionnelle du pouvoir'. »

M. Mearsheimer oublie l'idéalisme de Wilson et autres « croisades pour la démocratie ». Il blâme aussi - après votre serviteur - le rôle des émigrés européens (comme les chefs d'État baltes et notre nutty professeur Zbigniew Brzezinski) :

« La plupart des émigrés d'Europe de l'Est aux États-Unis et leurs proches, par exemple, ont fortement soutenu l'expansion, parce qu'ils voulaient que l'OTAN protège des pays comme la Hongrie et la Pologne. »

Entre les lignes, il blâme beaucoup l'administration Clinton et il désigne clairement Madeleine Albright (qui est née en Europe aussi) comme responsable de la catastrophe actuelle.

« Les États-Unis n'étaient pas seulement la 'nation indispensable', comme l'a dit la secrétaire d'État Madeleine Albright ; c'était aussi un hégémon bénin et donc peu susceptible d'être considéré comme une menace à Moscou. Le but, en substance, était de faire ressembler le continent entier à l'Europe occidentale. »

Au contraire, M. Mearsheimer nous rappelle la figure très respectée de George Kennan, qui s'est opposé à toute extension de l'OTAN :

« Le diplomate américain George Kennan a exprimé cette perspective lors d'une interview en 1998, peu de temps après que le Sénat américain eut approuvé le premier cycle d'expansion de l'OTAN. 'Je pense que les Russes vont réagir de manière assez négative et cela affectera leurs politiques, a-t-il dit. Je pense que c'est une erreur tragique, il n'y avait aucune raison pour cela, personne ne menaçait quelqu'un d'autre.' »

À propos de Vladimir Poutine et de la navrante Angela Merkel, voici ce qu'il écrit :

« En mars, selon le New York Times, la chancelière allemande Angela Merkel a laissé entendre que Poutine était irrationnel, disant à Obama qu'il était 'dans un autre monde'. Bien que Poutine ait sans aucun doute des tendances autocratiques, aucune preuve ne vient étayer l'accusation selon laquelle il est mentalement déséquilibré. Au contraire : c'est un stratège de premier ordre qui devrait être craint et respecté par quiconque le défie en politique étrangère. »

Enfin, M. Mearsheimer conseille la sagesse à Obama et à son administration :

« Les États-Unis et leurs alliés devraient abandonner leur plan d'occidentalisation de l'Ukraine et viser plutôt à en faire un tampon neutre entre l'OTAN et la Russie, proche de la position de l'Autriche pendant la guerre froide (...) Pour atteindre cet objectif, les États-Unis et leurs alliés devraient exclure publiquement l'expansion de l'OTAN en Géorgie et en Ukraine. »

Il ajoute que la Russie est une puissance en déclin et qu'elle ne fera que s'affaiblir avec le temps. Pas d'accord ! Qu'en est-il d'une Europe nihiliste, dépeuplée et divisée, d'une Amérique désindustrialisée, sociétale, gesticulante et surendettée ? Selon nous, cet argument n'est pas efficace de toute façon, seulement susceptible de justifier la mauvaise conduite d'assaillants arrogants.

Enfin, M. Mearsheimer rappelle les diverses aides de la Russie à l'Amérique et (involontairement) souligne qui pourrait être pour lui le véritable ennemi de l'Amérique, la République de Chine.

« Les États-Unis auront aussi besoin un jour de l'aide de la Russie pour contenir la Chine qui monte... Imaginez l'indignation américaine si la Chine construisait une alliance militaire impressionnante et essayait d'inclure le Canada et le Mexique. »

Et il observe les résultats de la politique folle d'Obama ici.

« Cependant, la politique actuelle des États-Unis ne fait que rapprocher Moscou et Pékin. »

Comme beaucoup de penseurs « vieux américains », M. Mearsheimer craint la montée de la Chine ! Personnellement, j'apprécierais que la Chine, la Russie, l'Inde et les BRICS puissent isoler l'Occident dans le monde. L'Amérique agonisante et les termites européens ne peuvent pas indéfiniment menacer ou mener avec arrogance le reste de l'humanité. Protéger le monde des banksters occidentaux et de leur messianisme politique féroce devrait être le grand but du vingt-et-unième siècle.

 Nicolas Bonnal sur  Amazon.fr

 lesakerfrancophone.fr
 Ajouter un commentaire